Common law en français: Calgary devance Toronto

Entente avec l’Université d’Ottawa

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).


21 février 2019 à 11h00

Un nouveau partenariat conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary va aider à résoudre les problèmes d’accès à la justice pour les francophones en Alberta.

Ce partenariat permet aux étudiants de la Faculté de droit de l’Université de Calgary, qui possèdent de solides bases en français, d’obtenir une certification du Programme de common law en français de l’Université d’Ottawa.

Débouchés pour les diplômés

Cette certification améliore non seulement l’accès à la justice pour les Albertains, mais offre en outre aux diplômés en droit de Calgary l’opportunité d’occuper un poste d’auxiliaire juridique auprès de la Cour suprême du Canada, des cours fédérales et au sein de la fonction publique fédérale.

Ian Holloway, doyen de la Faculté de droit de l’Université de Calgary
Ian Holloway

L’Université de Calgary a commencé par offrir deux cours de common law en français il y a deux ans et la réaction des étudiants a dépassé les attentes.

«Nous sommes particulièrement enthousiastes de lancer ce partenariat avec l’Université d’Ottawa et de donner à nos étudiants la possibilité d’améliorer leur future carrière en droit et d’accroître leur influence sur le système de justice dans l’ensemble du pays», a déclaré Ian Holloway, doyen de la Faculté de droit de l’Université de Calgary.

«La Certification de common law en français (CCLF) augmente non seulement l’accessibilité des étudiants à des emplois dans l’ensemble du Canada où la connaissance des deux langues officielles constitue un atout ou une nécessité, mais elle permet en outre d’améliorer l’accès à la justice pour les justiciables francophones», explique la professeure Caroline Magnan, directrice du programme.

Ottawa, Saskatoon, Calgary, Moncton

Ce partenariat fait de la Faculté de droit de l’Université de Calgary la deuxième faculté de droit au Canada – après celle de l’Université de la Saskatchewan en 2016 – à offrir la CCLF avec l’Université d’Ottawa.

Caroline Magnan, directrice du programme de common law en français
Caroline Magnan

Pour ce qui est de la formation en common law, les programmes en français de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Moncton sont actuellement les seuls à offrir l’occasion aux étudiants de droit de suivre des cours dans l’une ou l’autre langue officielle.

Profil linguistique des jeunes

Toutes les facultés de droit devraient être appelées à jouer un rôle beaucoup plus actif dans l’apprentissage, chez les étudiants, des deux langues officielles appliquées au domaine du droit.

Ce rôle accru reflèterait d’ailleurs beaucoup mieux le profil linguistique des jeunes qui s’inscrivent dans les facultés de droit car un nombre grandissant de ceux-ci possède déjà une capacité de communiquer dans les deux langues officielles.

Selon le rapport Analyse pan canadienne des besoins de formation en langues officielles dans le domaine de la justice, soumis le 31 mars 2009 au ministère de la Justice du Canada, les facultés de droit au pays devraient considérer l’offre de cours traitant spécifiquement de la pratique du droit dans les deux langues officielles.

avocats
Bonne nouvelle: de plus en plus d’avocats ontariens sont bilingues: 40% chez les 25-34 ans. Statistique tirée du rapport Analyse pan canadienne des besoins de formation en langues officielles dans le domaine de la justice.

Et Toronto?

À l’automne 2020, l’Université de l’Ontario français (UOF) compte accueillir ses premières cohortes d’étudiants désireux d’obtenir un baccalauréat dans l’un ou l’autre des quatre programmes d’études transdisciplinaires suivants:

– Études de la pluralité humaine

– Études de l’économie mondialisée

– Études des environnements urbains

– Études des cultures numérique

Pour ces quatre programmes, les compétences qui seraient développées et les cours offerts inclueraient une dimension politique, éthique ou juridique.

La Loi de 2017 sur l’Université de l’Ontario français, LO 2017, c 34, ann 43, prévoit que l’Université peut s’affilier à d’autres universités, collèges, établissements de recherche et établissements d’enseignement ou se fédérer ou conclure des contrats avec eux.

Mais encore faut-il que le gouvernement de l’Ontario revienne sur sa décision du 15 novembre de ne pas financer l’UOF. Le fédéral offre de payer la moitié des quatre premières années d’opération (42 millions $), mais la province n’a pas encore accepté de payer l’autre moitié…

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le cri d’une femme qui a quelque chose à dire

Fatoumata Diawara, chanteuse d'origine malienne, revendique son identité dans un monde où l’on se bat pour ses couleurs. Elle sera en concert le 4...
En lire plus...

22 mars 2019 à 9h00

La future fusée de la NASA a-t-elle encore une utilité?

science
La NASA prépare depuis 2011 une nouvelle fusée géante, appelée SLS, censée ramener les Américains en orbite, sur la Lune et même les envoyer...
En lire plus...

Le budget d’un gouvernement aux abois

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau profite d’une augmentation de ses revenus légèrement plus forte que prévu, ces deux dernières années, pour les réinjecter...
En lire plus...

21 mars 2019 à 16h30

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur