Le TfT a-t-il absolument besoin de son propre bâtiment?

24e Salon du livre de Toronto

Diana Leblanc, Guy Mignault, Sylvie-Anne Jeanson, Robert Godin, Joël Beddows.


6 décembre 2016 à 0h14

Dans le cadre du lancement de l’ouvrage de Paul-François Sylvestre sur les 50 ans du Théâtre français de Toronto, au Salon du livre de Toronto samedi, on s’est demandé s’il était temps pour cette institution – le plus vieux théâtre francophone en Ontario et l’un des plus durables de la ville-reine – de posséder son propre bâtiment.

C’est ce qu’a immédiatement souhaité – véritable cri du coeur – l’ancienne directrice artistique Diana Leblanc, la première à s’exprimer au sein d’une table ronde qui réunissait le directeur artistique actuel, Joël Beddows, son prédécesseur pendant 19 ans, Guy Mignault, et le comédien Robert Godin, qui a joué dans Le P’tit bonheur, le tout premier spectacle de la troupe qui s’est appelée le Théâtre du P’tit Bonheur, à l’église du Sacré-Coeur.

«Un théâtre moderne bien à lui offrirait une bien meilleure visibilité et marge de manoeuvre au TfT, et même à d’autres compagnie comme La Tangente et Les Indisciplinés qui pourraient s’en servir», soutient également Guy Mignault, qui a bien failli en obtenir un à la Distillerie. L’équipe du TfT n’avait alors pas réussi à persuader un autre théâtre (anglophone) de renoncer à l’exclusivité dans ce quartier culturel.

Paul-François Sylvestre, Cinquante ans de «p’tits bonheurs» au Théâtre français de Toronto, essai historique, Toronto, Éditions du Gref, coll. Lieux dits no 9, 2016, 290 pages, 35 $.
Paul-François Sylvestre, Cinquante ans de «p’tits bonheurs» au Théâtre français de Toronto, essai historique, Toronto, Éditions du Gref, coll. Lieux dits no 9, 2016, 290 pages, 35 $.

Une boîte noire

Depuis plusieurs années, le TfT présente ses pièces au théâtre Upstairs du Berleley Street Theatre (à quelques pas de la Distillerie), qui appartient à Canadian Stage.

Même si les Franco-Torontois sont désormais familiers avec cet endroit, où le TfT est bien traité, les avantages d’une «boîte noire» (un espace multidisciplinaire, polyvalent) appartenant au seul TfT, ou au TfT et ses associés, seraient importants – voire encore insoupçonnés – pour toute la francophonie.

Guy Mignault et Joël Beddows reconnaissent toutefois qu’une telle entreprise comporte un danger: celui pour le TfT de détourner ses énergies vers la gestion d’un édifice plutôt que vers la création artistique. «On ne veut pas devenir des gestionnaires de salle, on veut rester des producteurs de spectacles.»

Mais Joël Beddows ambitionne de faire venir des pièces de tous les  horizons de la francophonie, de s’ouvrir au multiculturalisme, de produire davantage de spectacles pour enfants et ados, en plus de desservir le public actuel du TfT avec des oeuvres classiques et contemporaines françaises et canadiennes. Le cadre physique actuel limite beaucoup un tel développement.

L’idée de se greffer à un projet comme celui de la Maison de la francophonie (piloté aujourd’hui par le Collège Boréal à la recherche d’un nouveau campus) ne sourit pas aux artistes: «Je vois mal des salles de cours, des bureaux d’organismes communautaires et une clinique de santé à côté du théâtre», avoue Guy Mignault.

Francophonie en croissance

Il raconte aussi que d’autres compagnies de théâtre ont connu de grosses difficultés et ont dû fermer leurs portes peu après avoir acheté leur propre édifice. «Chez nous, chaque expérience de démarchage d’un endroit qui nous aurait appartenu nous a appris quelque chose de plus sur ce que nous avons vraiment besoin.»

Et pourtant, «la culture, c’est l’âme d’un peuple», fait-il valoir, et chaque dollar investi dans la culture a d’importantes retombées. De plus, la francophonie torontoise est en pleine croissance, contrairement à celle d’autres régions de la province et du pays.

Un endroit propre au TfT, ouvert à d’autres troupes de théâtre, compagnies de danse, festivals de musique, permettrait aussi la création d’une billetterie commune à tous les spectacles francophones à Toronto – on imagine une sorte de TicketMaster franco – susceptible notamment de créer de nouvelles habitudes de consommation culturelle et de remplir les salles.

On a donc convenu au Salon du livre que le TfT et ses partenaires ne devraient pas attendre encore 50 ans pour acquérir et gérer leur propre place des arts franco-torontoise.

berkeleystreettheatre


L’Express au 24e Salon du livre de Toronto:

Connecter les 33 millions de francophones des Amériques

Venus pour la poutine, restés pour la poésie

«Un Québec fort ne peut qu’aider les francos» – Yves Beauchemin

Martha Baillie: un roman en 850 cartes postales

Le premier anniversaire de la librairie Mosaïque fêté au Salon du livre

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Entre culture et aventure au Honduras

Honduras
le Honduras se niche entre mer et forêt, déroulant des palettes de bleu dans la mer des Caraïbes et l’Océan Pacifique et d’émeraude...
En lire plus...

17 janvier 2019 à 9h00

Un effet Trump dans la cour d’école?

Trump
Deux chercheurs viennent de publier des résultats inquiétants sur le harcèlement et les insultes à l’école, avant et après la dernière élection américaine.
En lire plus...

17 janvier 2019 à 7h00

Daniel Mayer, nouveau président de Franco-Fête

Franco-Fête de Toronto
Le président de la Franco-Fête de Toronto, Richard Kempler, a passé le flambeau mercredi soir. C'est Daniel Mayer, secrétaire du CA depuis deux ans,...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 16h59

Qui devrait se préoccuper du statut du français à l’ONU?

Six mois après l’adoption, par le Comité des droits de l’homme de l'ONU, de constatations impliquant le Canada, les 18 pages du document ne...
En lire plus...

16 janvier 2019 à 13h05

Des sculptures asymétriques pour des réponses humaines inédites

sculpteur
Le nouveau musée The Modern.Toronto met en vedette des artistes de l’abstrait, comme le sculpteur ontarien André Fauteux jusqu'au 9 février.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 9h00

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur