Les programmes de l’UOF s’appuieront sur les forces de la région

Normand Labrie promet une université du 21e siècle

Université de l'Ontario français

Le recteur Normand Labrie et l'animatrice Marjorie April.


13 septembre 2018 à 14h10

Les programmes de l’Université de l’Ontario français (UOF), qui compte accueillir environ 300 étudiants à son ouverture à Toronto en 2020, et 2000 dix ans plus tard, s’appuieront sur les forces de la région: métropole économique multiculturelle moderne.

C’est ce qu’a expliqué le recteur par intérim Normand Labrie, en entrevue avec l’animatrice de radio Marjorie April sur la scène du Club canadien de Toronto mercredi midi. Quelques heures plus tôt, il répondait aux mêmes questions à son émission Y a pas deux matins pareils.

L’UOF, créée par la loi en décembre dernier et dotée de son conseil des gouverneurs en avril par le gouvernement libéral, commencera avec quatre programmes, dévoilés bientôt.

On annoncera peut-être en même temps  son premier emplacement, qui ne sera pas, au début, le campus/carrefour incluant le Collège Boréal, TFO et d’autres organismes imaginé par la présidente Dyane Adam.

Programmes futuristes

Ces programmes seront axés sur le développement de compétences «du 21e siècle» dans les domaines pluridisciplinaires ou interdisciplinaires de la «pluralité humaine», de «l’environnement urbain», de «l’économie mondialisée» et de la «culture numérique».

Ce n’est pas aussi clairs que «biochimie» ou «informatique», a reconnu M. Labrie, mais il assure que l’UOF produira des jeunes adaptés à un marché de l’emploi en constante évolution.

Des experts indiquent en effet que plusieurs emplois actuels disparaîtront dans quelques années, remplacés par d’autres que nous ne connaissons pas encore, notamment à cause du développement de l’intelligence artificielle et de ses applications encore insoupçonnées.

En plus de sa quarantaine de conseillers techniques, l’UOF consulte présentement une soixantaine de spécialistes de la pédagogie pour développer ses programmes, dont plusieurs seront offerts en partenariat ou en articulation avec d’autres institutions anglophones et francophones de l’Ontario et au-delà.

Comme Bolzano

«C’est une chance extraordinaire que nous avons de bâtir une université à partir de zéro», indique le recteur par intérim (un recteur permanent, qui pourrait encore être lui, sera désigné d’ici 2020). «Ailleurs, les professeurs sont souvent malheureux de travailler en silos ou dans des structures inchangées depuis des décennies.»

Il compare volontiers la situation de l’Université de l’Ontario français à celle de la petite Université libre de Bolzano, en Italie, qui dessert une minorité régionale allemande, «et qui jouit d’une excellente réputation dans le monde entier».

Vocation régionale

Au Club canadien, M. Labrie a répété que l’UOF est à vocation régionale, pas encore provinciale, parce que c’est à Toronto et dans le Centre-Sud de la province que le besoin est le plus criant.

Par contre, c’est dans cette «région» que vit le tiers de la population canadienne!

Plusieurs chefs de l’Ontario français, qui réclament une université franco-ontarienne d’envergure provinciale depuis une trentaine d’années, considèrent que l’UOF peut en être l’embryon. Cependant, cela n’a jamais été la position du gouvernement.

M. Labrie se réjouit que le nouveau gouvernement conservateur de Doug Ford, élu en juin, a rapidement confirmé son appui au mandat de l’UOF.

Université de l'Ontario français
Le recteur Normand Labrie et l’animatrice Marjorie April.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur