Les Démocrates doivent reprendre le flambeau du «changement»

Hillary Clinton.


29 juillet 2016 à 13h17

Barack et Michelle Obama, Joe Biden, Bill Clinton, Michael Bloomberg… Les Démocrates ont sorti l’artillerie lourde cette semaine, au cours de la convention qui vient de confirmer leur candidate présidentielle Hillary Clinton et celle de son colistier Tim Kaine en vue du scrutin de novembre.

Ce défilé de personnalités, toutes plus éloquentes les unes que les autres, venues proclamer leur confiance ou leur amour pour Hillary Clinton, en même temps que leur détestation de son adversaire Donald Trump, contrastait avec l’absence des principales têtes d’affiche traditionnelles du Parti républicain lors de sa convention la semaine précédente, plutôt déficitaire au chapitre du charisme.

Le discours le plus important de la campagne de Donald Trump – qu’il a tout de même livré avec l’énergie qui le caractérise et une discipline inhabituelle pour lui – était riche en images apocalyptiques ou surréalistes, mais pauvre en applications concrètes. Il n’a pas dissipé l’impression que sa présidence, comme tout dans sa campagne, serait largement improvisée et carburerait aux pulsions totalitaires.

Culminant avec Hillary Clinton elle-même jeudi soir, les ténors démocrates ont souligné l’absence de solutions offertes par Trump – autres que simplistes ou utopiques ou carrément contre-productives – aux «vrais» défis auxquels font face les Américains, promettant de «vrais» changements.

Ils ont aussi attaqué en termes très durs le narcissisme et les travers de leur adversaire. C’était notamment le mandat de l’ex-maire de New York, le milliardaire Michael Bloomberg, qui l’a carrément traité de frimeur et de fraudeur.

«Ne croyez pas un seul mot qui sort de la bouche de Donald Trump», a renchéri Tim Kaine, l’ex-gouverneur et sénateur de Virginie qui a été la révélation de cette convention, heureux choix pour Hillary Clinton.

À la prétention «alarmante» de Donald Trump de pouvoir régler seul et en un tour de main tous les problèmes du pays, la candidate démocrate a répliqué que la Constitution empêche, justement, qu’un roi ou un dictateur s’arroge tous les pouvoirs, et que sa longue expérience de la vie publique lui a démontré qu’à tous les niveaux, les gens doivent collaborer et souvent faire des compromis pour progresser.

«Plus forts ensemble» était d’ailleurs le slogan de sa campagne à l’investiture et restera vraisemblablement son thème de prédilection au cours des prochains mois.

Tous les orateurs démocrates ont vanté les qualités et les valeurs de celle qui deviendrait la première femme à occuper le bureau ovale, souvent en termes hyperboliques: elle est la personne «la mieux préparée» de tous les temps à devenir présidente, a dit Barack Obama, «mieux que moi, mieux que Bill»…

Certains ont osé souligner qu’elle n’est «pas parfaite» mais qu’elle n’en demeure pas moins le meilleur choix… comme une publicité du Parti conservateur à propos de Stephen Harper l’automne dernier chez nous. On prenait acte ici des profondes divisions des derniers mois chez les Démocrates, mais aussi de la relative impopularité d’Hillary Clinton depuis plusieurs années, selon les sondages.

Les Démocrates doivent maintenant tenter de réconcilier leur appréciation positive de ce qu’ils ont accompli avec Obama et leur vision optimiste de ce qu’ils feraient sous Clinton, avec leur volonté d’incarner ce fameux «changement» que semble souhaiter une majorité d’Américains: les électeurs de Donald Trump additionnés à ceux de Bernie Sanders qui, malgré son ralliement à Clinton, ont été éprouvés par les coups bas du Parti à son endroit.

Sanders a d’ailleurs souhaité que sa «révolution» se poursuive et il retournera au Vermont en tant que sénateur indépendant. On s’est toutefois assuré cette semaine de lui accorder une bonne place dans les discours, Hillary Clinton elle-même le remerciant d’avoir placé les questions de «justice économique et sociale» au centre des débats et promettant de l’associer à certaines réformes.

Hillary Clinton doit maintenant préserver cette fragile coalition, tout en tendant la main aux électeurs indépendants et aux Républicains scandalisés par Donald Trump. C’est Obama qui, en lançant «ne huez pas, votez», repris par Clinton, a peut-être trouvé le meilleur slogan de la campagne démocrate.


Aussi dans L’Express en 2016:

12 décembre: Climat: purge des alarmistes à Washington?

28 novembre: Trump ne sera pas un président «normal»

15 novembre: Les États-Désunis d’Amérique

15 novembre: Trump: une nouvelle dynamique à apprivoiser

11 octobre: Une élection pour les livres d’histoire

27 septembre: Débat Trump-Clinton non concluant

22 juillet: Bonne soirée pour les femmes et les LGBT à la convention républicaine

20 juillet: Les Américains sont mûrs pour le multipartisme

4 mai: Trump vs Clinton: restons calmes

15 mars: Et si Trump n’était pas une anomalie, mais le premier d’une série?

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur