La science du racisme


9 février 2006 à 11h35

C’est au XVIIIe siècle que des gens, y compris des scientifiques, ont commencé à se servir des progrès de la science pour justifier le racisme: alors qu’on travaillait à classifier de façon systématique les roches, les plantes et les animaux, certains ont imaginé qu’il serait également possible de «classifier» les humains.

Avec une conséquence évidente: si on peut démontrer qu’un groupe (par exemple, les Noirs) est, de naissance, moins intelligent qu’un autre, cela permet de justifier l’esclavage (dans le contexte du XIXe siècle) ou la pauvreté (aujourd’hui).

Ces penseurs n’ont jamais atteint leur but, mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, se sont multipliés les efforts. L’un d’eux, qui a obtenu un certain succès populaire, s’appelait la crâniologie, ou étude des crânes: des chercheurs ont tenté de démontrer que le crâne d’un Blanc était plus large que celui des autres «races»; donc, un cerveau plus gros; donc davantage intelligents.

La crâniologie est morte dans les décennies qui ont suivi, lorsqu’il a été démontré que les variations de taille des crânes n’avaient rien à voir avec le fait d’être Noir ou Blanc.

Mais parallèlement, progrès de la psychologie aidant, des tests d’intelligence sont apparus au début du XXe siècle et ont rapidement été utilisés par des eugénistes américains comme Harry Laughlin et Madison Grant pour affirmer, «sur la base d’études scientifiques», que certaines populations – Noires, Est-européennes et Juives – étaient «physiquement inférieures» et qu’il fallait par conséquent en limiter l’immigration aux États-Unis.

Ces travaux ont eu, de son propre aveu, une influence déterminante sur la pensée d’Adolf Hitler.

La découverte des camps de la mort nazis a eu un impact dévastateur sur les travaux qui essayaient encore de justifier scientifiquement le racisme. Mais la popularité des tests de Q.I. leur a permis de se donner une apparence de modernité.

Et c’est dans ce contexte qu’est arrivé, en 1994, un livre appelé The Bell Curve: le titre réfère aux tableaux statistiques des résultats aux tests de Q.I., sur lesquelles s’inscrit une courbe en forme de cloche (bell).

Dans cet ouvrage de plus de 800 pages, Richard H. Hernstein et Charles Murray prétendent démontrer, chiffres à l’appui, la croissance aux États-Unis d’une «méritocratie», c’est-à-dire une classe sociale composée de gens qui, grâce à leur intelligence, ont pris les rênes de la société.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur