Ukraine : face à Poutine, discours et résolutions ne sont plus suffisants

Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, lors de son allocution devant les membres du Parlement canadien, le 15 mars 2022
Le président de l'Ukraine, Volodymyr Zelensky, lors de son allocution devant les membres du Parlement canadien, le 15 mars 2022
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le 15 mars dernier, le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelensky, a eu une rencontre virtuelle avec les membres du Parlement canadien. Au cours d’une allocution émouvante, il a remercié le Canada pour l’aide humanitaire et militaire accordée jusqu’ici à son pays.

Compte tenu que l’agression russe se poursuit brutalement sur le territoire ukrainien, il a exhorté le Canada et les Canadiens à en faire davantage. 

Présenté par le premier ministre Justin Trudeau, le président Zelensky a été remercié par le président du Sénat, George Furey. Ont également pris la parole le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, la cheffe de l’opposition officielle, Candice Bergen, le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, et la membre du Parti vert, Elizabeth May.

Je vous encourage à visionner l’enregistrement de cette rencontre historique. On ne peut pas être indifférent au sort tragique des Ukrainiens.    

Paix, démocratie, droits de la personne

La Conférence ministérielle de la Francophonie, réunie en session extraordinaire le 16 mars 2022 à Paris a adopté avec fermeté et dans un esprit d’unité une résolution sur l’Ukraine.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La Francophonie réprouve avec vigueur l’agression militaire de l’Ukraine par la Fédération de Russie. Elle condamne les violations du droit international, des droits de l’Homme et du droit humanitaire qui en découlent, y compris la violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine.

La Conférence appelle instamment à un cessez-le-feu immédiat et sans conditions, au retrait par la Fédération de Russie de ses forces militaires, et à un règlement pacifique et rapide du conflit en cours.

Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France, lors de la de la 40e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie
Isabelle Hudon, ambassadrice du Canada en France, lors de la de la 40e session de la Conférence ministérielle de la Francophonie

Le lendemain de la Conférence, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a noté qu’en tant que deuxième organisation internationale en importance, la Francophonie a une voix forte dans le monde et peut contribuer aux efforts diplomatiques en cours visant à trouver une solution à la crise actuelle.

Elle a affirmé que «de concert avec ses alliés et partenaires, le Canada continuera à agir de manière décisive pour soutenir la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance de l’Ukraine et, par extension, les principes de promotion de la paix, de la démocratie et des droits de la personne qui sont chers à la Francophonie».

Le nombre des victimes en Ukraine ne cesse d’augmenter

Du 24 février 2022 à 4 heures du matin, date du début de l’attaque armée de la Fédération de Russie contre l’Ukraine, au 22 mars 2022 à minuit (heure de Kyiv), la mission de surveillance du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a enregistré 2571 victimes civiles dans le pays: 977 tués et 1594 blessés.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une mise à jour de ces chiffres est régulièrement faite en anglais, ukrainien et russe mais non en français, pourtant l’une des six langues officielles de l’ONU. 

Depuis 2014, le Haut-Commissariat documente les victimes civiles en Ukraine. Sur le site Internet qu’il consacre à l’Ukraine, pays membre de la Francophonie, la documentation est disponible en anglais et en ukrainien seulement.

S’il y a un organe de l’ONU qui devrait donner un exemple de respect des droits linguistiques, c’est bien le Haut-Commissariat aux droits de l’homme. Ce n’est pas la première fois que je traite du droit des citoyens et des médias de langue française à accéder en français à la documentation des Nations Unies.

Ukraine
Cette carte politique montre la capitale nationale et les capitales des 27 provinces de l’Ukraine, les 7 pays limitrophes ainsi que la mer Noire et la mer d’Azov.

«Merci de votre patience»

Je ne répéterai pas ici ce que j’ai écrit dans mes chroniques L’ONU manque de respect pour les droits linguistiques, Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?Le français en dernier à l’ONU et Diffusion en français à l’ONU: le Canada est intervenu à plusieurs reprises

Sauf pour rappeler que, le 21 janvier 2019, par l’entremise de l’adresse UN Human Rights, le bureau des médias du Haut-Commissariat aux droits de l’homme me transmettait le message suivant:

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le multilinguisme est l’un des principes fondamentaux des Nations Unies. Malheureusement, en raison de ressources humaines et de capacités limitées, il n’est malheureusement pas toujours possible de traduire et de publier tous les documents dans toutes les langues officielles dans les délais… Nous vous remercions de votre patience.»

Cette position était alors facile à comprendre parce que Donald Trump, alors président des États-Unis, estimait que la paix coûtait trop chère et que la contribution américaine aux agences de l’ONU devait être diminuée ou, même, éliminé. Aujourd’hui, la paix dispose-t-elle des ressources humaines et des moyens financiers dont elle a besoin?

L’ambassadeur canadien à l’ONU, la ministre canadienne des Affaires étrangères, le Commissaire aux langues officielles du Canada et bien d’autres, devraient intervenir pour faire respecter les droits linguistiques des citoyens et des membres de la presse.

perspectives internationales francophones
La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly.

Imposer la paix en Ukraine

Parle, parle, jase, jase… Durant ce temps, il existe une personne, dont l’esprit est imperméable à n’importe quel argument, et qui s’amuse dangereusement à faire plus que des feux d’artifices.

L’ONU, le Conseil des droits de l’homme, la Francophonie, et bien d’autres organismes internationaux, ont beau adopter les meilleures résolutions, la triste réalité est qu’il y a un individu qui contrôle un pays (et des arsenaux nucléaire, chimique et biologique) au point où il peut facilement emprisonner toute personne qui manifeste son désaccord avec lui, et même empoisonner ses adversaires politiques.

À quel moment, le monde libre, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Europe arriveront-ils au point de dire à Poutine et à la Russie «C’est assez» et de prendre les moyens d’imposer la paix?

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur