Le gouvernement Ford est-il prêt à saisir son «avantage francophone»?

L’AFO n’a «pas d'autre choix» que de persévérer...

énoncé économique et financier

Le président de l'Assemblée de la francophonie, Carol Jolin.


25 janvier 2019 à 11h00

Témoignant cette semaine devant le Comité permanent des finances et des affaires économiques de l’Ontario, l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) a invité le gouvernement provincial à saisir son «avantage francophone» dans la diversification de l’économie ontarienne, tout en soulignant l’occasion d’améliorer l’accès aux services en français «en cette période de révision et de création de programmes».

Toujours penser aux Francos

Dans le cadre de ces consultations prébudgétaires, le président de l’AFO, Carol Jolin, a notamment recommandé que le gouvernement de l’Ontario «assure une perspective francophone dans sa révision des finances publiques et dans sa création de programmes, afin d’assurer la pérennité des institutions franco-ontariennes».

Autrement dit: qu’on pense à l’impact des décisions économiques et financières sur la francophonie ontarienne…

Queen's Park
Carol Jolin et la ministre Caroline Mulroney en septembre dernier.

Abolir les RLISS mais pas les Entités?

En santé, par exemple, alors qu’on envisagerait sérieusement d’abolir la bureaucratie des RLISS (Réseaux locaux d’intégration des services de santé), l’AFO propose que soit préservée «la gouvernance communautaire des Entités de planification de services de santé en français, tout en leur octroyant un mandat clair et des ressources additionnelles».

Est-ce utopique ou inconscient de la part des dirigeants de l’AFO, considérant le peu de considération pour les francophones manifestée par le gouvernement conservateur de la province depuis son élection le 7 juin et surtout depuis le 15 novembre?

«Nous n’avons pas d’autre choix que de continuer de faire notre travail de lobbyiste et de persévérer», répond M. Jolin à L’Express.

Gouvernement encore jeune

Ce gouvernement est «encore jeune», dit-il, les ministres et les députés sont encore novices, et le premier ministre Doug Ford vient à peine de se doter d’une conseillère aux Affaires francophones, Marilissa Gosselin, une ancienne candidate conservatrice que M. Jolin connaît depuis quelques années.

Les ponts ne sont donc pas coupés entre le gouvernement et l’AFO, qui s’autorise à espérer, au printemps, un budget 2019-20 qui ne contiendra pas que des mauvaises nouvelles pour les Franco-Ontariens.

Franco-Ontarienne
Marilissa Gosselin, conseillère de Doug Ford aux Affaires francophones.

Francophonie économique

Au ministère du Développement économique, de la Création d’emploi et du Commerce, l’AFO demande notamment «des initiatives stimulant les entreprises sociales, privées et coopératives et l’entrepreneuriat franco-ontarien».

On souhaite aussi que le gouvernement de l’Ontario affecte deux ressources à temps plein pour travailler sur les dossiers de l’Organisation internationale de la francophonie, en vue de renforcer les liens économiques avec les pays francophones et de créer des partenariats afin de hausser le nombre d’immigrants francophones en Ontario.

«S’il est normal que notre voisin du Sud soit notre principal partenaire économique, l’Ontario a l’occasion de diversifier davantage son commerce international grâce aux 1,5 million d’habitants de l’Ontario pouvant s’exprimer en français», fait valoir Carol Jolin.

Selon lui, la ministre des Affaires francophones, Caroline Mulroney, manifeste beaucoup d’intérêt chaque fois que l’AFO parle de facilitation du commerce grâce à la francophonie.

Une offre de 42 millions $

Et l’AFO ne lâche pas le dossier de l’Université de l’Ontario français (UOF) à Toronto.

Nonobstant la décision du 15 novembre de stopper sa mise en oeuvre, l’AFO pense pouvoir finir par convaincre le gouvernement de débloquer 42 millions $ sur quatre ans pour l’UOF, pour profiter de la même somme allongée par le gouvernement fédéral, puisée dans le nouveau Plan d’action pour les langues officielles.

ministre de la Formation et des Collèges et Universités
Merrilee Fullerton, ministre de la Formation et des Collèges et Universités.

«Je ne peux pas croire qu’ils (Doug Ford, Vic Fideli, Merrilee Fullerton, Caroline Mulroney…) vont abandonner ces 42 millions $ aux autres provinces», dit M. Jolin.

«Au bout de quatre ans, quand la province aura réussi à assainir ses finances, elle pourra prendre en charge 100% du financement de l’UOF.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Cinq flûtes des cinq continents

North Wind Concerts
Alison Melville est à la tête du projet de concert Encircling the World: Flutes qui sera présenté le dimanche 2 mars à 19h30 au...
En lire plus...

22 février 2019 à 7h00

Troisième revers consécutif pour les Maple Leafs

Les Maple Leafs de Toronto étaient de retour à domicile après un long voyage de 6 parties à l'étranger. Pour l'occasion ils recevaient la...
En lire plus...

21 février 2019 à 22h30

17 255 écrivains canadiens se partagent 12 282 712 $

écrivains
Depuis 30 ans, le programme du Droit de prêt public (DPP) verse aux écrivains canadiens une somme d’argent en reconnaissance de l’utilisation de leurs...
En lire plus...

21 février 2019 à 17h00

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur