Des idées pour moins dépenser

Transports, vêtements, nourriture, technologie, culture, sport, santé...

Des idées pour dépenser moins
On voit de plus en plus de vélos en ville. Avec la marche, c'est le mode de transport le moins coûteux. Photo: Stan Leveau-Vallier
Partagez
Tweetez
Envoyez

La vie est chère, surtout à Toronto. Voici plusieurs ressources et astuces pour dépenser moins sans se priver de l’essentiel… ni même avoir l’impression de se priver de quoi que ce soit!

Nos exemples viennent d’idées et d’expériences d’amis torontois que nous identifions par leur prénom… pour faire plus sympathique.

Des modes de transports moins coûteux

10 000 $ par an: c’est ce que coûte la possession d’une voiture à Toronto en moyenne: amortissement du véhicule, assurance, essence, stationnement, entretien… Cela revient à 30 $ par jour, l’équivalent d’une bonne course de taxi.

Bien davantage que les transports en commun ou que le vélo. Pour Bruno, à moins d’avoir besoin d’une voiture tous les jours pour aller au travail, en posséder une est un luxe. Et de plus en plus, avec la hausse du carburant.

Des idees pour depenser moins
Parmi les alternatives à la possession d’une voiture, coûteuse: le vélo-cargo et la voiture partagée. Photo: Stan Leveau-Vallier

Bruno et Agnès ont deux jeunes enfants, mais ils n’ont jamais possédé de voiture. Ils se déplacent en ville avec les transports en commun ou en vélo (ils ont un vélo-cargo). Éventuellement par une course de taxi si nécessaire, mais cela arrive rarement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Quand ils ont besoin d’aller plus loin, ils utilisent Turo, un service qui permet de louer les véhicules que des particuliers rendent disponibles.

Le réseau Communauto permet aussi d’utiliser des voitures de façon occasionnelle en ville, ou pour en sortir quelques jours, puisque le montant quotidien est plafonné.  

Si on souhaite garder sa voiture, on peut la rentabiliser davantage en la rendant justement disponible à la location sur Turo, ou en offrant ses services de coursier.

bizarre
Une Porsche décapotable avec une notice «Courier on delivery»… Utilisée pour des livraisons? Vraiment? Photo: Stan Leveau-Vallier

Mieux réutiliser objets et vêtements 

Récupérer, acheter de seconde main, réparer: autant de démarches qui permettent d’économiser.

Le vélo peut coûter relativement cher à remettre en état après l’hiver. Mais beaucoup moins quand on est prêt à bricoler soi-même sous l’oeil de bénévoles compétents qui nous guident, comme à l’association Bike Sauce (Broadview et Gerrard).

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

C’est que nous explique Arnaud, qui en fait partie. L’association vend aussi les pièces nécessaires à un prix imbattable. Et elle revend des vélos de seconde main réparés. (On trouve aussi des vélos neufs à des prix raisonnables chez Décathlon.)

Des idées pour dépenser moins
Un bénévole de Bike Sauce travaille sur un vélo. Photo: Stan Leveau-Vallier

Dans un esprit similaire, les repair café sont des rendez-vous de réparation de toutes sortes d’objets de la maison (électro-ménagers, électroniques, meubles, habits…), avec des spécialistes bénévoles en tout genre.

Isabelle explique que le seconde main et le troc sont à la mode. Elle suit quantité d’associations de quartier qui organisent des ventes de garage ou de trottoir, comme le Danforth East Yard Sale chaque année en juin. Ou des échanges, par exemple au marché fermier de Withrow.

Elle est active sur Facebook, qui regorge de groupes mettant en avant ces événements de quartier. Ainsi que de groupes «Buy Nothing» locaux, sur lesquels les participants donnent ce dont ils n’ont plus besoin.

Énergie: économiser la consommation de son logement

Côté économie d’énergie, de petites habitudes peuvent faire une grande différence.

• Vérifier et ajuster l’isolation de son logement.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

• Fermer ses rideaux le jour, soit pour limiter la perte de chaleur en hiver, ou pour bloquer le soleil et donc la chaleur en été, pour moins solliciter le chauffage ou la climatisation.

• Régler son thermostat pour ne pas ajuster la température quand la maison est vide. En hiver, on peut se couvrir et chauffer par exemple à 19 degrés C (voire moins la nuit, et quand la maison est vide), alors qu’en été on peut s’habituer à un logement à 25 degrés.

• On peut aussi prendre des douches moins longues, voire même des douches froides, explique Laurent qui en est un adepte d’abord pour des bénéfices de santé. 

Limiter les dépenses sur la nourriture

Françoise Briet, fondatrice de Malty and Hoppy Delicacy, est une chef et nutritionniste qui donne aussi des cours de cuisine. Elle explique souvent qu’acheter en gros et cuisiner de grandes quantités pour congeler des portions sont des habitudes qui permettent d’économiser du temps et de l’argent.

Des idées pour dépenser moins
Françoise Briet. Photo: courtoisie

En parallèle, sortir moins ou acheter moins de repas à emporter a aussi un impact très important. De même que faire son café chez soi, plutôt que de l’acheter dans les chaînes: 1 café par jour à 3 $, c’est déjà 1000 $ l’année!

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Faire pousser des herbes, fruits et légumes (dans son jardin ou sur un balcon) permet d’en acheter moins.

À Toronto, on est même autorisés à vendre sa production (sans usage de pesticide) sur les marchés fermiers sans permis, sans taxe, sans s’incorporer, tant qu’on ne dépasse pas 7000 $ de ventes par an. La ville a rédigé un guide qui détaille tout cela.

guide
La couverture du guide de la Ville de Toronto sur l’agriculture urbaine.

Dégoter des offres bon marché pour la technologie

Un téléphone «gratuit» qui vient avec un forfait n’est pas vraiment gratuit. En revanche, un téléphone reconditionné est souvent moins onéreux.

Et on peut trouver des services d’abonnement téléphonique ou internet plus modiques si on cherche bien. Freedom mobile propose par exemple un service de téléphonie sans contrat, avec peu de données (250 mo) à 15 $ par mois, et Teksavvy des abonnements internet pour la maison à des tarifs compétitifs (commençant autour de 40 $ mois).

Des idées pour dépenser moins
L’antenne de Riverdale de la bibliothèque de Toronto. Photo: Stan Leveau-Vallier

Culture gratuite ou à prix modique

La Bibliothèque publique de Toronto regorge de ressources gratuites: des livres évidemment, papier et numériques, mais aussi des abonnements à des magazines, et des services de musique et de vidéo numériques.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Avec Canopy et Hoopla, on a 16 crédits (8 par plateforme) à utiliser par mois avec des contenus vidéo très variés (le double si on a deux cartes de bibliothèque dans un foyer).

Le Toronto Jazz Festival proposait de nombreux événements gratuits cet été, comme la Franco-Fête de Toronto le fera début août. On attend aussi le European Film Festival en novembre au Royal; la série Summer Music in the Garden au Toronto Music Garden à l’ouest de Harbourfront, ou la rentrée culturelle à l’Alliance française (conférences, films, expositions…) en septembre.

Même les festivals TIFF ou Hot Docs ont toujours quelques séances gratuites. Côté théâtre, on paie ce qu’on peut pour voir As you like it, de Shakespeare, donnée du 28 juillet au 4 septembre par Canadian Stage sur la scène en plein air de High Park.

Des idées pour dépenser moins
La scène du Canadian Stage dans High Park. Photo: courtoisie

Utiliser les infrastructures gratuites ou bon marché de la ville

La Ville de Toronto a de nombreux courts de tennis, piscines et patinoires gratuites dans les parcs. Elle entretient des pistes cyclables, des chemins de randonnée dans les ravins. Et des gymnases, salles d’exercices et piscines intérieures à tarifs raisonnables dans ses centres récréatifs.

Des idées pour dépenser moins
Les infrastructures sportives gratuites du parc Riverdale East, semblables à celles d’autres parcs: courts de tennis, patinoire, piscine. Photo: Stan Leveau-Vallier

Ne pas payer pour ses services bancaires

La plupart des banques font payer des frais mensuels pour la tenue d’un compte, ainsi que pour des services de carte, chèque ou virements. Cela n’est pas les cas dans les caisses coopératives. 

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
Des idees pour depenser moins
Heili Oorav.

«Les entreprises servent d’abord leurs actionnaires. Dans le cas d’une caisse coopérative, les clients sont membres, ce sont eux les actionnaires», explique Heili Oorav, Manager «Wealth & Estates» à Northern Birch Credit Union.

Le système des Credit Union s’inspire du mouvement coopératif Desjardins, inventé au Québec et implanté presque simultanément en Ontario français il y a plus de 100 ans

«Cela nous donne la possibilité d’offrir des comptes sans frais à tous, tout en proposant la panoplie complète des produits et services bancaires classiques.»

«Nous organisons aussi des formations aux finances gratuites pour nos membres, et nous avons toujours des employés prêts à les informer et les aider. Nos membres nous disent que ce qui rend les caisses coopératives si spéciales, c’est le contact humain.»

Caisse Desjardins Ontario
Le centre de services Desjardins au centre-ville de Toronto. Photo: courtoisie

Utiliser les services en français gratuits

Le Centre francophone du Grand Toronto propose des services gratuits dans de nombreux domaines, notamment l’aide à la recherche d’emploi ou de logement, des services juridiques, une clinique de soins de santé primaires et des services de santé mentale.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Si la plupart des idées ci-dessus sont bonnes pour le portefeuille, elles le sont aussi pour notre santé et celle de notre environnement.

Vous avez certainement d’autres bonnes idées, n’hésitez pas a les partager en commentaires!

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur