Forêts et jardins: profitez de vivre dans une «ville au sein d’un parc»

verdure, jardins, parcs, ravins
Priya Jain, responsable des jardins du Carrot Green Roof. Photo: Stan Leveau-Vallier
Partagez
Tweetez
Envoyez

Il y a beaucoup d’îlots de verdure à Toronto, dont la devise est «Une ville au sein d’un parc»: A city within a park.

Des jardins ou des toits plantés privés. Des jardins communautaires ou des parcelles de terre mis à disposition par la Ville dans ses nombreux parcs. Dans High Park, un endroit pour apprendre le jardinage et la cuisine aux enfants. Tout comme à côté du East York Civic Centre: un jardin communautaire pour enfants.

enfant
Le Children’s Community Garden à côté du East York Community Centre. Photo: Stan Leveau-Vallier

Le Carrot Green Roof

Priya Jain s’occupe des jardins du Carrot Green Roof, sur le toit du Carrot Common, le complexe commercial qui héberge aussi l’épicerie bio The Big Carrot.

Ce toit planté est un joyau caché dans le quartier grec de Toronto. Priya y fait pousser des herbes, des légumes et des fruits. Et elle organise des ateliers de jardinage, ainsi que des sessions de méditation.

Les jardins peuvent être admirés depuis une terrasse accessible à tous. On peut la privatiser pour des événements, et on peut aider au jardinage en se portant bénévole.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«De nombreuses études soulignent les effets apaisants du jardinage, des promenades dans la nature ou simplement de la proximité des plantes», dit-elle.

verdure, jardins, parcs, ravins
Le Carrot Green Roof, toit du Carrot Common sur la rue Danforth. Photo: carrotgreenroof.ca

Objectif: 40% de canopée à Toronto en 2050

Le tissu de nature va encore s’étendre. Kim Stahtam, directrice du département de la forêt urbaine à la Ville de Toronto, explique qu’il y a un objectif de 40% de couverture d’arbres d’ici 2050.

Toronto
Kim Statham. Photo: LinkedIn

Deux études très poussées ont permis de se rendre compte de la quantité et de l’état de la végétation à Toronto. En 2008, on a montré que la ville était à 27% de couverture arborée, et en 2018 presque à 30%.

Les bénéfices sont énormes pour la qualité de l’air et la retenue des pluies, mais aussi de qualité de vie pour les habitants. On a d’ailleurs observé une utilisation très accrue des parcs et des ravins au moment de la pandémie.

Comment participer à l’effort de plantation

La Ville encourage les gens à participer de cet effort de plantation d’arbres.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Si on est propriétaire, on peut demander à ce que la Ville plante un arbre devant chez soi. Mais on peut aussi obtenir de l’aide et des subventions pour planter des arbres sur son terrain, grâce a un partenariat de la ville avec LEAF (Local Enhancement and Appreciation of Forests).

Kim Statham rappelle aussi de simplement protéger les arbres existants, de s’informer sur la valeur de leur présence sur sa propriété, et de penser aux arbres dès qu’on anticipe des travaux.

Même quand on n’est pas propriétaire, on peut participer à l’effort de plantation à Toronto, par exemple en se portant bénévole. La ville est soutenue par 3500 bénévoles chaque année. En 2019, ils ont planté 15 000 arbres et buissons d’espèces natives.

verdure, jardins, parcs, ravins
Des bénévoles plantent des arbres dans le parc Sunnybrook. Photo: Ville de Toronto

Les précieux ravins de Toronto

Kim Statham suggère a tous de découvrir le système unique de ravins qui parcourt la ville: 300 km de réseau et 11 000 hectares de nature (17% de la ville). Leur bénéfice, en services écologiques et de loisirs, est estimé à 822 millions $ par année.

Un plan stratégique a été élaboré en janvier 2020, et un point d’étape sur son implémentation vient d’être présenté au Conseil municipal.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

En 2022, la ville investira encore 118 millions $ dans les ravins. Par exemple pour nettoyer les déchets et les espèces invasives, planter des arbres et des buissons natifs, entretenir les sentiers. Mais aussi organiser des événements de toute sorte.

Dans le cadre de ce plan, la ville s’appuie sur de nombreuses associations pour ses programmes, afin de toucher les différentes communautés, notamment les autochtones et les communautés moins favorisées.

L’initiative InTO the Ravine a été lancée en partenariat avec les «Amis des parcs». Elle implique une vingtaine de nouvelles associations, et distribue des micro-bourses pour différentes activités liées aux ravins.

Le projet LOOP Trail est dirigé par Evergreen, et vise a relier 80 km de nature ininterrompue à travers la métropole.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
verdure, jardins, parcs, ravins
Des enfants se promenent dans un ravin de Toronto. Photo: Stan Leveau-Vallier

Des plantes chez soi

On peut aussi profiter des bénéfices des plantes dans son logement, et cultiver des herbes, fruits ou légumes même sur un simple balcon.

Voici une liste non exhaustive de ressources et de projets locaux afin d’approfondir le sujet:

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur