Le Comité français de la Ville de Toronto supprimé?

Partagez
Tweetez
Envoyez

Le comité français de la Ville de Toronto a été qualifié de superflu, la semaine dernière, par un rapport municipal commandé par le maire Rob Ford. En tout, ce sont plus de 20 groupes consultatifs qui risquent d’être abolis dans les prochaines semaines.

Dans les faits, le Conseil municipal ne compte pas établir de nouveau le Comité français et souhaite le mettre à la disposition de la Direction de l’équité, de la diversité et des droits de la personne.

«Le directeur municipal Joe Pennachetti veut mettre ce dossier entre les mains de ce comité qui décidera du sort du Comité français», indique Clarisse Ngana, la présidente du comité français de la Ville de Toronto.

«Nous avons un mandat important. Celui d’assurer la liaison entre la communauté francophone et l’Hôtel de Ville. Nous aidons la Ville à servir la population franco-ontarienne et c’est pourquoi j’entends bien demander une rencontre avec le maire pour nous défendre», ajoute la présidente.

Il est à noter que Toronto est une région désignée en totalité sous la Loi sur les services en français, depuis 1990. «Les francophones bénéficient d’une législation qui garantit au public le droit de recevoir des services en français de la part des ministères et organismes du gouvernement de l’Ontario», fait valoir Clarisse Ngana.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Malheureusement, les municipalités sont exemptées de l’application de la Loi provinciale sur les services en français.

La Ville de Toronto présente un déficit d’un peu plus de 774 millions $ en ce moment. C’est donc pour ces raisons que le Conseil municipal veut réduire ses dépenses et éliminer le budget accordé chaque année aux différents comités. «Nous n’avons pas un budget énorme. Ce n’est sûrement pas ça qui fait une très grande différence», défend Mme Ngana.

Révision du dossier

La recommandation du directeur municipal sera donc examinée lors de la rencontre du comité exécutif de la Ville mercredi prochain, soit le 20 avril. «Le conseiller municipal, qui représente le Conseil municipal lui-même sur le Comité français, fait partie du Comité exécutif de la Ville. Il prendra la parole devant ses pairs pour défendre notre comité. J’ai l’intention, en compagnie des autres membres du comité français, d’y intervenir aussi», affirme la présidente.

Pour préserver ce Comité, Mme Ngana est d’avis qu’il faut lui accorder les ressources financières et le soutien politique dont il a besoin. «Il faut prouver qu’il y a un intérêt véritable à conserver ce lien avec la communauté francophone», soutient-elle.

Le Comité exécutif, présidé par le maire, va donc débattre du sort du comité mercredi. La question sera ensuite référée au Conseil pour une décision finale.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur