Santé et météo: gros et chaud

Partagez
Tweetez
Envoyez

L’obésité est maintenant officiellement une «maladie». Pas seulement les conséquences de l’obésité, comme le diabète, l’hypertension artérielle, l’arthrose des articulations porteuses. Ni une prédisposition génétique ou un métabolisme favorisant l’obésité, mais bien l’obésité elle-même.

C’est du moins ce qu’a décrété récemment le conseil d’administration de l’American Medical Association. Et si un tel comité d’experts dit que l’obésité est une maladie, qui êtes-vous et qui suis-je pour prétendre le contraire, pour vouloir poursuivre le débat ou seulement pour demander des explications supplémentaires?

Les experts ont parlé, il faut s’incliner. C’est aussi ce que veulent nous faire avaler les prophètes de malheurs climatiques qui justifient leurs prescriptions anti-industrielles totalitaires par les rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), un comité des Nations-Unies censé représenter le consensus scientifique sur la question.

Or, là aussi, le GIEC représente tout sauf un consensus. Que ce comité soit précisément chargé de dégager une pensée unique à partir d’une foule de données et de thèses contradictoires devrait déjà nous mettre sur nos gardes à l’effet qu’il y a, justement, plus qu’une pensée sur la question.

Idem pour la récente proclamation de l’AMA, qui a été rondement débattue et critiquée, et qui est loin de faire consensus, tant chez les médecins que dans le grand public.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Certes, le surpoids est un problème chez de plus en plus de gens, associé à notre mode de vie de plus en plus sédentaire, de moins en moins actif, et à nos excès de table. Ce n’est pas un mystère: on ne bouge jamais assez et on mange toujours trop.

Mais est-ce une «maladie», au sens où on l’entend normalement? Quelque chose qu’on «attrape» et dont on peut «guérir»? Probablement pas. L’AMA a admis avoir adopté cette désignation pour inciter davantage de gens à consulter un médecin.

Une étude citée ici et là affirme que la moitié des patients obèses ne se sont jamais fait dire par un professionnel de la santé qu’ils auraient intérêt à perdre du poids.

Ça me paraît surréaliste. D’abord, l’obésité ne rend pas aveugle ni insensible. À l’exception d’Obélix, les gros savent qu’ils sont gros, et les plus gros savent parfaitement que ce n’est pas «normal». À partir d’un certain tour de taille, si on ne fait rien pour y remédier, ça devient un choix.

Pour nos autorités politiques et médicales, la somme de nos problèmes individuels de santé devient souvent un problème de «santé publique» qui entraîne des dépenses supplémentaires. C’est le cas de l’obésité qui, comme le tabagisme et d’autres mauvaises habitudes, aggrave ou génère d’autres problèmes ou maladies, des vraies celles-là.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Une bonne stratégie pour inciter les gens à passer à l’action est de leur faire peur. Les gens qui ne jurent que par le GIEC admettent également brandir la menace de changements climatiques extrêmes (improbable) pour nous inciter à adopter de meilleures habitudes de conservation des ressources.

Même si certains de leurs objectifs sont louables, leur stratégie est malhonnête, dénigre indûment les scientifiques dissidents et infantilise le grand public.

Le climat a toujours évolué et fluctuera toujours, avec ou sans nous. L’industrialisation et l’augmentation de la population humaine ont un impact certain sur l’environnement, la qualité de l’air, de l’eau et des sols, donc sur la «santé publique». Sur le climat ou la météo, par contre, c’est encore loin d’être prouvé.

* * *

D’autres articles de François Bergeron mentionnant les changements climatiques:

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

1 juillet 2016 – La plus grande fraude depuis le commerce des indulgences

21 mai 2016 – Climat économique et économie climatique

12 avril 2016 – Science frauduleuse: faut-il poursuivre Exxon… ou Al Gore?

1 mai 2015 – Changements climatiques: Wynne et Couillard font fausse route

21 avril 2015 – Notre gouvernement placébo

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

10 février 2015 – Climat: agendas politiques et religieux

30 septembre 2014 – Climat: de la marde

8 septembre 2014 – Naomi Klein réchauffe la planète

3 octobre 2013 – Sommes-nous de trop sur cette planète?

23 février 2011 – Tout sauf un institut bidon

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

11 janvier 2011 – Un ministre de l’Environnement climatosceptique?

25 février 2010 – Bravo Maxime Bernier

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur