Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Dans la revue «Histoire de l'Antiquité à nos jours», p. 41, un extrait du poème «Le Tournoi de Chauvency» (1285).


17 février 2019 à 11h00

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d’un grand intérêt. Elles sont toutes du même format de 66 pages, et les sujets traités dans les articles sont superbement illustrés de nombreuses reproductions qui en rendent la consultation agréable et plaisante.

Voici quelques exemples de ces revues qui nous font voyager dans l’histoire et dans l’actualité.

Regard neuf sur les barbares

La revue Archéologia no 568 présente une étude historique intitulée Vous avez dit Barbares!

Quatre siècles d’histoire, du Ve au milieu du VIIIe siècle, défilent sous nos yeux. On a longtemps cru que les barbares étaient responsables de la fin du monde romain, mais c’est une toute autre image que nous livre l’archéologie aujourd’hui.

Une autre étude, dans le même numéro, concerne un sujet d’une grande actualité en Europe: Comment les migrations ont façonné l’Europe. Ce dossier ne peut nous laisser indifférents étant donné les importantes origines européennes du Canada.

Aliénor d’Aquitaine

La revue Histoire de l’Antiquité à nos jours nous entraîne dans un voyage historique des plus intéressants, non seulement avec Aliénor d’Aquitaine (1122 ou 24-1204), qui en est le sujet principal, mais aussi avec un petit tour au Caucase ou au Moyen-Orient, avec des curiosités comme l’obélisque noir de Salmanazar III, la Légende noire ou la référence au poème du trouvère Jacques Bretel, daté de 1285.

Bien entendu, ce long poème d’environ 4 500 vers, Le Tournoi de Chauvency, ne figure pas en entier dans le texte. Mais ce poème raconte le déroulement d’un tournoi au cours de six journées de fêtes magnifiques données par le comte de Chiny, Louis V, en octobre 1285 à Chauvency-le-Château. «C’est sans doute l’un des chefs-d’œuvre de la littérature française du Moyen Âge.»

Aliénor d’Aquitaine avait de nombreux attraits: «femme de pouvoir, femme d’action, mécène, reine de France, puis reine d’Angleterre. Huit cents ans après sa mort, Aliénor d’Aquitaine garde toujours son pouvoir de fascination».

Aliénor d’Aquitaine dans un vitrail de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, seule représentation d’elle faite de son vivant, dans la revue «Histoire de l’Antiquité à nos jours» p.14.

Éblouissante Venise

Un numéro spécial de L’Objet d’Art, intitulé Éblouissante Venise, entraîne les lecteurs dans un environnement connu, puisque L’Express du 29 mai 2017 présentait Venise qui mire son front dans les eaux.

Mais cette fois, il n’est pas question des édifices ou des canaux de Venise, mais des richesses de ses nombreux musées.

Au XVIIIe siècle, malgré l’essoufflement politique et le déclin économique, la Sérénissime vit au rythme du carnaval, des concerts et des divertissements. La revue fait une synthèse écrite et visuelle d’une exposition de 200 tableaux, sculptures, dessins, vêtements, meubles et objets d’art, du Grand Palais de Paris.

Héritière de longs siècles de domination sur la Méditerranée, la Venise du XVIIIe siècle a perdu de sa puissance politique et commerciale, et de son influence. Cependant, la production des artistes reste de tout premier plan, dressant un fascinant portrait de la cité, entre mythe et réalité.

Venise, Femme voilée (1717) par Antonio Corradini (1668-1752), marbre. Dans le numéro spécial sur venise de la revue L’Objet d’Art, p. 31.

Voici quelques articles bien illustrés. Venise brillante et décadente, Portrait d’une ville-État, La Venezia, plaisirs et divertissements, Peindre à Venise au XVIIIe siècle.

Selon Stéphane Loire, conservateur général du patrimoine, «le XVIIIe siècle représente un moment particulièrement brillant pour l’histoire de la peinture à Venise. S’inspirant d’une riche tradition locale, plusieurs générations de peintres d’un excellent niveau contribuent à son prestige. Travaillant pour des commanditaires locaux ou pour des cours étrangères dans toute l’Europe, les peintres d’histoire remportent de brillants succès en renouvelant les formes du grand décor; parallèlement, les paysagistes contribuent à diffuser l’image de Venise dans des vedute (type de fenêtre) topographiquement exactes, mais aussi dans des caprices imaginaires.»

Pour profiter pleinement d’une visite à Venise, qui a tant à dévoiler, prendre connaissance de cette revue avant de partir sera une aide appréciée. Mais on n’est pas obligé d’aller à Venise pour en profiter.

La Bible de Chartres

La dernière étape de notre voyage – dans L’Art de l’enluminure no 66 – nous conduit à Chartres, célèbre ville française par sa grande cathédrale gothique (XIIe et XIIIe siècles) et son pèlerinage annuel du lundi de Pentecôte (jour férié en France).

Une page de la Bible de Chartres en couverture de la revue «Art de l’enluminure», p. 52.

C’est pour découvrir la Bible de Chartres.

À l’occasion d’une exposition du musée de Cluny, Musée national du Moyen Âge, Naissance de la sculpture gothique. Saint-Denis, Paris, Chartres 1135-1150, le n° 66 d’Art de l’enluminure est consacré à une grande bible du milieu du XIIe siècle, probablement exécutée à Chartres pour Saint-Denis.

Son luxuriant décor ornemental et figuré fait ici l’objet d’une étude pluridisciplinaire qui la met au cœur du renouvellement stylistique que connaissent l’architecture, le vitrail et la sculpture de cette époque.

Pour les lecteurs de L’Express c’est l’occasion et la possibilité d’avoir en mains ces fameuses enluminures, lettrines, écriture gothique et autres illustrations dont il a déjà été question dans L’Express. Cette revue illustre sur de très nombreuses pages des extraits de la Bible de Chartres en couleur, et qui présentent clairement tous les genres d’illustrations utilisées à l’époque.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La Semaine de la francophonie lancée en beauté

Il y avait foule, mercredi soir, au cocktail d’ouverture de la Semaine de la francophonie torontoise dans l’édifice des anciennes imprimeries du Toronto Star.
En lire plus...

21 mars 2019 à 12h45

La Bourse #JEMAIME : un coup de pouce féminin

Les Chiclettes réitèrent pour une troisième année l’expérience de la Bourse #JEMAIME destinée aux projets de femmes franco-ontariennes. Une soirée d’échanges et de spectacles...
En lire plus...

21 mars 2019 à 11h00

Le français en dernier à l’ONU

langues officielles
Comment l’ONU, qui a six langues officielles, peut-elle publier en anglais un document de 18 pages concernant un dossier canadien, le rendre disponible au...
En lire plus...

21 mars 2019 à 9h00

Les incontournables recueils de poésie en Ontario français

La Journée mondiale de la poésie est célébrée chaque année le 21 mars. Pour souligner l’événement, la professeure Lucie Hotte de l’Université d’Ottawa a...
En lire plus...

21 mars 2019 à 7h00

Une police toujours plus ouverte sur la francophonie

Engagement, diversité culturelle, inclusivité: tels furent les maîtres-mots de la fête francophone annuelle de la police de Toronto ce mercredi 20 mars dans ses...
En lire plus...

20 mars 2019 à 16h40

747 millions de francophones attendus d’ici 2070

La nouvelle édition de «La langue française dans le monde» confirme une nouvelle fois le déplacement de son centre de gravité vers l’Afrique. L'étude...
En lire plus...

20 mars 2019 à 14h00

Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Monument franco-ontarien Toronto
Des députés provinciaux et leaders communautaires se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative...
En lire plus...

20 mars 2019 à 12h50

Pour qu’on puisse vivre dans la langue de son choix

Plan d'action langues officielles
La modernisation de la Loi sur les langues officielles passera par des discussions nationales. Entretien avec la ministre du Tourisme, des Langues officielles et...
En lire plus...

20 mars 2019 à 11h00

Une identité formée par les voyages

Francophonie
À ce stade de sa vie, Anastisia Fyk a du mal à définir sa place dans la francophonie. «Je ne parle pas le français...
En lire plus...

20 mars 2019 à 9h00

Un deuxième coming-out : «Je suis Franco-Ontarien»

Mathieu Chantelois fait son deuxième coming-out. «Je peux enfin le claironner: je suis Franco-Ontarien.»
En lire plus...

20 mars 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur