De la littérature des Témoins de Jéhovah sous le sapin

24e Salon du livre de Toronto

L'emballage-cadeau, un service apprécié des jeunes au récent Salon du livre.

L'emballage-cadeau, un service apprécié des jeunes au récent Salon du livre.


13 décembre 2016 à 0h18

La présence d’un kiosque des Témoins de Jéhovah au récent Salon du livre de Toronto, dont une composante importante est la visite de milliers d’élèves de nos écoles, a valu aux organisateurs quelques questions pointues et des reportages à Radio-Canada le 1er décembre et à CBC le 3.

C’est la troisième année consécutive que le groupe religieux, bien connu pour son interprétation littérale de la Bible et son porte-à-porte, était présent au 24e Salon du livre de Toronto, qui se déroulait du 30 novembre au 3 décembre à la Bibliothèque de références.

Personne ne s’en est plaint formellement, mais le conseil d’administration rediscutera de son arrangement avec cet exposant lors de sa réunion de janvier, a indiqué à L’Express le président Valéry Vlad.

Valéry Vlad
Valéry Vlad

«Déjà, nous nous étions entendus avec les Témoins de Jéhovah afin qu’ils ne fassent pas de sollicitation directe, surtout auprès des nombreux enfants», dit-il. «Mais, bien sûr, ils ont le droit de répondre aux questions qu’on leur pose et de diffuser leur littérature.»

Or, les pamphlets des Témoins de Jéhovah sont généralement gratuits, et les jeunes aiment bien ramasser tout ce qui est gratuit aux divers kiosques du Salon du livre, en plus d’acheter un livre ou deux avec le budget que leur ont consenti leurs parents.

Plusieurs d’entre eux ont donc pu rapporter à la maison un de ces pamphlets plus religieux que littéraires. Valéry Vlad lui-même a vu des jeunes profiter du service gratuit d’emballage-cadeau pour faire emballer une plaquette du «Royaume», que des membres de leur famille recevront peut-être à Noël!

C’est une situation que la plupart des gens contactés par L’Express trouvent plus cocasse que scandaleuse.

Claire Francoeur et Mikale-Andrée Joly, respectivement chefs des communications des conseils scolaires Viamonde et Catholique Centre-Sud, confirment n’avoir reçu aucune plainte d’enseignants ou de parents.

«Le CSDCCS respecte la libre expression de toutes les religions», indique Mme Joly, qui se demande: si le kiosque avait été occupé par une autre religion, est-ce qu’on aurait posé de telles questions?

Le ton était plus effarouché à Radio-Canada: «Une équipe de Radio-Canada a aperçu des représentants du groupe religieux qui remettaient des imprimés à des jeunes qui n’étaient pas accompagnés d’un adulte. Certains portaient sur l’origine de la vie ou la sexualité.»

Selon Mme Francoeur, on aurait pu croiser aussi au Salon du livre des kiosques sur le judaïsme ou l’islam ou même sur des religions ou philosophies ésotériques. C’est d’ailleurs déjà arrivé dans le passé, et certains ouvrages en vente chez des éditeurs exposants portent sur ces sujets. «L’important pour nous est de pouvoir encadrer nos élèves et être en mesure de leur expliquer le contexte associé aux diverses croyances», ce qui est plus difficile au Salon du livre qu’en salle de classe, reconnaît-elle.

«Le Salon du livre est un évènement important pour la communauté francophone de Toronto et des environs», ajoute Mme Joly. «Les élèves, membres du personnel et parents ont la rare opportunité de pouvoir bouquiner en français.»

D’autres exposants, comme le Centre francophone de Toronto, Oasis Centre des femmes, la Société d’Histoire, Amnistie internationale, des collèges et des agences gouvernementales, louent des kiosques au Salon du livre pour y rencontrer la francophonie torontoise, même s’ils ne sont pas éditeurs de livres.

Le stand des Témoins de Jéhovah au Salon du livre l'an dernier, au même endroit que cette année à l'une des extrémités de la salle.
Le stand des Témoins de Jéhovah au Salon du livre l’an dernier, au même endroit que cette année à l’une des extrémités de la salle.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Après les cornes de rhinocéros, les dents d’hippopotames

Un rhinocéros tué dans une réserve naturelle, où il était censé être protégé. (Photo: Brent Stirton_
Le prix de la photo de l'année pour un animal massacré
En lire plus...

23 octobre 2017 à 1h37

La mécanique du racisme sur des rails d’acier

Colson Whitehead, Underground Railroad, roman traduit par Serge Chauvin, Montréal, Éditions Albin Michel, coll. Terres d’Amérique, 2017, 416 pages, 32,95 $.
Parmi les semences de coton se trouvent aussi celles de la violence et de la mort.
En lire plus...

22 octobre 2017 à 8h00

Quiz : Le vin

bacchus
Vin blanc, vin rouge, vin rosé, vin corsé, vin sucré, vin sec… Tout un univers que celui de Bacchus!
En lire plus...

22 octobre 2017 à 7h00

Une minute pour «pitcher» une idée française

Pierre-André Svetchine, de CoWork.io, a remporté le concours de présentations. Derrière lui: les trois membres du jury.
Des «start-ups» technos en tournée à Toronto et Montréal
En lire plus...

20 octobre 2017 à 17h05

Jacques Flamand, poète et bâtisseur, n’est plus

Jacques Flamand
Fondateur des Éditions du Vermillon
En lire plus...

20 octobre 2017 à 15h14

Franc’Open Mic n’est plus à «l’é-trois»

Florian François et Cyril Mignottet soufflent les bougies des 3 ans de Franc'Open Mic.
Troisième anniversaire de la scène franco au Rivoli
En lire plus...

20 octobre 2017 à 10h58

Soutien aux journaux: la ministre tiendra compte du comité parlementaire

La ministre Mélanie Joly à Sudbury lors de la récente annonce du financement fédéral à la nouvelle Place des arts.
Mélanie Joly veut aider les «nouveaux modèles d’affaires» de presse écrite
En lire plus...

20 octobre 2017 à 10h03

#MoiAussi à visage découvert

niqab
Pour des relations civilisées...
En lire plus...

19 octobre 2017 à 15h55

Karina Gauvin revient chanter avec sa première chorale

Karina Gauvin (10e à partir de la gauche) dans Dr. Canon’s Cure, de Derek Holman et Robertson Davies, en 1982.
50e anniversaire de la CCOC
En lire plus...

19 octobre 2017 à 10h22

Harcèlement sexuel: dans le milieu artistique franco-ontarien aussi

Le chanteur et musicien David Poulin. (Photo: Joël Ducharme)
#moiaussi
En lire plus...

18 octobre 2017 à 15h28

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur