Il est de plus en plus facile de faire de bons petits films


29 mars 2011 à 13h39

Quand on a seulement 500 000 $ pour réaliser un film, comment peut-on se permettre d’embaucher Rémy Girard? Réponse de Marc-André Lavoie: il faut que ce soit l’acteur vedette qui tienne beaucoup à jouer dans ton film et accepte le même cachet que les autres.

C’est ce qu’indiquait la semaine dernière le réalisateur de Y’en aura pas de facile, une comédie légère à l’affiche de Cinéfranco, qui partageait la tribune du Club canadien de Toronto avec la réalisatrice Dany Chiasson, dont le premier film, Ma Jeanne d’Arc, une chevauché en France sur le mode documentaire, a coûté encore moins cher (mais pas moins de travail et de soucis) à produire.

Marc-André Lavoie a fondé une boîte de création de publicité, Orange Média, notamment pour lui permettre de maîtriser son art et sa passion: le cinéma. «Dès que j’ai
500 000 $, je fais un film», dit-il.

Ses deux premiers, Bluff et Y’en aura pas de facile, qui «racontent des petites histoires», lui ont permis de développer des relations étroites avec le milieu de la distribution, c’est-à-dire «des gens du milieu qui apprécient ce que tu fais», ce qui constitue la clé du succès selon lui.

La technologie moderne, remarque-t-il, démocratise le cinéma en permettant à un plus grand nombre de cinéastes indépendants de produire des films de bonne qualité avec des équipements qui sont à la portée de presque toutes les bourses.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

La station Kipling: circulez, y a rien à voir

Cette semaine, nous poursuivons les Visites Express consacrées aux extrémités du métro torontois. Après Finch et McCowan, nous nous sommes rendus à l'ouest de...
En lire plus...

21 février 2019 à 13h00

Common law en français: Calgary devance Toronto

Ian Holloway, doyen, Faculté de droit, Université de Calgary; Nickie Nikolaou, vice-doyenne (Calgary); Adam Dodek, doyen, Faculté de droit, Université d’Ottawa; Caroline Magnan, directrice du Programme de certification de common law en français; Alexandra Heine, étudiante de 3e année en droit (Calgary).
Un nouveau partenariat sur l'enseignement de la common law, conclu entre les facultés de droit de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Calgary, va...
En lire plus...

21 février 2019 à 11h00

Incertitude environnementale et arrogance humaine

roman
Le premier roman de Christiane Vadnais, Faunes, est un récit dystopique qui s’insère dans un courant de fiction climatique.
En lire plus...

21 février 2019 à 9h00

Ils ont apporté la rougeole à l’école

Encore un. Un père de famille qui se retrouve au centre d’une poussée de cas de rougeole, en Colombie-Britannique, reconnaît ne pas avoir fait...
En lire plus...

21 février 2019 à 7h00

Une assemblée citoyenne de l’AFO sur Facebook

Résistance
L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario organise sa première assemblée citoyenne en direct sur Facebook le mardi 26 février à 17 h.
En lire plus...

20 février 2019 à 17h10

McMichael accueille l’art pluriel de Françoise Sullivan

McMichael
Les femmes à l’honneur! Depuis le 16 février, le Musée d'art canadien McMichael ouvre ses portes à deux expositions itinérantes sur deux grandes artistes:...
En lire plus...

20 février 2019 à 13h00

Facebook, sauveur des journaux?

journaux, presse, médias
Responsable majeur de leur détresse, Facebook vient aujourd’hui au secours des journaux désemparés en promettant 300 millions $ pour divers projets de journalisme local....
En lire plus...

20 février 2019 à 11h00

Roman d’une culture générale transcendante

livre
L’action de Complot à l’Unesco, le tout dernier roman d’Alain Bernard Marchand, se déroule en grande partie à Paris, siège de l’institution onusienne du...
En lire plus...

20 février 2019 à 9h00

Traitement miracle? Posez ces deux questions

science
Une annonce pour le moins spectaculaire — un traitement pour le cancer dès 2020 — a attiré l’attention des médias il y a deux...
En lire plus...

20 février 2019 à 7h00

Bien plus qu’une école de métiers

Club canadien de Toronto
Le Collège Boréal est bien plus qu’une institution post-secondaire, près du quart de ses étudiants possédant déjà un diplôme universitaire et venant y trouver...
En lire plus...

19 février 2019 à 22h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur