Les Platanes d’Istanbul : une Turquie sensible sous le bruit des bombes

Lancement du 3e ouvrage de Tassia Trifiatis-Tezgel le 8 juin

Les Platanes d'Istanbul

Couverture du 3e ouvrage de Tassia Trifiatis-Tezgel illustré par Caroline Lavergne


31 mai 2018 à 12h00

En 2011, l’écrivaine québécoise Tassia Trifiatis-Tezgel quitte sa ville de Montréal pour poser ses valises à Istanbul avec son mari kurde. Une parenthèse stanbouliote de 3 ans qui nous donne Les platanes d’Istanbul, un 3e ouvrage accompagné des dessins de Caroline Lavergne et publié aux Éditions du passage.

Des scènes de vie au marché du coin aux rencontres dans un mini-van, c’est une Turquie inattendue que nous dévoile Tassia. Loin des bouleversements politiques, elle nous livre des bribes sensibles de son quotidien en terre anatolienne.

Tassia Trifiatis-Tezgel est à retrouver le 8 juin à la librairie Mosaïque du 24 rue Spadina pour le lancement des Platanes suivi d’une séance de dédicace.

Inclassable

C’est une oeuvre «hybride». À la fois carnet de voyage et journal intime, à la croisée du roman graphique et du récit illustré, Les platanes d’Istanbul est un inclassable mais pas moins un incontournable.

Tassia part de chez elle un petit carnet à la main et se laisse voguer au gré de ses observations. «Écrire est un travail de contemplation. Les 3/4 du temps, l’écrivain ne fait rien, il observe» nous dit-elle.

Son ouvrage n’est pas figé et nous fait voyager d’un thème littéraire à un autre radicalement différent: l’amitié féminine, le communautaire, le sentiment d’appartenance, la relation entre l’homme et son territoire… Les bouts de vie de Tassia sont d’ici et d’ailleurs.

Les Platanes d'Istanbul
Le quartier de Yenibosna

Une Turquie sensible

C’est la ville qui l’inspire et ses yeux se posent bien souvent sur de l’urbain sensible. Ce qui la frappe c’est que la mégapole aux 20 millions d’habitants ait réussi à conserver son esprit de village. «Il y a un vrai esprit communautaire malgré l’immensité de la ville» nous confie-t-elle.

Cette immensité a poussé Tassia à passer beaucoup de temps dans les transports en commun. « Avec mon mari, nous donnions des cours privés dans des familles riches pour gagner notre vie. Je pouvais passer 2h dans les transports pour m’y rendre».

Les moyens de transports sont un microcosme. Assise dans un bus, elle a eu un aperçu de la société, s’est fait des amis et c’est là où elle a accompli sa vie de Stanbouliote. «Dans les transports, je me sentais appartenir à un tout» nous confie-t-elle.

Les Platanes d'Istanbul
Une scène qui prend vie au gré des traits de crayon de Caroline Lavergne

Erdogan qui ?

Pour Tassia, la Turquie connaissait encore son âge d’or en 2011, lorsqu’elle est arrivée. Istanbul était cette capitale culturelle européenne capable d’attirer artistes, intellectuels et la jeunesse Erasmus.

Quand Erdogan devient président en 2014, les choses commencent à changer. Mais l’auteure ne semble pas plus réticente.

Lorsqu’on l’interpelle sur sa myopie face aux agitations politiques soulignée par Le Devoir, Tassia nous répond : «tout est politique en Turquie. Soit on l’est, soit on ne l’est pas du tout. J’ai décidé de ne pas l’être».

Gezi est néanmoins un choc pour l’artiste. «J’ai eu peur à Gezi, des gens que je connaissais ont été blessé, j’ai vu le feu dans les rues» confie-t-elle. Et puis, le coup d’État de 2014 marque un virage sans retour en arrière.

Mais selon elle, ce n’est pas cela qui lui fait quitter l’ancienne Byzance. «Après 3 ans, on a senti le pouls d’une ville. J’étais fatiguée du monde» nous explique-t-elle.

Un rêve vieux de 10 ans

Les platanes, ce n’est pas une collaboration comme une autre et il nous faut remercier Facebook. En effet, sans les réseaux sociaux, le livre n’aurait peut-être jamais vu le jour.

Après une soirée entre amis en 2007, Tassia rencontre Caroline Lavergne et elles s’ajoutent sur leurs réseaux sociaux. Tassia a vécu 3 ans à Istanbul, Caroline 3 mois. «Cela a été un travail fait de loin» nous explique l’écrivaine.

Pendant que l’auteure écrivait ses fragments, l’illustratrice dessinait. Elles ont ensuite rassemblé leurs travaux en cherchant des concordances.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais elles ont tout bonnement une destinée artistique commune qui résonne dans le livre, celle d’Istanbul.

Les Platanes d'Istanbul
Les Platanes de Gülhane

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur