«Un Québec fort ne peut qu’aider les francos» – Yves Beauchemin

24e Salon du livre de Toronto

Éric Robitaille et Yves Beauchemin.
Partagez
Tweetez
Envoyez

L’auteur de l’expression «des cadavres encore chauds» pour décrire les francophones hors Québec, l’écrivain québécois Yves Beauchemin (de mère franco-ontarienne), reconnaît que l’image a pu blesser bien des gens, et qu’elle lui survivra probablement plus longtemps que ses romans.

Plus d’un quart de siècle après avoir utilisé cette image – «spontanément», lors d’audiences de la commission Bélanger-Campeau sur l’avenir constitutionnel du Québec – il reste  convaincu que l’avenir des communautés francophones du pays est encore incertain. Ce qui est nouveau, c’est qu’il constate que «l’avenir d’un Québec français aussi».

Vedette incontestée du 24e Salon du livre de Toronto, qui s’est déroulé de mercredi à samedi à la Bibliothèque de références, l’auteur du Matou (un million d’exemplaires vendus, traduit en 20 langues et adapté au cinéma) se désole, en effet, que «ça ne va pas très bien au Québec depuis une vingtaine d’années».

Or, les francophones hors Québec ont besoin d’un Québec fort, selon lui, pour contrer l’assimilation. À ceux qui soutiennent que l’indépendance du Québec sonnerait le glas des francos du reste du pays, il rétorque que «ce n’est pas un Québec faible qui va les aider».

Les Empocheurs, d'Yves Beauchemin
Les Empocheurs, d’Yves Beauchemin

Son dernier roman, Les Empocheurs, ne porte toutefois pas sur ces problématiques qui traînent depuis un siècle, mais bien sur le thème on ne peut plus actuel de la corruption politico-financière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La matin même de sa visite à Toronto, a-t-il fait remarquer, l’ancien maire de Laval, Gilles Vaillancourt, venait de plaider coupable à diverses accusations de détournement de fonds publics et comparaissait devant le tribunal pour y recevoir sa sentence.

«Pour la majorité des gens, gagner sa vie et payer ses impôts, c’est dur», explique Yves Beauchemin avec passion. «La corruption politique, ce sont ces impôts de tous qui sont volés: c’est dégueulasse.»

Les Empocheurs raconte l’histoire d’un arnaqueur. Certaines aventures qu’il lui fait vivre sont inspirées de faits divers réels, a-t-il expliqué. C’est ce qu’on appelle un «roman d’apprentissage», suivant le passage d’un jeune à l’âge adulte, qui est aussi une histoire de rédemption.

Les Empocheurs se comparerait en plusieurs points au Matou, selon l’intervieweur de Radio-Canada Éric Robitaille, qui affirme l’avoir lu dix fois et qui a même trouvé une réplique identique dans les deux ouvrages: «La vie, quelle beurrée de marde!» («merde» dans Les Empocheurs).

«J’ai toujours été fasciné par la jeunesse», explique Yves Beauchemin, qui est aujourd’hui âgé de 75 ans. Il a raconté, la gorge nouée, avoir eu «honte d’être blanc» quand il est retourné dans le village de son enfance (Clova, en Haute-Mauricie) et vu des enfants autochtones buvant de la bière.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Les Empocheurs est le 9e roman d’Yves Beauchemin (L’Enfirouapé, Juliette Pomerleau, Charles le téméraire, La Serveuse du Café Cherrier), qui a aussi écrit un recueil de nouvelles et quatre romans jeunesse.

Ses personnages secondaires, même ceux qui ne font que passer, sont tous fascinants et bien développés, a souligné Éric Robitaille. «Personne n’est secondaire», répond l’écrivain québécois. «Même dans un roman, tout le monde a le droit d’être là et d’être caractérisé: c’est une forme de justice.»

Yves Beauchemin.
Yves Beauchemin.

L’Express au 24e Salon du livre de Toronto:

Connecter les 33 millions de francophones des Amériques

Venus pour la poutine, restés pour la poésie

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Martha Baillie: un roman en 850 cartes postales

Le TfT a-t-il absolument besoin de son propre bâtiment?

Le premier anniversaire de la librairie Mosaïque fêté au Salon du livre

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur