Volta: du cirque à la frontière du sport

Époustouflants BMX. (Photo: Patrice Lamoureux)
Partagez
Tweetez
Envoyez

Le Cirque du Soleil a dressé son chapiteau près de Cherry Beach à Toronto. L’empire québécois, vendu en 2015 à un investisseur américain et un gestionnaire de fonds chinois, mais encore géré de Montréal, y présente sa toute nouvelle création, Volta, jusqu’au 27 novembre.

Dans la tente d’accueil, la boutique de marchandises laisse déjà deviner que le sport sera à l’honneur: on y vend notamment le modèle de vélo d’acrobaties (BMX) qui clôturera ce spectacle à la frontière du cirque et du sport, rythmé par une musique électronique qui maintient le niveau d’adrénaline presque sans relâche.

Corde à sauter infermale. (Photo: Patrice Lamoureux)
Corde à sauter infernale. (Photo: Patrice Lamoureux)

Première surprise: pas de décor élaboré comme dans plusieurs autres spectacles du Cirque du Soleil, notamment Kurios et Love, remplacé par les jeux de lumière, les explosions et les vidéos.

À l’instar de Luzia, où on réussissait à faire tomber de la vraie pluie sur la scène, Volta comporte une nouvelle prouesse technique: la scène s’ouvre pour laisser sortir les plateaux sur lesquels évolueront les as du BMX.

Chaque numéro apportera évidemment ses accessoires sur la scène ronde (qui offre à l’auditoire une vue de 240 degrés), les plus saugrenus étant des machines à laver capricieuses qui feront bien rire les spectateurs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Chant, musique et multimédia. (Photo: Michael Kass)
Chant, musique et multimédia. (Photo: Michael Kass)

Le Cirque du Soleil nous raconte encore une histoire, cette fois sur les thèmes de la «liberté de choix» et de «l’aventure».

Le monde mystérieux de Volta est composé d’«esprits libres» aux costumes colorés, de «gris», androïdes conformistes qui représentent monsieur et madame tout-le-monde, et d’«élites» qui idolâtrent WAZ, l’animateur vedette de l’émission télévisée Quid Pro Quo.

WAZ – dont le manteau contient 168 lasers et 90 mètres de fils électriques – célèbre sa 1000e émission en organisant une compétition de talents: le prétexte de la suite de numéros d’acrobates qui se succéderont sur scène.

Plus que les artistes, ici, ce sont les sportifs qui défient les conventions en s’encourageant à se dépasser et à démontrer que «l’authenticité est l’antidote de la superficialité».

Corde à sauter, funambule, patineuse, majorette, unicycle, anneaux, cerceaux, échelles, ballet et bien sûr les fameux BMX: tout est chorégraphié avec une précision à couper le souffle.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur