La common law de A à Z: le droit de tradition anglaise en français

La common law de A à Z

La common law de A à Z est disponible aux Éditions Yvon Blais, 75, rue Queen, bureau 4700, Montréal (Québec) H3C 2N6, téléphone: 1 800 363-3047; courriel : [email protected]


5 février 2018 à 8h00

«… les auteurs nous offrent une espèce de carnet de voyage pour les pays de common law… c’est un dictionnaire de la culture de la common law, avec des entrées portant sur ses acteurs, ses institutions, ses grands personnages, ses rituels et sa géographie. Le choix des entrées reflète un exercice d’effort de répondre à une question: comment le juriste de common law pense-t-il le droit en français?… la common law en français est une richesse culturelle dont nous sommes tous, grâce  à ce dictionnaire essentiel, des bénéficiaires.»

C’est ce que le juge à la Cour d’appel du Québec, Nicholas Kasirer, a écrit dans la préface de la première édition de La common law de A à Z, parue en 2010. Son analyse est d’autant plus d’actualité maintenant que les Éditions Yvon Blais ont publié une deuxième édition de cet ouvrage.

En parcourant les 522 pages du volume, j’ai été informé de l’état du droit dans les pays qui, jadis, faisaient partie de l’Empire britannique à titre de colonie ou de protectorat et, dans ceux qui ont été membres ou sont encore membres du Commonwealth.

C’est le cas, par exemple, de l’ancien condominium franco-britannique des Nouvelles-Hébrides, connu aujourd’hui sous le nom de République de Vanuatu. Une revendication du respect de l’égalité constitutionnelle du français se maintient dans cet archipel du Sud-Ouest du Pacifique qui est aussi membre de l’Organisation internationale de la Francophonie.

Un autre exemple que j’ai apprécié est celui de l’île Maurice, dans l’océan Indien, où il existe un courant d’opinion en faveur de l’administration partielle du droit en français.

Au Canada, les tribunaux des provinces et territoires de common law ont tous des responsabilités envers les justiciables d’expression française. Pour être en mesure d’employer la bonne terminologie juridique française, les membres des tribunaux de ces provinces de même que les fonctionnaires de la Justice ainsi que les juristes de pratique privée se doivent d’avoir accès à un outil de travail comme La common law de A à Z.

Les fonctionnaires des provinces qui, comme l’Ontario, ont accepté la dévolution de responsabilités en matière de contraventions fédérales vont apprécier l’index des termes anglais qui fait partie de ce volume.

Grâce à cet instrument, les employés des services juridiques des municipalités ontariennes qui, comme Toronto, ont accepté de prendre charge des poursuites en vertu des infractions provinciales vont être davantage en mesure d’acquitter leurs responsabilités vis-à-vis les justiciables francophones.

Beaucoup plus qu’un dictionnaire traditionnel, cet ouvrage ne se limite pas aux notions de droit, mais s’étend aux personnalités, aux événements et aux institutions qui ont marqué l’histoire de la common law.

Cette nouvelle édition tient compte des derniers travaux du Comité canadien de normalisation du vocabulaire français de la common law, notamment dans le domaine du droit de la famille. Chacun des articles du dictionnaire a été revu et actualisé avec soin.

L’ouvrage vise non seulement les praticiens – actuels et futurs – de la common law en français, mais aussi quiconque s’intéresse au rôle vital du droit dans la société. Historiens, civilistes, journalistes, traducteurs, sociologues, politologues, comptables… qui n’est pas appelé quasi quotidiennement à s’interroger sur les fondements et notions de la common law?

À propos des auteurs

La common law de A à Z
Jacques Vanderlinden

Jacques Vanderlinden est professeur émérite de l’Université libre de Bruxelles et de l’Université de Moncton. Docteur en droit et agrégé de l’enseignement supérieur (histoire du droit et droit comparé), il est membre titulaire honoraire de l’Académie royale des sciences d’outre-mer de Belgique, membre étranger de l’Accademia nazionale dei Lincei d’Italie et membre titulaire de l’Académie internationale de droit comparé. Il a été le Conseiller scientifique du Centre international de la common law en français de la Faculté de droit de l’Université de Moncton.

La common law de A à Z
Gérard Snow

Gérard Snow a occupé pendant 35 ans les fonctions de directeur et de terminologue principal au Centre de traduction et de terminologie juridiques de la Faculté de droit de l’Université de Moncton. Licencié en philosophie et en droit, il est membre du Barreau du Nouveau-Brunswick et traducteur agréé. Il a été décoré de l’Ordre du Canada pour sa contribution au développement de la common law en français.

Donald Poirier a participé  à la première édition de ce volume. Il a été pendant de longues années professeur à la Faculté de droit de l’Université de Moncton. Il a obtenu sa licence en droit de l’Université du Nouveau-Brunswick, sa maîtrise à l’Université McGill et son doctorat à l’Université de Montréal. Il est l’auteur de nombreuses publications, dont l’Introduction générale à la common law.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur