Projet de documentaire de l’ONF: le Canada et ses rues

François Aubry sur les routes


14 avril 2009 à 12h26

François Aubry pose sa caméra et attend. Il observe, se laisse repérer, il s’ancre dans le paysage pour mieux le comprendre. Du moins, c’est la technique qu’il décrit quand vous lui demandez sa recette d’un bon reportage. Ce cinéaste est aussi reporter d’images, il a parcouru le monde, de la Palestine au Libéria en passant par la frontière mexicaine-américaine. Quand les responsables du bureau de l’ONF à Toronto lui proposent de faire le tour du Canada cette fois, il n’hésite pas, le projet sera sur la rue, pas les gens de la rue mais la rue.

Les rues du Canada ont-elles des points communs, des différences? Les gens qui utilisent la rue se côtoient t-ils vraiment? Après deux tours du Canada en recherche et développement pour son projet, François Aubry commence à avoir une idée assez précise de ce qui se passe dans les rues.

Qui est dans la rue?

De Halifax à Victoria, il arpente les rues à la recherche de ses sujets, ces sujets hommes ou femmes qui feront bientôt son documentaire. Forcément, qui dit rue dit les gens de la rue, les gens dans la rue. Les sans-abri sont en quelque sorte les yeux et les oreilles de la rue, ils la connaissent mieux que la police. François Aubry veut donner «une image plus réelle et plus proche des gens qui vivent dans la rue, sans porter de jugement, en les humanisant le plus possible.»

Il essaie de les suivre 24h/24 pour voir leur quotidien, avoir leur vision de la rue, leur point de vue sur les travailleurs en tuxedo qui courent stressés tous les matins pour cause de crise internationale. L’idée du film est d’offrir une vision comparée de la rue. Pour cela, François Aubry possède déjà une trentaine d’heures de bandes qu’il a tourné lors de ses voyages de repérage.

Alors, qui est dans la rue? Pour le réalisateur, un des constats importants est le nombre de personnes touché par des maladies mentales, «parce que la Canada a foiré son programme d’aide pour les maladies mentales», avance François Aubry. L’autre constat, près de la moitié des sans-abri sont aborigènes. Un dernier point soulevé par le réalisateur de frontières, vient de la criminalisation de la pauvreté. Par l’interdiction de mendier, de dormir dans certains endroits, les sans-abris cumulent des dettes, et font parfois de la prison.

Un travail impliquant

Pour le moment, François Aubry se consacre à l’élaboration du synopsis du film, ou comment démontrer tout le potentiel de ce projet.

Pour décupler la force du projet, et aussi les moyens techniques, il a eu une l’idée lumineuse de demander à des réalisateurs locaux de continuer son travail, une fois qu’il est parti de la ville pour suivre l’évolution de ses sujets.

Pour le documentaire, il veut que tout vienne de la rue, les images, les sons, les commentaires. C’est pourquoi il ne faut pas s’attendre à la présence d’une voix off sur la bande du documentaire, «on leur donne la parole, si tu montes bien, tu n’as pas besoin de commentaires», explique François Aubry.

La prochaine étape commencera autour de mai avec le véritable tournage en compagnie d’un preneur de son, et les longues immersions, «encore un an avec toute la production avant que le documentaire sorte», avance le réalisateur.

Sans remord ni pitié, François Aubry va repartir, avec l’idée qu’il ne peut pas faire grand chose pour les gens qu’il va rencontrer si ce n’est leur donner un exemple d’équilibre. Comme le lui a dit un jour un sans-abri, «on a tous en nous 100% de ce qu’il faut pour gagner et pour couler…»

Si vous voyez un jour un homme posé dans la rue, proche de sa caméra, et qui semble appartenir au paysage, allez le voir, ce sera sans doute notre réalisateur en train de capter ce qu’il cherche désespérément, l’humanité.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une autre saison de découvertes et de réflexions à l’AFT

La majorité des artistes qui passeront au théâtre ou à la galerie de l'Alliance sont Canadiens.
En lire plus...

20 septembre 2018 à 11h00

25 septembre: une douzaine de rassemblements dans la région

On dit «un lever de drapeau», au masculin...
En lire plus...

20 septembre 2018 à 9h00

Trouvée dans nos crottes : la solution aux pénuries de sang

transfusion
On pourrait transformer tous les groupes sanguins en O
En lire plus...

20 septembre 2018 à 7h00

Chrystine Brouillet, gourmande et fin gourmet

livre
L’amitié se bonifie comme les grands crus pour la romancière la plus prolifique du Québec
En lire plus...

19 septembre 2018 à 17h00

Ambiance parisienne au Coq of the Walk

Liverpool- PSG
Après ceux de l’Équipe de France, qui avaient fêté la victoire, les supporters parisiens ont assisté à une défaite de leur équipe 3-2 contre...
En lire plus...

19 septembre 2018 à 13h50

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Non, les étirements après l’entraînement ne réduisent pas les courbatures

exercices, sports
L’une des méthodes dont les effets bénéfiques ont été observés est l’immersion dans un bain d’eau glacée.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 7h00

Montée de l’anti-bilinguisme au Nouveau-Brunswick

élections 24 septembre 2018
Les francophones n'ont rien à gagner et tout à perdre des élections de lundi prochain
En lire plus...

18 septembre 2018 à 15h59

Le Centre francophone veut ralentir le roulement du personnel

555 Richmond Ouest, 3e étage
Assemblée générale optimiste après une année de démissions et de restructuration.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 13h33

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur