Décès de l’écrivain Pierre Léon

Partagez
Tweetez
Envoyez

La célébration de la vie de Pierre Léon aura lieu à l’Alliance française de Toronto (24 chemin Spadina au nord de Bloor), le mercredi 25 septembre à partir de 17 h 30.

L’écrivain et linguiste franco-torontois Pierre Léon, qui a été professeur à l’Université de Toronto et chroniqueur à L’Express, est décédé le mercredi 11 septembre à l’âge de 87 ans. Il combattait un cancer depuis plusieurs années.

L’Alliance française de Toronto, dont la galerie d’art porte le nom de Pierre Léon, est en deuil. «Pierre Léon, c’était un peu l’ange gardien de l’Alliance française», image le directeur artistique Dominique Denis. «Par sa bienveillance, sa présence et ses gestes concrets – il a notamment financé la rénovation de la galerie – il nous a permis de passer à l’étape suivante et de devenir une institution culturelle importante de Toronto.»

Son éditeur Alain Baudot (GREF) souligne qu’il nous lègue «une oeuvre majeure de savant (phonostylistique, variétés du français oral, création d’un Laboratoire de recherche en phonétique expérimentale…), d’écrivain (poèmes, fables, romans, nouvelles, essais, billets journalistiques…) et d’artiste (sculptures, dessins, bannières de tissu appliqué)».

Valéry Vlad, le président du Salon du livre de Toronto, auquel Pierre Léon a participé régulièrement depuis 20 ans, s’est dit atterré par la nouvelle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Pierre Léon était l’humaniste par excellence», se souvient M. Vlad. «Athée se moquant des dieux liberticides et de la bêtise humaine, Pierre était une icône de la littérature franco-ontarienne. Et un grand ami du Salon du livre de Toronto.»

«Les dernières années», poursuit le président de l’événement annuel, «il souffrait dans sa chair, mais il est venu au Salon nous dire à quel point il aimait ses lecteurs. À quel point il aimait le verbe en français. Sa disparition laisse un grand vide dans le monde culturel francophone.»

Pour le rédacteur en chef de L’Express, François Bergeron, «la francophonie perd un libre-penseur original, drôle et incisif; l’un de nos meilleurs pourfendeurs du conformisme politiquement correct ambiant».

C’était «un grand architecte des mots», commente aussi notre chroniqueur littéraire Paul-François Sylvestre: «il est évident que Pierre Léon savait écrire parce que la vie est un mot et vivre, un verbe».

Le journal L’Express partage la douleur de ses proches, notamment de son épouse Monique Maury Léon, leur fille Françoise et leur petite-fille Séverine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Société d’histoire de Toronto a également offert ses condoléances. La présidente Rolande Smith se permet une remarque personnelle: «Je lisais toujours sa rubrique en premier dans L’Express; j’en retirais toujours une petite pointe de philosophie et un grand sourire qui souvent m’accompagnait toute la semaine. D’autres le diront aussi, Pierre était un GRAND homme, je suis heureuse de l’avoir connu.»

* * *
Biographie de Pierre Léon dans le site des Éditions du GREF:
http://gref.avoslivres.ca/auteur/?id=3119
Aperçu des chroniques de Pierre Léon dans L’Express:
www.lexpress.to/archives/auteur/Pierre+Léon/

* * *
À LIRE AUSSI: Pierre Léon «a détruit une cheminée pour créer un foyer»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur