Martha Baillie: un roman en 850 cartes postales

24e Salon du livre de Toronto

Martha Baillie.
Partagez
Tweetez
Envoyez

De passage au Salon du livre de Toronto vendredi soir, la romancière francophile torontoise Martha Baillie, a raconté avoir construit son dernier ouvrage, La disparition d’Heinrich Schlögel, à partir de 850 cartes postales contenant chacune un passage de ce récit aux frontières du fantastique.

«Je voulais d’abord poster les cartes à des amis et connaissances, leur demander de me les renvoyer, puis construire le roman selon l’ordre dans lequel je les recevrais», a-t-elle raconté à l’intervieweuse Sophie Perceval sur la scène du Café des littéraires.

«Je voulais aussi que les photos ou illustrations de la carte correspondent aux sujets traités dans chaque passage…»

19e-couverture-la-disparition-dheinrich-schlo%cc%88gelElle est cependant revenue sur ces décisions, rebutée autant par l’énormité de l’opération que par un doute sur l’éthique de demander à ses correspondants de prendre la peine de lui renvoyer les cartes.

Elle a finalement construit le roman dans l’ordre où elle avait rédigé les cartes, mais ce n’est pas coulé dans le béton: la version française pour la France pourrait être différente de la version canadienne actuelle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Son roman met en scène une archiviste fascinée par un fait divers impliquant un voyageur allemand dans le Grand Nord canadien.

Pourquoi un Allemand au lieu, tout bêtement, d’un Canadien anglais ou français? «Parce que les Allemands se sentent coupables d’avoir déclenché deux guerres mondiales», dit-elle, «alors que nous Canadiens ne ressentons aucune culpabilité envers la situation des Premières Nations.»

Son inspiration lui est venue des photos d’Inuits de Donald Weber prises uniquement à la lueur bleue des écrans de téléphones, tablettes et ordinateurs, «produisant des Inuits fantomatiques dans un monde moderne»…

Est-il nécessaire de préciser que plusieurs questions soulevées dans  La disparition d’Heinrich Schlögel resteront sans réponse?


L’Express au 24e Salon du livre de Toronto:

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Connecter les 33 millions de francophones des Amériques

Venus pour la poutine, restés pour la poésie

«Un Québec fort ne peut qu’aider les francos» – Yves Beauchemin

Le TfT a-t-il absolument besoin de son propre bâtiment?

Le premier anniversaire de la librairie Mosaïque fêté au Salon du livre

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur