Un voyage artistique

Les fiançailles de Marie et Joseph, par Giotto (environ 1305).
Partagez
Tweetez
Envoyez

Un voyage artistique, c’est celui que l’on peut faire en restant chez soi, mais en feuilletant quelques revues toujours magnifiquement illustrées que nous proposent les éditions Faton. Jugeons-en plutôt.

faton heures italiennes

Heures italiennes

Ce numéro hors série de L’Objet d’Art nous propose de faire le tour de quatre musées qui présentent ensemble Heures italiennes, une exposition qui met à l’honneur la richesse des collections de peintures italiennes conservées dans ces musées et les églises du nord de la France.

L’exposition, et donc la revue, propose un voyage dans les différentes écoles de l’art italien, depuis les primitifs jusqu’au rococo: les tableaux de dévotion des XIVe et XVe siècles, la Renaissance, le Naturalisme et le Baroque, et des peintures du XVIIIe siècle.

C’est l’occasion de voir des œuvres que l’on ne connaît pas, des primitifs, der Giotto (1267-1337) ou de Tiepolo (1727-1804), des portraits, des paysages, des madones, encadrés de courts textes explicatifs.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

pissarro-a-eragny-la-nature-retrouvee_pdt_hd_4690

Pissarro, la nature retrouvée

Cet autre numéro de L’Objet d’Art complète harmonieusement l’article consacré à cet artiste dans L’Express du 24 avril dernier. De cet artiste, la revue propose une soixantaine d’œuvres en différents formats, provenant de divers musées parisiens.

Une quinzaine d’articles accompagnent ces illustrations de grande qualité: Pissarro, une vie pour l’art. Des Antilles à Paris les années d’apprentissage. «Le maraîcher impressionniste» entre Pontoise et Louveciennes. Un dessinateur obsessionnel. Et beaucoup d’autres qui éclairent, en l’illustrant, la vie artistique de ce peintre (1830-1903).

le-mystere-le-nain_pdt_hd_4660

Le mystère Le Nain

Ce Dossier de l’Art (no 247) nous permet de faire connaissance avec les frères Le Nain. Car ils sont trois, Antoine, Louis et Mathieu, ces peintres français du début du XVIIe siècle, nés entre 1597 et 1607.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Ce dossier d’art présente l’exposition qui s’est tenue au Louvre et qui a créé tout un événement en montrant cinquante-cinq œuvres de ces trois frères et en tentant d’attribuer la paternité de chacune d’elles à l’un d’eux. Comme ils travaillaient dans un même atelier et utilisaient la même signature, établir une telle attribution est depuis toujours un défi.

«Ce ne sont donc pas seulement des œuvres merveilleuses, dont les célèbres scènes paysannes, que le public découvre; c’est aussi une page d’histoire de l’art en train de s’écrire.» Et les articles du Dossier, qu’illuminent de très nombreuses reproductions, contribuent à mettre en scène le débat concernant cette fratrie et à faire connaître leurs réalisations.

Les articles du Dossier sont tous plus intéressants les uns que les autres. Ils contribuent à faire passer les frères Le Nain «de l’oubli à la gloire» (p.12-13), car «c’est lorsque les œuvres des Le Nain sont montrées que leur connaissance progresse». (p.6) ‘

Et grâce à cette revue, il va certainement en être ainsi pour tous les amateurs d’art et d’histoire qui se plongeront dans ce document on ne peut plus instructif.

charles-le-brun-le-peintre-du-roi-soleil_pdt_hd_4464

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Charles Le Brun

Ce Dossier de l’Art (no 240) offre un aperçu sur un peintre et sur ses œuvres, qui était en son temps une célébrité et dont les réalisations picturales sont toujours admirées lorsque se présente l’occasion de les voir. Et cette revue est bien l’une de ces occasions puisque l’on peut voir à chaque page des compositions de cet artiste talentueux.

Charles Le Brun (1619-1690) est un peintre et décorateur français qui, honneur suprême, a été le premier peintre du roi Louis XIV (1638-1715), le Roi Soleil, ce monarque français superpuissant. Le Brun a également dirigé l’Académie royale de peinture et de sculpture, et la Manufacture royale des Gobelins, une manufacture de tapisserie créée à Paris par Henri IV, roi de France de1589 à 1610.

Mais ce qui fait peut-être la gloire de Charles Le Brun, c’est la décoration qu’il a réalisée du château de Versailles et de sa galerie des Glaces en particulier. Ce château a servi de résidence aux rois de France Louis XIV, Louis XV et Louis XVI. Et les visiteurs de ce monument historique peuvent toujours contempler les œuvres d’art de Le Brun, par lesquelles il s’est illustré.

Les articles du Dossier mettent en valeur le peintre et ses réalisations. Voici quelques titres: Charles Le Brun en Gloire, 1633-1646. Un jeune talent entre Paris et Rome, 1646-1661. Du sens du récit au sens du décor, 1661-1683. Le Brun maître des arts. Le Brun et Louis XIV. Charles Le Brun et les Gobelins, 1661-1683. Le Brun et le grand décor, 1683-1690. Un grand peintre au crépuscule.

L’art accessible

Ces exemples de revues des Éditions Faton permettent, comme l’ensemble de leurs publications de ce genre, à la fois de se distraire en regardant toutes les illustrations présentées et de se documenter en prenant connaissance des textes qui les accompagnent. En peu de pages (de 65 à 80), on ne saurait mieux faire pour mettre l’art à la portée de tous.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur