Allez «résister» au Salon du livre de Toronto

Daniel Soha, prix Christine Dumitriu van Saanen 2018

Prix Christine Dumitriu Van Saanen
Daniel Soha, prix CDVS 2018 du Salon du livre de Toronto, avec Gabriel Osson, le président de l'AAOF.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un autobus partira du Salon du livre de Toronto, samedi 1er septembre vers midi, pour transporter ceux qui veulent manifester à partir de 13h – comme dans une quarantaine d’endroits en province – devant le bureau de circonscription du premier ministre Doug Ford à Etobicoke.

L’autobus reviendra vers 15h à la Bibliothèque de référence de Toronto, où se déroule l’événement annuel depuis mercredi. Il est conseillé de s’inscrire ici.

Le président du Salon du livre, Valéry Vlad, en a fait l’annonce mercredi soir lors de l’ouverture officielle, au cours de laquelle plusieurs participants ont évoqué les atteintes aux services et aux droits des Franco-Ontariens annoncées la semaine dernière par le gouvernement conservateur: gel du projet d’université franco-ontarienne à Toronto et rétrogradation du commissariat aux services en français.

Gestes de «résistance»

Visiter le Salon, y acheter des livres et y saluer les auteurs présents sont d’ailleurs aussi des gestes de «résistance» aux mesures anti-francos du gouvernement, ont indiqué les responsables du Salon.

Il est également question de bousculer le programme du Salon pour inclure, samedi avant-midi, un débat de politiciens des quatre partis politiques ontariens sur la francophonie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Déjà, lors de l’ouverture officielle du Salon, les discussions allaient bon train sur le sort de la députée rebelle Amanda Simard, qui a finalement annoncé jeudi matin qu’elle quittait le caucus conservateur pour siéger comme indépendante à l’Assemblée législative.

Assemblée de la francophonie de l’Ontario
L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario organise la RÉSISTANCE contre la fermeture de l’Université de l’Ontario français et l’élimination du Commissariat aux services en français: https://bit.ly/2qRLA94 (Illustration: Marc Keelan-Bishop)

Daniel Soha, prix CDVS 2018

C’est l’écrivain torontois d’origine française Daniel Soha qui a remporté le prix littéraire Christine Dumitriu van Saanen 2018 du Salon du livre de Toronto, pour le tome 2 de ses Chroniques tziganes: La légende de Joe Magarac, une saga familiale sur quatre générations et quatre pays.

Gabriel Osson, le président de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français (AAOF), qui co-commandite ce prix, a dévoilé le nom du gagnant mercredi soir à l’ouverture du Salon.

Gabriel Osson était lui-même en lice, l’an dernier, pour le prix qui porte le nom de la fondatrice du Salon du livre de Toronto, décédée en 2008. Cette année, le jury a lu une vingtaine d’ouvrages et avait sélectionné Michelle Deshaies (XieXie) et Michel Thérien (Des vallées nous traversent) comme finalistes avec Daniel Soha.

«Je ne suis pas un auteur du terroir», a expliqué Daniel Soha en remerciant le jury. «Ce qui m’intéresse, c’est ce qui se passe quand on quitte le terroir… Et Toronto est, pour un grand nombre de personnes, le terroir de ceux qui ont quitté leur terroir.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La mascotte de la ville-reine, le raton-laveur, correspond d’ailleurs bien à cette réalité, selon lui. «Quand il y avait surtout des forêts en Ontario, le raton-laveur était un animal des forêts. Quand il y a eu des campagnes, il est devenu un animal des campagnes. Maintenant qu’on a des villes, il vit dans les villes.»

«Mais, en ville, il ne lave plus…» Ce qui amène Daniel Soha à demander: «Si l’homo sapiens quitte son terroir, reste-t-il sapiens

Nadia Moalic-Gahagnon et Yves Turbide, flanqués de Paul Savoie, directeur général du Salon du livre de Toronto, et du président Valéry Vlad.

Yves Turbide et Nadia Moalic-Gahagnon

Le Salon du livre honore chaque année une personnalité «qui sert d’une façon particulière le fait culturel français en Ontario».

On savait déjà qu’Yves Turbide, le directeur général de l’AAOF, était le choix du conseil d’administration du Salon cette année.

«Il faut se serrer les coudes face aux attaques contre les Franco-Ontariens», a dit M. Turbide. «Nous avons le droit d’exister.»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Surprise: on a aussi profité de la circonstance pour remettre une seconde plaque à Nadia Moalic-Gahagnon, une bénévole et membre de l’organisation du Salon du livre depuis les touts débuts en 1992, qui s’en est montrée très émue.

Pierre Léon

Un ouvrage-hommage au linguiste, écrivain et chroniqueur à L’Express Pierre Léon, décédé en 2013, sera lancé au Salon du livre samedi, de 15h à 17h, par les éditions du Gref.

Le professeur Alain Baudot, qui dirige les éditions du Gref, précise que l’artiste Françoise Léon, la fille de Monique Maury Léon et Pierre Léon, participera à l’événement.

Le livre Hommage à Pierre Léon : au prisme de la voix est publié en collaboration avec la Do.Ri.F. Università, l’Université Roma Tre et l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan. Il réunit les textes de collègues, anciens étudiants et amis de Pierre Léon.

En 2016, Alain Baudot avait parlé de Pierre Léon lors d’un colloque international du Centre d’études italo-françaises, à Rome.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
L’éditeur Alain Baudot (Gref) et son nouvel ouvrage, Hommage à Pierre Léon.

Activités

Une soirée littéraire est organisée de 17h à 20h jeudi soir au Salon du livre, toujours au 2e étage de la Bibliothèque de référence de Toronto, rue Yonge au nord de Bloor.

Vendredi soir à 19h, après des rencontres d’auteurs, une scène à micro ouvert accueillera des poètes, chanteurs, musiciens, slameurs et humoristes.

Toute la journée de samedi est émaillée d’activités thématiques avec des auteurs de tous les genres littéraires et de tous les horizons de la francophonie.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur