Des ancêtres de plus en plus lointains

On nous trouve maintenant des ancêtres en Afrique il y a 300 000 ans. (Photo: Cicero Moraes, Wikimedia Commons)


11 janvier 2018 à 8h00

Le portrait de l’espèce humaine s’est considérablement compliqué au cours de la dernière année: à partir de quel moment un fossile peut-il commencer à être appelé «Homo sapiens»?

La plus grosse énigme a continué de s’appeler Homo naledi, mais ce n’est pas parce que le décompte des os et des dents a atteint les 1800, depuis cette découverte dans une caverne d’Afrique du Sud en 2015.

La véritable raison de l’énigme est l’arbre généalogique: faut-il placer Homo naledi tout près de nous, Homo sapiens, compte tenu de son anatomie qui semble en faire un humain «moderne», ou plus loin, vu son petit cerveau et sa taille? Cette année, son âge a été évalué entre 230 000 et 300 000 ans, ce qui le place étonnamment près de nous pour un humain qui vivait aussi loin que l’Afrique du Sud.

D’autant plus qu’en parallèle, l’idée que les traits propres à l’Homo sapiens se soient cristallisés en Afrique de l’Est il y a 200 000 ans, a pris du plomb dans l’aile.

Une découverte au Maroc pourrait y situer un ancêtre direct il y a 300 000 ans. Le décodage d’un génome sud-africain vieux de 2000 ans situerait «l’ancêtre commun» à tous les humains il y a au moins 260 000 ans.

Et des analyses de génomes continuent de nous découvrir des «fantômes» de Néandertaliens et de Dénisoviens, signalant du coup que, qui que puissent être nos ancêtres directs, ils ont échangé des gènes à plus d’une reprise avec des cousins qui avaient quitté l’Afrique longtemps avant eux.

Bref, le «point de départ», si tant est qu’il y en ait un seul, est devenu plus flou, tout comme la frontière entre Homo sapiens et tous les autres humains qui vivaient en Afrique il y a 200 à 300 000 ans est elle aussi devenue plus floue.

Les généticiens continuent pendant ce temps de traquer de l’ADN qui serait demeuré intact dans ces fossiles, seule façon par laquelle il sera possible de lever le voile. À suivre en 2018.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Prix Jeanne Sabourin à Claude Guilmain

Prix Jeanne Sabourin
9e Gala Reconnaissance de Théâtre Action
En lire plus...

18 juin 2018 à 15h59

Accueil «par et pour» les francophones à l’aéroport Pearson

Une initiative à répéter dans d’autres aéroports au pays
En lire plus...

18 juin 2018 à 14h59

Marche gastronomique dans Chinatown

Dix plats dans six restos en deux heures et demie
En lire plus...

18 juin 2018 à 10h00

Quand les « indiennes » ont révolutionné la mode européenne

Pour saisir le sens et l’importance d’une découverte, il faut se replacer à l’époque où celle-ci a été faite. En Europe, dans le passé,...
En lire plus...

17 juin 2018 à 11h00

Errer entre deux mondes

Guy Bélizaire vient de publier À l’ombre des érables et des palmiers, un recueil de nouvelles dont certaines sont écrites au « je ». Est-ce une...
En lire plus...

17 juin 2018 à 9h00

Quiz : Le lundi de la matraque

quiz
Ça brassait au Québec dans les années 60-70: le Lundi de la matraque en est un épisode mémorable.
En lire plus...

17 juin 2018 à 7h00

Suer pour rester en santé

santé
Recherche et activité physique : un demi-siècle de médecine préventive
En lire plus...

La schizophrénie du placenta

On savait déjà que les sources de la schizophrénie étaient en partie génétiques. Et une hypothèse veut depuis longtemps que des complications pendant la...
En lire plus...

16 juin 2018 à 7h00

High Park, un espace de verdure au cœur de la ville

High Park
Visites Express
En lire plus...

15 juin 2018 à 17h00

Un pavillon des saveurs francophones à la FrancoFEST de Hamilton

FrancoFEST Hamilton
Le Couleur, Céleste Lévis, Jacobus, Claude Bégin, Jamie Adkins...
En lire plus...

15 juin 2018 à 15h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur