La jeunesse à l’honneur au 26e Salon du livre

À la bibliothèque de référence du 28 novembre au 1er décembre

Magasinage des Fêtes au Salon du livre de Toronto.
Magasinage des Fêtes au Salon du livre de Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

De jeunes auteurs qui écrivent pour le grand public, de même que des auteurs moins jeunes mais qui écrivent pour la jeunesse, sont à l’honneur la semaine prochaine au Salon du livre de Toronto.

Cette 26e foire annuelle du livre de toutes les francophonies, qui se double d’un festival d’auteurs, se tiendra encore une fois à la grande bibliothèque de référence de Toronto, du mercredi 28 novembre au samedi 1er décembre.

Le moment choisi n’est pas le fruit du hasard: un roman, essai ou ouvrage pratique est toujours apprécié comme cadeau de Noël!

26e Salon du livre de Toronto
Trilogie de romans de guerre de Nicolas Paquin, qu’on pourra rencontrer avec deux autres auteurs jeunesse, le vendredi 30 novembre, au Salon du livre de Toronto.

Demi-kiosque vide

Une cinquantaine de kiosques y ont été réservés par des maisons d’édition, par la librairie Mosaïque de Toronto, et par quelques institutions et organismes communautaires.

Le Commissariat aux services en français de l’Ontario devait y partager un kiosque avec le Commissariat aux langues officielles du Canada. Mais suite aux événements que l’on sait, seuls des représentants de l’agence fédérale seront présents à ce kiosque…

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Happie Testa, la proprio de la Librairie Mosaïque.

Le prix CDVS

C’est lors de l’ouverture officielle, mercredi soir, que l’onconnaîtra le nom de l’oeuvre récipiendaire du Prix Christine-Dumitriu-van-Saanen (le nom de la fondatrice du Salon en 1992), qui récompense l’excellence littéraire en Ontario français.

On connaît les trois finalistes: Michelle Deshaies pour son roman XieXie qui se déroule en Chine dans les années 30; La légende de Joe Magarac du Torontois d’origine française Daniel Soha, le deuxième tome de ses Chroniques tziganes qui raconte ici une saga familiale traversant quatre générations, deux continents et deux guerres mondiales; le poète Michel Thérien pour son recueil Des vallées nous traversent.

26e Salon du livre de Toronto
Les trois finalistes au Prix Christine-Dumitriu-van-Saanen 2018 du Salon du livre de Toronto.

Écoliers et adultes

Le Salon sera envahi par les jeunes de nos écoles françaises et d’immersion pendant les trois matinées des mercredi, jeudi et vendredi. En plus de bouquiner, ils rencontreront plusieurs auteurs jeunesse chevronnés et participeront à des ateliers sur leurs ouvrages ou sur des thèmes s’y rapportant.

Le grand public, lui, préférera bouquiner au cours des soirées de jeudi et vendredi, ainsi que pendant toute la journée du samedi, tout en passant au «Café des littéraires» pour assister à diverses activités littéraires et artistiques.

26e Salon du livre de Toronto
La jeune auteure française Nadine Bismuth sera en vedette le soir du jeudi 29 novembre au Salon du livre de Toronto.

Jeudi: Nadine Bismuth

Jeudi soir, une «Grande soirée littéraire» accueille la jeune auteure française Nadine Bismuth, qui vient de lancer son quatrième roman, Un lien familial, sur «les mirages de l’infidélité, de l’amour et de la maternité». Elle avait fait sensation, à 23 ans, avec son premier: Les gens fidèles ne font pas les nouvelles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

On pourra également rencontrer l’auteure néo-torontoise Tassia Trifiatis-Tezgel. Son roman Les platanes d’Istanbul, illustré de dessins de Caroline Lavergne, est basée sur son séjour de plusieurs années en Turquie.

Enfin, quatre auteurs canadiens-français qui ont créé leurs propres maisons d’édition viendront raconter cette expérience.

26e Salon du livre de Toronto
Soirée à micro ouvert le 30 novembre à 19h au Salon du livre de Toronto.

Vendredi: micro ouvert

Depuis plusieurs années, le Salon du livre salue une personnalité «qui sert d’une façon particulière le fait culturel français en Ontario». Le vendredi en fin d’après-midi, c’est Yves Turbide, le directeur général de l’AAOF (Association des auteures et auteures de l’Ontario français) qui sera honoré.

Ce sera suivi d’une rencontre avec les auteurs jeunesse Martine Biron-Rodriguez, Nicolas Paquin et Viateur Lefrançois, puis d’une rencontre avec des auteurs de livres «venus d’ailleurs»: Vanessa Léger sur l’Acadie, Bertrand Nayet sur des «mythologies historiques», et Fredic Gary-Comeau tout en poésie.

Enfin, toujours le vendredi 30 novembre, à partir de 19h, le Café des littéraires du Salon du livre se transforme en scène à micro ouvert pour les poètes, chanteurs, musiciens, slameurs ou humoristes en herbe, dans la meilleure tradition des Franc’Open Mic de Toronto.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
26e Salon du livre de Toronto
Tassia Trifiatis-Tezgel et son roman Les platanes d’Istambul, illustré par Caroline Lavergne.

Samedi: voyages

Samedi matin, Noël arrive en avance au Salon avec la Chorale francophone de la région de York et un certain gros bonhomme rouge.

Le midi, quatre auteurs jeunesse de chez nous viendront présenter leurs plus récents ouvrages: Diya Lim, Louise Royer, Mylène Viens et Pierre-Luc Bélanger.

Ensuite, place aux «livres qui déménagent»: en Haïti (Hubert, le restavèk de Gabriel Osson), en Chine (XieXie de Michèle Deshaies), au Mexique (Disparue chez les Mayas de Pierre-Luc Bélanger) et en Turquie (Les platanes d’Istanbul de Tassia Trifiatis-Tezgel.

26e Salon du livre de Toronto
Maxime Catellier participe à la rencontre d’auteurs de Rimouski au Salon du livre de Toronto.

Virée à Rimouski

La poésie est à l’honneur en fin d’après-midi au Café des littéraires, alors que trois poètes et un slameur (Kyris) viennent discuter de leur production. Ce sera suivi d’un trio d’auteurs touchant chacun à plusieurs genres littéraires.

La journée de samedi se termine par une virée à Rimouski, avec trois auteurs du bas du fleuve: Stéphanie Pelletier, Laurence Lola Veuilleux et Maxime Catellier.

«J’imagine mal un monde sans livre», indique le directeur général du Salon, Paul Savoie. «Et, surtout, je ne saurais vivre sans lire.»

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur