«Venise qui mire son front dans les eaux…»

Une ville de curiosités historiques, culturelles, sociales

Le Grand Canal. (Photos: Odile Collet)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Il avait bien raison, le parolier Étienne Bardou (18??-1938), de qualifier ainsi Venise dans la chanson Venise et la Bretagne, que le célèbre interprète français de l’époque, Tino Rossi (1907-1983), avait inscrite dans son répertoire, et que l’on peut encore entendre sur Internet.

Car de l’eau il y en a à Venise, non seulement parce qu’elle est située au bord de l’Adriatique qui tente de l’enserrer dans ses longs bras, mais parce qu’elle s’étale sur 118 îles, 177 canaux… et 455 ponts.

Elle ne comprend donc que des rues piétonnières, dont certaines ont la largeur d’une ruelle. Il faut être un bon marcheur pour découvrir Venise, dont l’intérêt est partout, sous des formes diversifiées, étonnantes, architecturales, aquatiques ou commerciales.

Vue aérienne de Venise.
Vue aérienne de Venise.

Dès l’Antiquité, la région de l’actuelle Venise est habitée par des pêcheurs, des bateliers ou des sauniers. Les peuplades locales se réfugient dans les îles du delta pour fuir les invasions des Goths d’Alaric ou des Huns d’Attila aux IVe et Ve siècles.

En 568, les réfugiés qui fuient les Lombards fondent une cité dans les îles, qui ultérieurement deviendra Venise, du nom des populations locales, les Vénètes.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
La basilique St-Marc.
La basilique St-Marc.

Piazza San Marco

Que voir à Venise? «Le plus élégant salon d’Europe», pour reprendre une expression de Napoléon Bonaparte, c’est-à-dire la Place Saint-Marc qui est le complexe architectural le plus connu de la ville. Et la seule piazza de Venise le mérite bien. Ailleurs on parle de campo (champ).

Elle forme un quadrilatère irrégulier, impressionnant par les arcades et les monuments qui l’entourent. Elle mesure 175 mètres de long et 56 à 82 mètres de large.

On peut y voir la basilique Saint-Marc avec ses coupoles, le Palais des doges (1366, on peut le visiter), la tour de l’horloge (1496), le campanile qui domine la place de ses 98,5 m de haut (1514, effondré en 1902, reconstruit à l’identique). On peut accéder à son sommet.

Toutes les heures un carillon retentit. En se dirigeant vers le Grand Canal qui borde la place, on peut voir deux colonnes du XIIe siècle surmontées, celle de gauche, du lion ailé en bronze de saint Marc l’évangéliste, et celle de droite, de saint Théodore en marbre.

La Salute.
La Salute.

Basilica della Salute

Parmi les quelque 90 églises de Venise, celle de la Salute mérite de retenir l’attention. C’est une église en rotonde et un véritable musée.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Trois retables de Luca Giordano (1634-1705) ornent les chapelles de droite, on admire le chœur très art baroque.

Un grand tableau du Titien, La descente du Saint-Esprit, décore la chapelle de gauche qui donne accès à une sacristie abritant Les noces de Cana du Tintoret, des œuvres du Titien (plafond, Saint-Marc) de Palma le Vieux et Palma le Jeune.

Le pont des Soupirs.
Le pont des Soupirs.

Le pont des Soupirs

Le pont des Soupirs est aussi très célèbre. Il relie les anciennes prisons (les Plombs d’où Casanova s’est évadé en 1756) au palais des Doges. Son nom suggère les soupirs poussés par les prisonniers conduits devant les juges, lors de leur dernier regard sur Venise. C’est un pont fermé pour éviter à ceux-ci de se jeter dans le canal ou pour que l’on n’entende pas leurs cris.

Ici, cette belle façade, c’est l’hôtel Bandinelli qui surplombe la lagune. Les ruelles abritent des restaurants, des hôtels, des magasins. On note beaucoup de magasins de chaussures et de sacs à main ou de bijoux ou d’insectes momifiés.

Les pigeons de la place St-Marc.
Les pigeons de la place St-Marc.

Des photos insolites traduisent la vie à Venise. Des enfants tentent d’attraper des pigeons qui pullulent place Saint-Marc ou se perchent sur des statues, un bateau-poubelle ramasse les ordures, des bateaux-ambulances sont amarrés près de l’hôpital, la police a aussi ses embarcations comme les bateaux-taxis. Et les vaporettos assurent les transports en commun. Ailleurs c’est un embouteillage de gondoles avec lesquelles on peut faire une promenade.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Il faut flâner dans les rues et ruelles, se rendre jusqu’à la Douane de mer devenue un entrepôt, prendre son temps et se perdre pour garder de Venise un souvenir inoubliable.

La grand-place de Burano.
La grand-place de Burano.

Burano

On ne saurait mentionner toutes les découvertes qui attendent le visiteur. Mais une visite à l’île de Burano s’impose aussi. Derrière l’hôpital se trouve le point d’embarquement d’un vaporetto qui rejoint Burano en 40 minutes, faisant une escale à l’île de Murano, connue pour son industrialisation du verre.

Burano pourrait être surnommée l’île des dentelles et des couleurs. Des magasins proposent articles ou vêtements utilisant cette broderie et l’on peut observer des dentellières au travail. Ce sont les façades des maisons qui arborent des couleurs éclatantes, vert, rouge, violet, qui rappellent les maisons de St. John’s à Terre-Neuve.

«Aucun coin de la terre n’a donné lieu, plus que Venise, à cette conspiration de l’enthousiasme.» (Guy de Maupassant)

Un pont de Burano.
Un pont de Burano.

Conseils

Si l’on se rend à Venise en voiture, il faudra laisser celle-ci sur le continent dans le stationnement d’un hôte bien choisi. Si l’on arrive par avion, il faut prendre un vaporetto qui gagne directement la place Saint-Marc. Il faut se renseigner, car il est difficile de trouver le point d’embarquement.

Vérifier le tarif d’une promenade en gondole avant de l’entreprendre pour éviter une mauvaise surprise.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur