Les amitiés d’amour ou l’homosexualité sublimée

Sodoma : Paul VI (1963-1978)

Le pape Paul VI. Le livre de Frédéric Martel: Sodoma, enquête au cœur du Vatican, essai, Paris, Éditions Robert Laffont, 2019, 632 pages.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Dans l’Italie de Giovanni Battista (Paul VI), les jeunes hommes qui avaient des doutes sur leurs inclinations homophiles ou qui, au contraire, étaient attirés par leur meilleur copain, ont compris précocement, «presque par atavisme, comment faire de l’homosexualité subie une force, d’une faiblesse un atout: devenir prêtre».

Plusieurs séminaristes ont «repris le pouvoir sur leur propre vie en croyant répondre au double appel du Christ et de leurs désirs». Est-ce que ce fut le cas du futur Paul VI? Le contraire serait surprenant.

Jacques Maritain

Paul VI se considérait comme un disciple du philosophe français Jacques Maritain qui, toute sa vie, fut l’homme des grandes «amitiés d’amour» avec les plus grandes figures homosexuelles de son siècle: Jean Cocteau, Julien Green, François Mauriac.

Frédéric Martel

Ce pape adopte ce que l’auteur appelle le «code Maritain», c’est-à-dire l’homosexualité sublimée, sinon refoulée.

Cela se traduit souvent par le choix du célibat et de la chasteté et, plus souvent encore, par une homophobie intériorisée. C’est dans ce mode de pensée qu’évoluent les évêques et cardinaux nommés par Paul VI.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Des dossiers inaccessibles

L’auteur écrit que ce pape avait un «entourage spectaculairement homophile au Vatican». Les rumeurs sur l’inclination homosexuelle de celui qui fut pape de 1963 à 1978 demeurent innombrables et «plusieurs dossiers existeraient sur le sujet, mais ne sont pas accessibles».

En prônant la chasteté pour les jeunes, les couples divorcés ou les homosexuels, l’Église de Paul VI a cessé de parler aux siens. Cette ligne dure était minoritaire, mais Paul VI a pris sa décision en solitaire, ex cathedra.

La paroisse

Le théologien officiel de Paul VI était «un homophile extraverti». Son maître de cérémonies pontificales «menait une vie tordue en privée». Son camérier était «un homosexuel connu». Et plusieurs cardinaux qu’il a nommés faisaient partie «de la paroisse» (expression codée dans la curie romaine pour désigner subtilement les homosexuels).

Frédéric Martel croit-il que Paul VI fît aussi partie de la paroisse? Il ne le confirme pas, mais avoue que ce pape demeure une véritable énigme.

L’auteur se pose la question suivante: «En recrutant majoritairement dans son entourage des prêtres homophiles, questioning, closeted ou des pratiquants, qu’a voulu nous dire Paul VI?» Poser la question, ici, c’est y répondre!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Précédemment:

Grande majorité et variété d’homosexuels au Vatican

À venir:

Une armée de nonces homosexuels (Jean-Paul II)

Le pontificat le plus gai de l’histoire (Benoît XVI)

Qui suis-je pour juger? (le pape François)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur