L’AFO tournée vers 2030: rien de facile

Assemblée de la francophonie de l'Ontario: le directeur général Peter Hominuk et le président Carol Jolin.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Plus de 1000 personnes des quatre coins de la province ont participé à la rencontre annuelle de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) qui s’est tenue en ligne pendant 6 jours jusqu’à samedi.

Plusieurs personnalités de tous les horizons politiques et communautaires ont pris part au lancement et à certaines activités.

CLIQUEZ SUR LA PHOTO : Plusieurs artistes ont participé à la rencontre virtuelle de l’AFO. 

Carol Jolin réélu

Le président Carol Jolin a été réélu sans opposition pour un mandat de 2 ans. Celui-ci s’est dit «bien heureux de pouvoir poursuivre le travail entamé au sein de l’AFO depuis 2016».

Ses deux dernières années à la barre du lobby politique des Franco-Ontariens ont été particulièrement mouvementées.

Après une année 2019 passée à mobiliser la communauté – avec succès – contre des reculs infligés par le gouvernement conservateur de Doug Ford, c’est la pandémie qui a frappé en 2020.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Dominique Janssens

Carol Jolin est rejoint au conseil d’administration par cinq membres élus ou réélus eux aussi par acclamation: Dominique Janssens pour la région du Centre (comprenant Toronto), Jason Dupuis pour la région de l’Est, Alexi Breton pour la région du Nord-Est, Claudette Gleeson pour la région du Nord-Ouest et Michelle Nadeau pour le secteur jeunesse.

D’autres administrateurs poursuivent leur mandat: Blandine Lesage pour le Sud-Ouest, Jacques Héroux représentant les aînés et retraités, Nicole Fortier Lévesque les femmes, Marcel Mukuta Kalala et David MBaya Kabamba les minorités raciales.

Plan stratégique communautaire

Les discussions de cette rencontre virtuelle ont surtout porté sur le nouveau Plan stratégique communautaire, vers 2030, qui a été validé.

Parmi les défis de la francophonie ontarienne au cours des prochaines années, le Plan identifie au premier chef la démographie: les francophones sont plus nombreux en nombres absolus, 622 000 personnes, mais moins en proportion de la population, 4,7%, selon le recensement fédéral.

Le vieillissement de la population et la transmission de la langue d’une génération à l’autre sont d’autres enjeux, ainsi que les disparités régionales, l’immigration et les minorités visibles.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’inclusion des minorités dans la francophonie ontarienne est en effet un des chantiers prioritaires de l’AFO.

On attend aussi avec impatience la refonte de la Loi sur les services en français, promise par le gouvernement de l’Ontario pour «d’ici la fin du mandat». L’AFO et l’AJEFO (les juristes) ont déjà fourni à la ministre Caroline Mulroney leur ébauche de projet de loi.

La commissaire aux services en français de l’Ontario, Kelly Burke, a répondu aux questions de Peter Hominuk, le directeur général de l’AFO.

Prix de reconnaissance

Par ailleurs, on en a profité pour remettre les prix de reconnaissance annuels à «trois acteurs-clés de la francophonie ontarienne»:

– L’éducatrice Édith Dumont remporte le Prix Paulette-Gagnon. Elle est la toute première femme à la direction du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario, et elle est actuellement vice-rectrice des partenariats, collectivités et relations internationales à l’Université de l’Ontario français basée à Toronto.

– L’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM) a reçu le Prix de l’horizon franco-ontarien pour son Festival Quand ça Nous Chante, qui s’adresse aux élèves de la 9e à la 12e année.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– L’infatigable bénévole Denyse Culligan a reçu le Prix Florent-Lalonde pour son travail avec des organismes de femmes vivant avec la violence dans le Nord-Ouest de l’Ontario.

«Nous avons battu un record du nombre de soumissions aux trois prix reçus cette année, 25 soumissions», s’est félicité Carol Jolin.

 

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur