Le jugement européen sur les OGM ajoute à la confusion

champ de blé

9 août 2018 à 7h00

La décision rendue en juillet par la Cour européenne de justice contre les OGM risque de créer encore plus de confusion, autant pour les scientifiques que pour les futurs juristes qui tenteront de définir ce qu’est un OGM et ce que ce n’est pas.

Le jugement a été salué avec enthousiasme par les opposants aux OGM, puisqu’il conclut effectivement qu’en Europe, des plantes modifiées génétiquement par de nouvelles technologies de manipulation génétique, comme CRISPR, seront strictement réglementées, voire interdites, au même titre que les OGM «conventionnels» qui font l’objet d’un quasi moratoire depuis 2001.

Anciens et nouveaux OGM

Les promoteurs de CRISPR espéraient que ces futures plantes seraient exemptées de la directive de 2001. Mais l’ambiguïté est que les anciens OGM, ceux qui avaient été autorisés en Europe avant 2001, seront toujours autorisés, alors que, d’un point de vue scientifique ou technique, il est bien difficile de dire ce qui les distingue.

L’ambiguïté en question trouve son origine dans les cibles de la directive de 2001: c’est-à-dire les espèces à l’intérieur desquelles ont été introduits des gènes ou des séquences entières d’ADN.

Oui à l’irradiation, non à l’ajout de gènes

La directive exemptait toutefois les organismes dont des génomes ont été modifiés au moyen de techniques dites de mutagenèse comme l’irradiation — c’est-à-dire des techniques qui entraînent des changements dans le matériel génétique, mais pas l’ajout de gènes «étrangers».

Les plantes produites par mutagenèse ne seraient donc pas des OGM, mais celles produites par CRISPR le seraient: c’est en gros ce qu’a dit la Cour européenne de justice le 25 juillet dernier.

Nouvelle technologie interdite

«Cette affirmation a amené beaucoup de scientifiques à se gratter la tête», résumait le surlendemain dans le New York Times le journaliste américain Carl Zimmer, justement auteur récent d’un livre sur la génétique.

La perplexité vient d’une part du fait que l’action de jongler avec les gènes de ce que nous mangeons n’a pas attendu l’invention du mot «OGM». D’autre part, depuis 2001, la science a beaucoup avancé sur le terrain de ce qui s’appelait alors l’ADN recombinant. Là où on imaginait seulement être capable d’insérer un gène d’une autre espèce, des chercheurs ont appris à couper des fragments ou même à en réécrire.

Le résultat est qu’aujourd’hui, une plante qui produit davantage de protéines grâce à ses propres gènes ne contient pas de gènes étrangers, mais elle est pourtant cataloguée en Europe comme un OGM interdit, parce que la technologie n’existait pas avant 2001.

Pas de compromis

L’idée de donner raison aux deux parties avait circulé: en janvier, l’avocat général de la Cour Michal Bobek — un magistrat dont la mission est de représenter l’État — avait publié un avis de plus de 50 pages, dans lequel il écrivait que l’altération de gènes de plantes faisait de celles-ci des OGM au sens de la directive de 2001, mais que les espèces modifiées grâce à des technologies découvertes depuis 2001 devraient être exemptées, en autant qu’elles ne contiennent pas de gènes «étrangers . Cet avis n’a pas été retenu par la Cour.

Reste que pour les deux camps, le débat ne s’arrêtera pas là. On ignore toujours où passe la ligne entre ce qui est un OGM et ce qui ne l’est pas. L’Europe vient de gagner un répit de quelques années… jusqu’à la prochaine invention.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Des Dénisoviens au Tibet?

Les premiers humains arrivés sur les hauts plateaux du Tibet étaient peut-être des Dénisoviens, ces mystérieux cousins dont on sait encore peu de choses.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 7h00

Les Red Wings gâchent le retour de William Nylander

La partie de lundi soir marquait le retour dans la formation torontoise de l'attaquant William Nylander.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 23h26

ARTmonie contre les stéréotypes de genre

Viamonde
Des élèves des écoles Micheline-Saint-Cyr, de Toronto, et De-Lamothe-Cadillac, de Windsor, ont remporté le concours ARTmonie dans les écoles du Conseil scolaire Viamonde.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 17h00

Université et commissariat: il faut une protection constitutionnelle

Le temps est venu d’enchâsser dans la Constitution du Canada des droits linguistiques pour la population de l’Ontario.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 15h00

Immersion dans l’Université de Toronto, dans le top 25 mondial

U of T
Plus grande université du Canada, l'Université de Toronto est une institution de prestige reconnue dans le monde entier.
En lire plus...

6 décembre 2018 à 13h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur