Une cause sur les soins en fin de vie s’enclenche en Cour suprême


10 décembre 2012 à 15h18

à 17h47 HNE, le 10 décembre 2012.

Qui décide, qu’à un certain moment, les soins médicaux ne valent plus la peine d’être prodigués? Les médecins, les patients, ou, lorsque les malades ne peuvent plus parler pour eux-mêmes, leurs représentants?

Est-ce que d’arrêter les traitements lorsque les médecins estiment qu’il n’y a aucun espoir de rétablissement équivaut à permettre à un patient de mourir ou à précipiter sa mort?

Ce sont les questions qu’analyseront sept juges de la Cour suprême du Canada au cours des prochaines semaines, alors qu’ils prépareront leur jugement dans la cause nommée «Brian Cuthbertson, et al. c. Hassan Rasouli, représenté par son tuteur à l’instance et mandataire spécial, Parichehr Salasel».

L’audience sur cette cause ontarienne a duré trois heures lundi. La juge en chef Beverley McLaughlin a indiqué que la cour réservait son jugement mais n’a donné aucun indice du moment où serait rendue une décision.

Plusieurs s’attendent à ce que le jugement de la Cour suprême ait un effet profond sur la façon dont les décisions sont prises dans les cas de soins prodigués en fin de vie partout au Canada.

Des gens oeuvrant dans le réseau de santé public et d’autres qui examinent la façon dont de telles décisions sont prises sont soulagés que la Cour suprême se penche sur cette affaire.

Ils espèrent que la Cour ne se restreindra pas à prendre une décision sur les soins de Hassan Rasouli ou sur le bien-fondé des tribunaux de l’Ontario dans leur interprétation de l’application de la loi provinciale à son cas.

Ils souhaitent plutôt que le plus haut tribunal du pays interprète ce que le droit commun canadien dit sur les obligations des médecins et des directions d’hôpitaux en ce qui a trait aux traitements qu’ils estiment futiles et ne cadrant pas dans le meilleur intérêt du patient.

Kerry Bowman, un bioéthicien de l’université de Toronto qui se penche sur la question des soins en fin de vie depuis plusieurs années, a dit avoir déjà argumenté que les tribunaux n’étaient pas l’endroit propice pour tenir ce type de débat, mais il a dit s’être depuis ravisé.

«Je ne dis plus cela parce qu’en fait, les difficultés avec ce genre de cas nous ont indiqué à maintes reprises qu’il y a un besoin de clarté», a-t-il exprimé.

La cas actuellement examiné origine d’un diagnostic livré à M. Rasouli, cinq mois après son immigration au Canada depuis l’Iran en 2010.

L’ingénieur à la retraite avait subi en octobre de cette même année une opération pour lui retirer une tumeur bénigne du cerveau. Dans les jours suivant l’opération, il a développé une infection qui a détruit des tissus de son cerveau.

Par la suite, pendant plus d’un an, M. Rasouli était dans un état végétatif persistant. Plus tôt cette année, sa condition a été révisée et les médecins jugent maintenant qu’il est minimalement conscient. Mais ses médecins n’estiment pas qu’il est sur la voie de la guérison.

Ceux-ci ne croient pas plus qu’il est victime du syndrome de l’enfermement, une condition dans laquelle le patient est conscient de ce qui l’entoure mais est incapable de communiquer.

Adrian Owen, un neuroscientifique qui a examiné M. Rasouli, soutient qu’il est conscient à un très faible niveau mais qu’il n’est pas, selon lui, victime du syndrome de l’enfermement.

Le cas de M. Rasouli a été amené en Cour suprême, notamment en raison du fait que son cerveau est tellement endommagé qu’il ne transmets plus à son corps la nécessité de respirer. Il est branché depuis deux ans sur un respirateur artificiel.

Deux de ses médecins, Brian Cuthbertson et Gordon Rubenfeld, estiment qu’il va du meilleur intérêt du patient de mettre fin à son régime de soins actuels et de le remplacer par des soins palliatifs. Cela veut dire qu’il ne serait plus nourri ni hydraté, ont fait valoir ses avocats à la Cour suprême.

Certains argumentent que cela serait l’équivalent de précipiter sa mort. Mais pour Bernard Dickens, professeur en matière des droits et des politiques de santé publique à l’Université de Toronto, il s’agirait plutôt dans un tel cas de «laisser mourir».

«Il y a une différence entre tuer et laisser mourir. Dans ce cas, il s’agit de laisser mourir. C’est la conclusion naturelle de la vie», a-t-il fait valoir.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le Beaujolais Nouveau est arrivé au Ricarda’s

Ricarda's
La Fédération Tricolore a réuni une centaine de Français, francophones et francophiles autour d'un cassoulet ce jeudi soir au Ricarda's (angle Peter et Front)...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 15h36

Un conservatisme anglo régressif, mésadapté, ignorant

Assemblée de la francophonie de l’Ontario
L'Ontario français vient de reculer de 20 ans
En lire plus...

16 novembre 2018 à 13h03

L’écriture impulsive de Didier Leclair

livre
Didier Leclair a rédigé huit romans sans jamais faire un plan, presque toujours de façon impulsive.
En lire plus...

16 novembre 2018 à 11h45

D’un océan à l’autre en vélo

cyclotourisme
Le couple Mat LeBlanc et Ali Becker a traversé le Canada à vélo pour «normaliser la consommation du cannabis et de se débarrasser des...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 9h00

Les premiers Amérindiens ont migré rapidement du Nord au Sud

L’ADN d’un squelette du Nevada vieux de 10 000 ans et l’ADN d’un squelette du Brésil vieux de 10 000 ans montrent des similitudes...
En lire plus...

16 novembre 2018 à 7h00

La série californienne continue pour les Leafs face aux Sharks (5-3)

Leafs
Les Leafs se sont imposés ce soir lors de leur déplacement à San Jose face aux Sharks (5-3).
En lire plus...

16 novembre 2018 à 1h08

«Jeudi noir» en Ontario français

Double coup de tonnerre en Ontario français jeudi
En lire plus...

15 novembre 2018 à 19h00

Rodéo de photojournalisme pour des étudiants de La Cité

foire agricole
Cinq étudiants du cours de photojournalisme de Linda Dawn Hammond, du Collège La Cité à Toronto, ont visité la foire agricole annuelle de Toronto.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 15h00

La programmation informatique s’invite dans nos écoles

Kids Code Jeunesse
Kids Code Jeunesse souhaite rendre accessible les ressources programmatiques aux enfants dans les écoles.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 13h00

Faire découvrir notre système judiciaire au jeune public

jeunes
Le ROEJ veut promouvoir le dialogue entre les différents acteurs de notre système judiciaire et les enseignants, les intervenants communautaires et les étudiants.
En lire plus...

15 novembre 2018 à 11h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur