La relève, les immigrants, les femmes: des priorités pour la francophonie économique

Incubateurs d'entreprises et nouvelles technologies

FGA, francophonie économique
La Fédération des gens d'affaires francophones de l'Ontario travaille à l'essor de la francophonie économique. Image: iStock
Partagez
Tweetez
Envoyez

Les partis politiques devraient s’intéresser aux enjeux économiques francophones à l’approche des élections provinciales, selon la FGA (Fédération des gens d’affaires francophones de l’Ontario).

La FGA recommande des mesures favorisant la relève francophone dans les entreprises, notamment dans le milieu agricole. En effet, 6 PME francophones sur 10 sont gérées par des personnes âgées de 50 ans ou plus. Or, le bassin d’acheteurs potentiels francophones est beaucoup plus restreint que le bassin d’acquéreurs anglophones.

«Il est crucial de mettre en place des mesures qui tiennent compte de ces réalités et permettent une pérennité de nos entreprises franco-ontariennes lors du départ en retraite de leur propriétaire», explique le président de la FGA, Dominic Mailloux.

FGA, Fédération des gens d'affaires de l'Ontario
Le logo de la FGA.

Commerce international

Le regroupement de chambres de commerce insiste aussi sur l’intégration des professionnels nouveaux arrivants pour combler le manque de main-d’oeuvre qualifiée, et sur l’appui à l’entrepreneuriat féminin.

Dominic Mailloux, Club canadien
Dominic Mailloux.

L’aide à l’exportation et à la visibilité internationale de l’Ontario est également identifiée comme une priorité par la FGA. On propose ici de valoriser la province comme «tête de pont commerciale», notamment en ce qui concerne les entrepreneurs francophones, pour le développement d’affaires avec l’ensemble du Canada, mais également avec les États-Unis.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le français et le bilinguisme, pratiqué par 90% des francophones en Ontario, sont des atouts économiques majeurs à promouvoir.» L’Ontario doit donc renforcer sa présence dans les institutions internationales telles que l’Organisation internationale de la Francophonie et appuyer les entreprises franco-ontariennes dans leur développement à l’exportation.

On révèle que ces recommandations sont un préambule à la publication fin avril d’un Livre blanc sur l’économie franco-ontarienne, rédigé conjointement par la FGA et l’AFO (Assemblée de la francophonie de l’Ontario).

Recensement d’incubateurs

Par ailleurs, la FGA lançait récemment Inkubo.ca, «un portail pour soutenir l’écosystème d’affaires franco-ontarien et ses entreprises».

Ce n’est pas un autre incubateur, mais plutôt un agrégateur ou recenseur des incubateurs et des «services de préincubation, d’incubation, d’implémentation et d’accélération (PIIA) des entreprises» disponibles en Ontario français.

«La plateforme Inkubo est le fruit d’un travail de collaboration colossal avec nos partenaires et permet, dès aujourd’hui, d’offrir une solution à toutes nos entrepreneurs pour porter leurs projets», explique Dominic Mailloux.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les critères de recherche du portail Inkubo, qui répertorie également certaines ressources anglophones en Ontario ou francophones dans d’autres provinces, permettent d’affiner les recherches en sélectionnant, au choix:

  • Le profil de l’entrepreneur.e ou futur.e entrepreneur.e.
  • Les services ou programmes recherchés.
  • Les organismes proposant des services en matière de PIIA.
FGA, francophonie économique
La page d’accueil de la plateforme Inkubo.ca.

«Écosystème» d’entrepreneuriat francophone

De plus, avec Inkubo, s’ajoute une offre de location d’espaces physiques dédiés à Toronto pour accompagner les activités des entreprises naissantes. Ces espaces sont situés au 277 rue Richmond Ouest, Suite 200. Ils abritent déjà la jeune entreprise Sci-Bots.

Inkubo offre aussi un soutien aux programmes d’incubation existants des organismes membres de l’écosystème.

Cet «écosystème» entrepreneurial ou d’affaires inclut des intervenants comme les collèges Boréal et La Cité, le Conseil de la coopération de l’Ontario, la Fondation franco-ontarienne, la Société Économique de l’Ontario et l’Union des cultivateurs franco-ontariens.

L’initiative est réalisée grâce au soutien financier du ministère des Affaires francophones de l’Ontario.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Futurs chefs de file des technologies

Récemment aussi, la FGA annonçait un rapprochement avec TCA (Tech Canada Advocates, la branche canadienne du réseau Global Tech Advocates).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Cet organisme mondial regroupe plus de 20 000 chefs de file du secteur des technologies dans plus d’une quinzaine de pays.

Dans le cadre de leur entente, la FGA et TCA «s’engagent à s’être réciproquement utiles». Ils souhaitent que leurs adhérents accèdent à un nouveau réseau et à de nouvelles relations d’affaires qui les aideront à prospérer.

Tech Canada Advocates vient de se doter d’un groupe de travail nommé Francophone Tech. Son but est «d’identifier et de réunir un plus grand nombre de francophones qui évoluent dans le milieu technologique». Il y en a plusieurs chez Sci-Bots, ou encore chez Red Dot Digital.

La FGA et ses partenaires travaillent sur plusieurs fronts: politique, services aux entreprises, nouvelles technologies.

Sommet de La French Tech

«La technologie est souvent assimilée à l’anglais», souligne Karima-Catherine Goundiam, fondatrice de Tech Canada Advocates. «Notre alliance avec la FGA, un groupe reconnu et fédérateur, ne manquera pas de faire valoir l’expertise de francophones dans ce domaine.»

FGA, TCA, Tech Canada Advocates
Karima-Catherine Goundiam.

«Cette entente-cadre donne à nos membres un point de vue privilégié sur la sphère des startups technologiques canadiennes», ajoute Richard Kempler, directeur général de la FGA. Un événement aura lieu au mois de juin 2022 pour souligner le début de ce partenariat.

La FGA fera d’ailleurs la promotion de son agrégateur d’incubateurs Inkubo au sommet organisé par La French Tech Toronto le 2 juin.

FGA, francophonie économique
La French Tech Toronto organise un sommet le 2 juin.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur