Les programmes de l’UOF s’appuieront sur les forces de la région

Normand Labrie promet une université du 21e siècle

Université de l'Ontario français

Le recteur Normand Labrie et l'animatrice Marjorie April.


13 septembre 2018 à 14h10

Les programmes de l’Université de l’Ontario français (UOF), qui compte accueillir environ 300 étudiants à son ouverture à Toronto en 2020, et 2000 dix ans plus tard, s’appuieront sur les forces de la région: métropole économique multiculturelle moderne.

C’est ce qu’a expliqué le recteur par intérim Normand Labrie, en entrevue avec l’animatrice de radio Marjorie April sur la scène du Club canadien de Toronto mercredi midi. Quelques heures plus tôt, il répondait aux mêmes questions à son émission Y a pas deux matins pareils.

L’UOF, créée par la loi en décembre dernier et dotée de son conseil des gouverneurs en avril par le gouvernement libéral, commencera avec quatre programmes, dévoilés bientôt.

On annoncera peut-être en même temps  son premier emplacement, qui ne sera pas, au début, le campus/carrefour incluant le Collège Boréal, TFO et d’autres organismes imaginé par la présidente Dyane Adam.

Programmes futuristes

Ces programmes seront axés sur le développement de compétences «du 21e siècle» dans les domaines pluridisciplinaires ou interdisciplinaires de la «pluralité humaine», de «l’environnement urbain», de «l’économie mondialisée» et de la «culture numérique».

Ce n’est pas aussi clairs que «biochimie» ou «informatique», a reconnu M. Labrie, mais il assure que l’UOF produira des jeunes adaptés à un marché de l’emploi en constante évolution.

Des experts indiquent en effet que plusieurs emplois actuels disparaîtront dans quelques années, remplacés par d’autres que nous ne connaissons pas encore, notamment à cause du développement de l’intelligence artificielle et de ses applications encore insoupçonnées.

En plus de sa quarantaine de conseillers techniques, l’UOF consulte présentement une soixantaine de spécialistes de la pédagogie pour développer ses programmes, dont plusieurs seront offerts en partenariat ou en articulation avec d’autres institutions anglophones et francophones de l’Ontario et au-delà.

Comme Bolzano

«C’est une chance extraordinaire que nous avons de bâtir une université à partir de zéro», indique le recteur par intérim (un recteur permanent, qui pourrait encore être lui, sera désigné d’ici 2020). «Ailleurs, les professeurs sont souvent malheureux de travailler en silos ou dans des structures inchangées depuis des décennies.»

Il compare volontiers la situation de l’Université de l’Ontario français à celle de la petite Université libre de Bolzano, en Italie, qui dessert une minorité régionale allemande, «et qui jouit d’une excellente réputation dans le monde entier».

Vocation régionale

Au Club canadien, M. Labrie a répété que l’UOF est à vocation régionale, pas encore provinciale, parce que c’est à Toronto et dans le Centre-Sud de la province que le besoin est le plus criant.

Par contre, c’est dans cette «région» que vit le tiers de la population canadienne!

Plusieurs chefs de l’Ontario français, qui réclament une université franco-ontarienne d’envergure provinciale depuis une trentaine d’années, considèrent que l’UOF peut en être l’embryon. Cependant, cela n’a jamais été la position du gouvernement.

M. Labrie se réjouit que le nouveau gouvernement conservateur de Doug Ford, élu en juin, a rapidement confirmé son appui au mandat de l’UOF.

Université de l'Ontario français
Le recteur Normand Labrie et l’animatrice Marjorie April.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Plongée au cœur de Liberty Village, ancien quartier industriel

Liberty Village
Le quartier de Liberty Village, entouré par la rue King et la Gardiner Expressway à l'Est de Toronto, est un concentré d'histoire où les...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 11h00

Quand la lumière vient de l’intérieur

galerie Thompson Landry
Ognian Zekoff, l’un des principaux peintres hyperréalistes du Québec, spécialisé dans le «clair-obscur contemporain», veut montrer que les sources de lumière ne viennent pas seulement...
En lire plus...

12 novembre 2018 à 9h00

Hommage des Torontois aux soldats de 14-18

Centenaire armistice Jour du souvenir 2018
Ce 11 novembre au matin, des milliers de Torontois se sont rassemblées pour célébrer le centenaire de l'armistice de la Première Guerre mondiale.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 17h00

La Grande Guerre qu’on ne saurait oublier

Chaque année, le 11 novembre nous rappelle un moment important de notre histoire, celui de cet armistice signé le 11 novembre 1918 à 5 h15,...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h11

Ces colonnes dressées vers le ciel

On remarque un grand nombre de colonnes imposantes dans les grandes villes d'Europe, mais il n'existe pratiquement pas de tels monuments dans nos villes...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 11h00

Fin de vie sublime

livre
La journaliste suédoise Sofia Lundberg a autoédité Un petit carnet rouge, roman qui a connu un rare succès sur Internet avant d’être repéré par...
En lire plus...

11 novembre 2018 à 9h00

Quiz : Fin de la «Grande Guerre» 100 ans passés

quiz
Les combats de la Guerre de 1914-1918 prennent fin lorsque l’armistice est signé le 11 novembre 1918.
En lire plus...

11 novembre 2018 à 7h00

La musique a résonné en français aux quatre coins du pays

Une centaine d’artistes viennent de donner plus 200 spectacles de l’Atlantique au Pacifique dans le cadre du festival Coup de cœur.
En lire plus...

10 novembre 2018 à 15h00

Gérer le PLOE comme l’aide en santé?

La pression monte pour qu’Ottawa fasse un ménage du Programme des langues officielles dans l’enseignement (PLOE).
En lire plus...

10 novembre 2018 à 11h00

Le PLOE : un programme fédéral qui a besoin d’un grand ménage

L’année 2020 marquera le 50e anniversaire des transferts en éducation aux provinces et territoires, mais trouve-t-on dans le bilan du Programme de quoi célébrer?
En lire plus...

10 novembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur