Le Comité franco de la Ville réactivé

La dernière réunion du Comité franco de la Ville le 29 janvier 2018.
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est cette semaine, à sa séance de mercredi ou à celle de jeudi, que le Conseil municipal de Toronto devrait adopter la recommandation du maire et du Comité exécutif de réactiver son Comité consultatif des affaires francophones, qui passerait de sept à neuf membres.

Le 20 mars, au lancement officiel de la Semaine de la francophonie, le maire John Tory a assuré qu’il appuierait la remise en service du Comité, qui siège généralement deux ou trois fois par année.

Dissous avant les élections

Comme les autres comités consultatifs, le Comité francophone est dissous avant les élections pour être recréé après.

Le 22 octobre dernier, le maire Tory a été réélu, aux côtés de 25 conseillers municipaux (au lieu de 47 comme le prévoyait le gouvernement libéral provincial battu par les Conservateurs le 7 juin).

À sa réunion du 27 ou à celle du 28 mars, le nouveau Conseil municipal devrait également décider de réinstituer le Comité consultatif des Affaires autochtones, celui du Film, de la Télévision et du Numérique, ainsi que celui de la Musique.

Le maire John Tory au cocktail de lancement de la Semaine de la francophonie torontoise le 20 mars.

Organismes et individus

Le Comité francophone est habituellement composé d’un élu municipal (co-président) et de six représentants d’organismes communautaires ou culturels de la communauté franco-torontoise. La dernière fois, les membres provenaient du Centre francophone de Toronto, de La Passerelle I.D.É., du Club canadien de Toronto, de l’ACFO-Toronto, du Théâtre français de Toronto et des Centres d’accueil Héritage.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Le Comité exécutif recommande maintenant un comité de neuf membres: un élu municipal, quatre représentants d’organismes et quatre «individus ayant démontré un leadership dans la communauté ou dans un secteur pertinent».

Les élus municipaux sont nommés pour deux ans (renouvelables) aux divers comités, alors que les membres du public y siègent pendant quatre ans, à titre bénévole. Le conseiller municipal Norm Kelly co-présidait le Comité francophone l’an dernier, mais il a été défait aux élections du 22 octobre.

Communiquer en français

Le Comité exécutif précise que la langue de travail du Comité francophone est le français, et que ses membres doivent donc posséder une connaissance pratique du français.

Dans les faits, la plupart des fonctionnaires intervenants devant le Comité ne parlent pas français. Norm Kelly ne parlait pas français et recourait au service d’interprétation simultanée.

Le Comité français de la Ville se penche sur divers dossiers touchant les enjeux économiques et sociaux de la francophonie torontoise. Toutefois, il revient régulièrement sur les politiques de communication de l’administration municipale avec les citoyens, quand un document multilingue omettant le français refait surface.

Nathan Phillips Square
Les lettres TORONTO aux couleurs du drapeau franco-ontarien (au mat de l’esplanade de l’hôtel de ville à l’arrière-plan) le 25 septembre dernier, Jour des Franco-Ontariens.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur