Les Palmes académiques à la dame du ravin

Josette Bouchard, enseignante à la Toronto French School

Josette Bouchard Palmes académiques

Josette Bouchard (en vert, évidemment), avec la proviseure adjointe de la TFS Sylvie Allonas, le consul général de France Marc Trouyet, le commandeur de l'Ordre des palmes académiques Gérard Poupée, la conseillère consulaire Francine Watkins et le chef de la TFS Josep González. (Photos: Nathalie Prézeau)


16 février 2018 à 12h12

L’enseignante d’histoire et de géographie Josette Bouchard a reçu jeudi soir les Palmes académiques françaises honorant sa carrière à la Toronto French School, en même temps que sa passion pour la nature et la protection de l’environnement qui lui vaut le surnom de «la dame du ravin».

C’est elle, en effet, qui a initié et géré le projet de réhabilitation du ravin derrière la TFS, devenu un lieu unique d’enseignement de la botanique et de l’écologie pour les élèves de cette école privée de l’avenue Lawrence juste avant Bayview, à côté du campus Glendon de l’Université York.

Josette Bouchard Palmes académiques
Josette Bouchard, chevalière dans l’Ordre des Palmes académiques de France.

Cela fait partie de la «pédagogie d’action» qu’elle préconise. Tout récemment, le film Résilience urbaine, sur la réconciliation entre urbanisation et environnement, la citait en exemple.

Diplômée de l’Université de Strasbourg en sciences sociales, elle habite à Toronto depuis près de 40 ans. En plus de la TFS, elle a aussi enseigné dans une réserve autochtone et animé des camps d’été.

En 2002, elle recevait le prix d’excellence du gouverneur général du Canada (Adrienne Clarkson à l’époque) pour l’enseignement de l’histoire canadienne. «En tant qu’immigrante, j’étais particulièrement contente», a-t-elle dit à L’Express.

Les Français s’attelant désormais eux aussi à l’inclusivité de la langue, Josette Bouchard a été faite «Chevalière» dans l’Ordre des Palmes académiques. Elle a reçu sa médaille des mains du Commandeur de l’Ordre à Toronto, Gérard Poupée, entourée de collègues, élèves, amis et membres de sa famille, en présence du consul général de France Marc Trouyet.

«En conjuguant passion et générosité, Josette nous donne un éclairage positif sur notre monde», ont-ils déclaré. «Et en conjuguant langue et cultures françaises, elle démontre son ouverture qui tisse des liens dans toutes les diversités.»

«Parce que l’éducation peut changer le monde», ajoute-t-elle.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un quatrième album pour l’humoriste Hunter Collins

Hunter Collins
Pas de sujets tabous pour cet homme blanc hétéro...
En lire plus...

23 juin 2018 à 12h00

Les aires protégées qui ne sont pas protégées

Objectif 2020 : 17 % des terres émergées et 10 % des océans
En lire plus...

23 juin 2018 à 10h00

CRISPR : émoi autour du mot « cancer »

Le «ciseau génétique» provoquerait une «contre-attaque»
En lire plus...

23 juin 2018 à 7h00

Charme industriel entre les briques rouges de la Distillerie

La Distillerie
La Distillerie est bien un quartier de Toronto où le paysage industriel rencontre l’art moderne. Les gens y viennent pour venir se restaurer dans...
En lire plus...

22 juin 2018 à 19h00

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur