Diya Lim: l’écriture à la mode matriochka

Auteure pour enfants

L’auteure jeunesse Diya Lim, l’animatrice Sibo et, derrière elles, les poupées russes ou «matriochkas». Photo: Sylvie Gervais.
Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est Diya Lim, de Mississauga, qui était l’invitée lors de la dixième édition de Croisée des mots, le jeudi 14 novembre, dans le cadre d’un fructueux partenariat entre l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français et la Bibliothèque publique de Toronto. Elle écrit pour les jeunes du niveau primaire.

Enfant, Diya Lim était souvent dans la lune. Maintenant, elle réalise que cela lui a été très utile, car elle adore écrire pour les enfants et leur faire découvrir les personnages qui vivent dans sa tête. Ses livres sont publiés aux Éditions L’Interligne (Ottawa) et chez Dominique et compagnie (Montréal).

Salon du livre
L’auteure Diya Lim en discussion avec une jeune lectrice au Salon du livre de Toronto 2018. (Photo: avec l’autorisation de Carolan Morin)

Poupées russes

Avant l’entrevue menée par Sibo, bénévole de CHOQ-FM, Diya Lim avait disposé des poupées russes ou «matriochkas» sur un meuble. Elle a expliqué comment la plus petite entre dans la plus grande et ne disparaît pas vraiment. L’expérience de jeunesse enrichit l’écriture de l’adulte qu’elle est devenue.

L’auteure avoue avoir emmagasiné des expériences qui, un jour, l’aideront à décrire une scène, un personnage, une intrigue. Elle ne retient que le positif, car ses livres ont pour objectif d’amener les jeunes à découvrir le beau, le joyeux, l’exaltant.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

L’animatrice Sibo a rappelé que Diya Lim est originaire de l’Île Maurice, qu’elle a d’abord rédigé des textes publicitaires avant de déménager à Toronto. L’écrivaine a ensuite travaillé comme réviseure au ministère de l’Éducation de l’Ontario.

Diya Lim

Vive l’imagination!

Diya Lim a participé à l’édition de plusieurs programmes-cadres du curriculum de la province. Elle en est venue à faire sienne une pensée d’Albert Einstein, à savoir que «l’imagination est plus importante que le savoir».

En 2011, elle publie Amandine adore la cuisine! (Dominique et compagnie). C’est le premier d’une série de neuf romans centrés sur une fillette qui aime mettre la main à la pâte et vivre des expériences épicées.

Rappelons que, cette année, son roman intitulé La marchande, la sorcière, la lune et moi (L’Interligne) a remporté le prestigieux Prix du livre d’enfant Trillium.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur