L’incubateur EntrepreneuriatSÉO: 10 $ par semaine pour réussir

incubateur d’entreprises EntrepreneuriatSÉO
Le président de la SÉO, Denis Laframboise, et le directeur général Patrick Cloutier.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’incubateur d’entreprises de la Société économique de l’Ontario (SÉO) sera fonctionnel dès le 22 novembre.

C’est ce que le président Denis Laframboise et le directeur général Patrick Cloutier ont annoncé lors du lancement officiel vidéo sur Facebook le 3 novembre.

L’incubateur EntrepreneuriatSÉO, le premier couvrant l’ensemble de l’Ontario français, offre un accompagnement personnalisé et flexible sur 14 semaines pour 140 $ (10 $ par semaine!) aux futurs entrepreneurs.

incubateur d’entreprises EntrepreneuriatSÉO
La gestionnaire Monique Hébert-Bérubé explique que l’incubateur comprend 63 leçons vidéo.

Vidéos et accompagnement personnalisé

Il est structuré en sept volets couvrant autant de secteurs d’activités pouvant profiter de nouvelles entreprises et de groupes démographiques intéressés: de l’agriculture aux garderies, en passant par les femmes, les nouveaux arrivants et les gens de 50 ans et plus.

La gestionnaire Monique Hébert-Bérubé explique que l’incubateur EntrepreneuriatSÉO s’est associé à une quinzaine de partenaires pour élaborer une programmation sous forme de vidéos et livres numériques… Mais qui passera aussi par un accompagnement personnalisé de chaque participant, pendant et même après les 14 semaines de formation.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
incubateur d’entreprises EntrepreneuriatSÉO
Monique Hébert-Bérubé et le DG de l’Union des cultivateurs franco-ontariens, Danik Lafond.

Incubateur «de A à Z»

La SÉO estime ainsi que 72% des demandes d’appui au lancement d’une entreprise recherche un accompagnement «de A à Z», c’est-à-dire à toutes les étapes de son démarrage et de son établissement.

Seulement 16% des PME appartiennent à des femmes, rapporte Sabine Soumare, du Portail de connaissance pour les femmes en entrepreneuriat associé à l’Université Ryerson.

incubateur d’entreprises EntrepreneuriatSÉO
Monique Hébert-Bérubé et Sabine Soumare.

Développer son idée d’entreprise… ou en trouver

On constate aussi que de plus en plus de gens de 50 ans et plus ont le goût, l’expertise, le temps et les ressources pour lancer de nouvelles entreprises.

Quant aux immigrants, ils seraient souvent bien placés pour établir des contacts et desservir de nouveaux marchés d’exportation.

Même les gens qui veulent se lancer en affaires, mais qui n’ont pas encore d’idée d’entreprise peuvent profiter de l’incubateur, indique Monique Hébert-Bérubé, car il y a même un atelier pour trouver des idées!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur