De plus en plus facile d’obtenir la citoyenneté canadienne


16 octobre 2017 à 8h15

Depuis cette semaine, les gens qui veulent obtenir la citoyenneté canadienne devront avoir été présents au Canada, en tant que «résidents permanents», pendant au moins trois des cinq années précédant leur demande. Auparavant, cette exigence était de quatre années sur six.

Le Centre francophone de Toronto (CFT) se réjouit de ces modifications à la Loi par le gouvernement Trudeau. «Les changements vont permettre à un plus grand nombre de résidents permanents, surtout les jeunes et les aînés, de devenir Canadiens plus facilement», estime la directrice des Services aux nouveaux arrivants, Ngalula Kalunda.

La nouvelle Loi supprime aussi l’exigence de prouver son «intention» de résider au Canada après l’obtention de la citoyenneté, ce qui donne plus de latitude à ceux qui désirent habiter à l’étranger pour des raisons personnelles ou professionnelles.

Le critère d’admissibilité voulant que les demandeurs se trouvent en sol canadien au moins 183 jours par année est aussi aboli. Les modifications à la Loi prévoient également des assouplissements dans la comptabilisation du temps passé au Canada.

«C’est une bonne nouvelle pour les résidents temporaires, les réfugiés et les étudiants étrangers qui présentent une demande de citoyenneté», fait valoir la directrice de la clinique d’aide juridique du CFT, Aissa Nauthoo. «Auparavant, le temps qu’ils passaient au Canada avant de devenir résidents permanents n’était pas considéré comme du temps effectif passé au pays. Ce sera désormais comptabilisé dans le calcul de la période de présence exigée.»

Le CFT encourage le gouvernement fédéral à «poursuivre ses efforts en matière d’accessibilité, d’inclusion et de diversité», indique-t-on par voie de communiqué. «Une manière d’y parvenir serait de diminuer les frais administratifs exorbitants exigés pour présenter une demande de citoyenneté au Canada, ce qui entrave les démarches des demandeurs les plus vulnérables, à commencer par les réfugiés.»

L’aide à l’établissement des nouveaux arrivants dans la grande région torontoise est l’une des principales missions du Centre francophone, situé au 3e étage du 555 rue Richmond Ouest. Il opère aussi une clinique de santé, des services de recherche d’emploi et d’aide juridique, ainsi qu’un centre pour la petite enfance.

Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.
Le 555 Richmond ouest (près de Bathurst au sud de Queen). Le Centre francophone occupe tout le 3e étage.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un quatrième album pour l’humoriste Hunter Collins

Hunter Collins
Pas de sujets tabous pour cet homme blanc hétéro...
En lire plus...

23 juin 2018 à 12h00

Les aires protégées qui ne sont pas protégées

Objectif 2020 : 17 % des terres émergées et 10 % des océans
En lire plus...

23 juin 2018 à 10h00

CRISPR : émoi autour du mot « cancer »

Le «ciseau génétique» provoquerait une «contre-attaque»
En lire plus...

23 juin 2018 à 7h00

Charme industriel entre les briques rouges de la Distillerie

La Distillerie
La Distillerie est bien un quartier de Toronto où le paysage industriel rencontre l’art moderne. Les gens y viennent pour venir se restaurer dans...
En lire plus...

22 juin 2018 à 19h00

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur