Camille Pissarro, le premier des impressionnistes

Pissarro. Le premier des impressionnistes. Éditions Hazan, 2017, broché à rabats, 22 x 2 x 28,5 cm, 208 p. Le couverture reproduit en partie Jeune Fille à la baguette dit aussi La Bergère, 1881, huile sur toile, 64 x 81 cm, Paris, Musée d'Orsay, livre p. 64.

Pissarro. Le premier des impressionnistes. Éditions Hazan, 2017, broché à rabats, 22 x 2 x 28,5 cm, 208 p. Le couverture reproduit en partie Jeune Fille à la baguette dit aussi La Bergère, 1881, huile sur toile, 64 x 81 cm, Paris, Musée d'Orsay, livre p. 64.


24 avril 2017 à 20h16

On ne connaît pas vraiment le peintre Camille Pissarro, qui n’a pas encore fait l’objet d’une grande exposition dans nos musées. Mais l’occasion de faire connaissance avec cet artiste de l’art pictural nous est donnée grâce à une exposition parisienne et à l’ouvrage d’art qui l’accompagne.

Un Danois

Camille Pissarro ou Jacob Abraham Camille Pissarro de son nom complet est né le 10 juillet 1830 à Saint-Thomas. Depuis 1666, Saint-Thomas, une des Îles Vierges, cet archipel des Antilles situé entre les grandes et les Petites Antilles, est alors une possession danoise prospère par la culture de la canne à sucre.

Mais c’est une entreprise de quincaillerie qui assure la prospérité de ses parents dans le port de Charlotte-Amélie, ainsi nommée en l’honneur de Charlotte-Amélie (1650-1714), reine consort de Christian V de Danemark. Camille conservera toute sa vie la nationalité danoise, ce qui n’était pas le cas de son père, d’origine portugaise mais né en France, à Bordeaux, de nationalité française.

Sa mère est une créole des Antilles danoises, également de religion juive. Le mariage de ses parents est refusé par la Synagogue, car ils étaient neveu et tante par alliance. Sept ans plus tard, le mariage sera accepté et célébré en 1833. De cette histoire, Alice Hoffman a tiré le roman pseudo-historique Un mariage contre nature paru en 2016.

Formation artistique

De 1842 à 1847, Camille va faire ses études en France, dans le pensionnat d’une agglomération proche de Paris, Passy. Son intérêt pour l’art se manifeste très tôt, il dessine à la campagne et visite les musées parisiens.

Revenu à Saint-Thomas, il se lie d’amitié avec le peintre danois Fritz Melbye, avec lequel il se rend au Venezuela, près de Caracas, en 1852, pour se soustraire à l’entreprise paternelle qui ne l’intéresse pas. Il restera deux ans dans ce pays.

En 1855, son père finit par céder à sa volonté de devenir peintre et l’envoie de nouveau à Paris pour qu’il suive une formation plus poussée. Et la branche française de sa famille lui apporte alors une aide financière. Mais Camille ne suit pas régulièrement des cours et travaille occasionnellement à l’Académie Suisse, un prestigieux atelier parisien qui mettait à la disposition des jeunes artistes un atelier et des modèles. C’est là qu’il fera la connaissance de Monet en 1859.

Dès lors, il se consacre d’abord a des travaux d’études en parcourant les rues des villes ou la campagne. En 1863 il participe au Salon des refusés et se lie d’amitié peu après avec Cézanne.

Peintre de la vie rurale

«M. Camille Pissarro a été un révolutionnaire par les renouvellements ouvriers dont il a doté la peinture, en même temps qu’il est demeuré un pur classique par son goût des hautes généralisations, son amour fervent de la nature, son respect des traditions respectables. La Beauté est immuable et éternelle comme la Matière dont elle est la forme revivante en nous et synthétisée; seuls changent et progressent, suivant le temps, les modes de l’exprimer.» (Octave Mirbrau, Combats esthétiques)

Alors que règne encore l’académisme, Pissarro s’en éloigne et devient ainsi le premier artiste que l’on peut inscrire dans le mouvement impressionniste lancé notamment par Monet avec Impression, soleil levant, 1874.

Ainsi connu comme l’un des «pères de l’impressionnisme», Pissarro a peint la vie rurale, en particulier des paysages et des scènes représentant des paysans travaillant dans les champs, comme Fenaison à Éragny qui se trouve au MBAC à Ottawa, qui posséderait trois dessins, quatre peintures et vingt estampes de cet artiste.

Mais Pissarro doit aussi sa célébrité à des paysages campagnards, comme La vieille route d’Ennery à Pontoise, également à Ottawa, des scènes urbaines parisiennes, Montmartre, les environs du Louvre et des Tuileries et des scènes portuaires.

Il est aussi l’auteur des «Impressions gravées», étant revenu avec Degas à la gravure. Avec son œuvre gravée, Pissarro prend place dans l’histoire de l’art aux côtés des plus grands peintres-graveurs de tous les temps, Rembrandt, Goya et plus tard Picasso.

Une exposition et un livre

À Paris, le musée Marmottan Monet présente jusqu’au 2 juillet 2017 la première exposition consacrée à Camille Pissarro.

On peut y admirer soixante de ses plus beaux chefs-d’œuvre de l’artiste, dont huit proviennent des plus grands musées du monde et de prestigieuses collections privées. Cet ensemble remarquable retrace son parcours, de sa jeunesse dans les Antilles danoises jusqu’aux grandes séries urbaines de Paris, Rouen et Le Havre, dessinant un portrait méconnu du «premier des impressionnistes».

Un livre d’art, disponible au Canada, accompagne cette exposition. En 208 pages, il permet de découvrir le peintre Camille Pissarro et son talent grâce aux illustrations presque toutes en pleine page ou en double page, quasiment aussi nombreuses que les pages du livre.

Des textes éclairent ces reproductions et permettent de voir à l’œuvre ce «peintre de paysages et de figures, de la campagne et de la ville, de la terre et de la mer, premier des impressionnistes et promoteur du pointillisme, qui n’a cessé de se renouveler.» C’est une richesse de découvertes au fil des pages.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Lave-auto Mobile Léandre Rossignol

preview1
Chez Lave-Auto Mobile Léandre Rossignol, votre voiture c’est notre passion. Que ce soit pour un lavage intérieur, extérieur, pour un cirage ou pour un reconditionnement de peinture, nous nous...
En lire plus...

HP ELITEBOOK 8460P I5-2540M 2.60GHZ USB 3.0 WEBCAM WIN 10 FR

IMG_7651
– Hp elitebook 8460p – Processeur intel core i5-2540M – 2.60ghz max 3.30ghz – Moniteur 14.1’’ – 4gb ram mémoire – 320gb HDD disque dur – Licence WINDOWS 7...
En lire plus...

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur