Un regard sur le passé de la Crète et de l’Écosse

Statue Crète

Statue crétoise d'un athlète en ivoire sautant par-dessus un taureau. Elle daterait de 1600 environ avant notre ère. P. 44.


18 mars 2018 à 10h00

Quand le passé devient présent, il est toujours intéressant de le découvrir, tout comme nos descendants découvriront avec curiosité et intérêt notre présent lorsqu’il sera devenu leur passé.

Mais pour l’instant, c’est sur le passé de la Crète et de l’Écosse que se portera à notre regard grâce à deux publications, des revues, que les éditions Faton mettent à notre disposition et dont les articles sont brillamment illustrés de reproductions ou de photographies qui, à elles seules, suscitent déjà l’intérêt.

La Crète

Les lecteurs de L’Express ont eu l’occasion de prendre connaissance de quelques aspects de cette île méditerranéenne qui fait maintenant partie de l’État grec.

Dossiers Archéologie 382, Faton, juillet-août 2017. En couverture, Vestiges du palais de Cnossos, le site archéologique le plus emblématique de la Crète. (vers 2000 av, n. ère?)

Il n’en a pas toujours été ainsi. Appelée autrefois «île de Candie», du nom donné par des Arabes expulsés d’Espagne à sa capitale en 824, elle n’a été rattachée à la Grèce qu’en 1913. Les origines du nom Crète sont incertaines.

L’histoire de la Crète est extrêmement complexe et dans les Dossiers Archéologie no 382, intitulés La Crète 5000 ans d’histoire, une quinzaine d’articles en brossent un tableau culturel et artistique qui en illustre les grandes lignes.

Grandes périodes

La mythologie s’est emparée de l’île et y a placé l’enfance de Zeus et le règne du roi légendaire Minos, fils de Zeus et d’Europe.

On ne connaît pas les origines du peuple qui s’est installé en Crète vers 2600 avant notre ère. Mais on sait que ce people avait une parfaite maîtrise de la navigation et que, dans les siècles suivants, l’île était devenue une importante puissance maritime et commerciale.

On a appelé cette période celle de la civilisation minoenne du nom de Minos.

Vers -1450, l’île est envahie par les Achées, l’un des premiers peuples indo-européens, qui occupent le territoire de la Grèce actuelle. La civilisation mycénienne, du nom de l’antique ville de Mycènes, supplante la brillante civilisation minoenne à laquelle elle a beaucoup emprunté.

Des invasions successives

Puis la Crète tombe sous la domination de l’Empire romain à pariir de 350 de notre ère. C’est une période de paix et de prospérité jusqu’à l’invasion arable de 834. Cette occupation dure pendant 136 ans.

Elle est devenue la base arrière de pirates pillant le pourtour des terres byzantines. Le général byzantin Nicéphore II Phokas arrive à libérer la Crète en 961.

La République de Venise s’empare de la Crète à partir de 1212 et en fait une véritable colonie, qui accorde aux Crétois un certain nombre de privilèges. Cette occupation a une influence considérable sur l’art crétois.

Mais en 1717, la Crète passe aux mains des Turcs, ce qui entraîne plusieurs révolutions, jusqu’à ce que la Crète soit enfin unie à la Grèce par le traité de Londres en 1913 et depuis elle suit l’histoire et le destin de la Grèce.

On comprend ainsi que la revue des éditions Faton s’ouvre par cet article: «La Crète, un mélange unique des cultures de Méditerranée orientale». Et les articles qui suivent développent différents aspects de ce thème. Une revue à lire avant de se rendre dans cette île «bénie des dieux».

Les Pictes d’Écosse

Le passé de l’Écosse réserve aussi quelques surprises aux descendants d’ancêtres écossais. Et c’est le dossier Histoire antique et médiévale de juillet-août 2017 des éditions Faton qui nous les apporte: «Les Pictes ancêtres des Écossais».

Histoire Pictes
Histoire 92, Faton, juillet-août 2017. En couverture: La Sibylle de Delphes, fresque de Michel-Ange réalisée vers 1509, chapelle Sixtine, Vatican.

Découvrir les Pictes, que nous ne connaissons peut-être pas, c’est grâce à cette revue faire un voyage historique, culturel et artistique dans le passé de l’Écosse avec un grand nombre de reproductions, de sculptures notamment.

À dire vrai, on ignore à peu près tout de l’origine des Pictes! Les ancêtres de ces anciennes tribus, unifiées sans doute dans le temps pour faire face aux Romains, seraient venus du continent à la fin de la préhistoire. Il en est fait mention pour la première fois en 297.

«Hommes peints»

Leur nom viendrait du latin et signifierait littéralement «hommes peints».

Ce nom «évoque les relations belliqueuses qu’eurent les tribus établies au-delà du mur d’Hadrien avec Rome, puisque les peintures auxquelles ce qualificatif fait allusion étaient vraisemblablement des peintures de guerre».

Le mot Picte désigne les populations des basses terres ou des hautes terres de l’Écosse actuelle entre le IVe et le milieu du IXe siècle environ.

Leur art

La langue parlée par ces peuplades est le picte. Elles n’ont laissé aucun document écrit, à part une liste de leurs rois, et les sources les concernant proviennent pour l’essentiel de Grande-Bretagne et d’Irlande.

L’archéologie donne également de nombreux éléments sur la société des Pictes.

Ils se distinguaient par leur langue, leur mode de succession matrilinéaire, leur habitat, leur économie, mais aussi par une expression artistique originale, particulièrement au travers des nombreuses stèles exhumées sur leur ancien territoire et par quelques chefs-d’œuvre d’artisanat.

La revue donne de nombreuses reproductions de ces réalisations qui illustrent six articles à découvrir: Les sources relatives aux Pictes, La christianisation des Pictes, Les grands rois pictes, La société picte, L’art des Pictes, La disparition des Pictes et la naissance de l’Écosse.

Stèle picte Écosse

Stèle picte d’Aberlemno, Écosse, Conseil régional d’Angus. Elle date du VIIIe siècle, avec une croix celte d’un côté. P. 27.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les araignées utilisent l’électricité de l’air pour voler

Ça intriguait déjà le jeune Darwin
En lire plus...

18 juillet 2018 à 7h00

CAH et le lobby des aînés: FARFO s’parler

Centres d'Accueil Héritage
Prêts pour le «tsunami gris»?
En lire plus...

17 juillet 2018 à 14h24

Une virée à Wasaga Beach

wasaga beach
Des plages qui respirent les vacances et la famille
En lire plus...

17 juillet 2018 à 12h00

Le seuil de l’hypertension est incertain

hypertension
Entre 120 et 140: le chiffre magique
En lire plus...

17 juillet 2018 à 7h00

Succès de la fête torontoise de la Bastille

Wychwood Barns
Un événement annuel redynamisé
En lire plus...

16 juillet 2018 à 12h00

Un capteur contre le dopage technologique

cyclisme
Un capteur détecterait le champ magnétique d’un moteur caché dans un vélo
En lire plus...

Raymond Brousseau nous fait découvrir l’art inuit

Raymond Brousseau
Important don du collectionneur et peintre au MNBAQ
En lire plus...

15 juillet 2018 à 11h00

Quand un écrivain n’est plus cru, il est cuit !

Le premier roman de Claude La Charité s’intitule Le meilleur dernier roman. Ça ne s’applique pas au livre qu’on lit mais plutôt à un...
En lire plus...

15 juillet 2018 à 9h00

Quiz : Ottawa

En lire plus...

15 juillet 2018 à 7h00

Grande-Rivière-du-Nord, une terre haïtienne de caractère

Haïti
À l'heure du tourisme patrimonial durable
En lire plus...

14 juillet 2018 à 10h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur