Des Torontois qui rêvent de résilience urbaine

Honorés dans le documentaire de Chrystelle Maechler

Chrystelle Maechler Resilience urbaine
La réalisatrice de «Résilience urbaine», Chrystelle Maechler, sur la scène de l'AFT avec l'animatrice Claudia Hébert.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les villes sont de plus en plus confrontées aux problèmes environnementaux. Pour certaines, il était urgent d’y faire face, de s’adapter aux changements et se prendre en charge. On appelle ça la «résilience urbaine».

En 2013, la fondation Rockefeller crée l’organisation «100 resilient cities» avec l’aide de 32 villes. Après trois vagues d’admission, le groupe de 100 était au complet. Toronto, elle, est présente depuis 2016.

C’est l’idée du documentaire Résilience urbaine de Chrystelle Maechler, projeté ce mercredi 7 février à l’Alliance française, mettant à l’honneur les individus qui font de Toronto une ville résiliente.

On y retrouve des personnalités comme Josette Bouchard, professeure «écoleader» à la Toronto French School. Elle a par exemple créé un sentier de promenade pour permettre aux enfants «de se reconnecter avec la nature».

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quatre épisodes, quatre thèmes

Le documentaire se répartit en quatre épisodes de quinze minutes, avec pour chacun un thème bien précis.

Le premier, sur l’alimentation, montre comment des Torontois interviennent face à l’insécurité alimentaire, les disparités devant l’offre de produits bios, la culture communautaire.

Le second met à l’honneur l’économie du partage.

Le troisième porte sur l’éducation, notamment comment éduquer l’enfant à la nature.

Enfin le dernier montre qu’il existe des transports alternatifs, comme le vélo,  pour faire diminuer la pollution. Toronto représente d’ailleurs ici un enjeu majeur, avec ses transports en commun vieillissants et son climat particulier.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Chrystelle Maechler Resilience urbaine
La réalisatrice de «Résilience urbaine», Chrystelle Maechler, à l’AFT.

La découverte d’un sujet

Pour la réalisatrice Chrystelle Maechler, l’idée de ce documentaire lui est venue «en voyant une annonce d’un poste de gérant en résilience urbaine». Elle avait déjà travaillé sur des documentaires sur l’environnement ou la société et trouve en ce sujet «une ombrelle qui réunit tous ces domaines».

Il y a un an, elle quitte son poste dans une télévision et se met à son compte. Elle découvre alors le grand plaisir de ce qu’elle appelle la «totale liberté créative».

Au fur et à mesure, le sujet devient «un thème qui la touche» et elle effectue ses recherches avec passion, avec l’aide de deux autres personnes. Chrystelle va même jusqu’à suivre des cours en ligne sur le sujet. Après douze classes, elle se met à l’écriture du script.

Le projet est produit par la télévision communautaire de Bell Fibe TV1, qui finance dix jours de tournage.

Pour la suite, Chrystelle se voit poursuivre son projet sur le même thème et, pourquoi pas, changer de lieu cette fois-ci. Vancouver et Montréal sont les deux autres villes résilientes du Canada, et la réalisatrice se voit déjà y découvrir de nouveaux modèles.

Résilience urbaine
Résilience urbaine

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur