Criée du Manifeste franco-ontarien au Monument Notre Place

Journée internationale de la Francophonie

Monument franco-ontarien Toronto
Daniel Richer crie le Manifeste franco-ontarien à Toronto.
Partagez
Tweetez
Envoyez

Des députés provinciaux, leaders communautaires et une cinquantaine de personnes se sont rassemblés ce mercredi matin 20 mars au Monument franco-ontarien Notre Place, au sud de l’Assemblée législative de l’Ontario, pour la présentation bilingue du Manifeste franco-ontarien.

Le bal a été ouvert par le crieur public Daniel Richer, suivi de Fete Kimpiobi, membre du conseil des gouverneurs de l’Université de l’Ontario français (UOF), du président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO) Carol Jolin, et de William Burton, membre du groupe de rédaction du Manifeste.

Monument franco-ontarien Toronto
Le crieur public Daniel Richer et Guy Bourgouin, député néo-démocrate de Mushkegowuk-Baie James à l’Assemblée législative de l’Ontario.

Cri du coeur

Le Manifeste a été rédigé dans le sillage des manifestations provinciales du 1er décembre dernier, avec la collaboration d’une cinquantaine de personnes par le biais des médias sociaux.

«Le Manifeste est un cri du coeur qui fait valoir l’attachement des francophones à la province de l’Ontario ainsi qu’à la culture et la langue françaises. Il reflète le désarroi des Franco-Ontariens de toujours avoir à se battre pour leurs droits», indique William Burton, l’un des trois récipiendaires du dernier Prix de la francophonie de l’Ontario, qui anime Le Réveil, un groupe de jeunes francophones dans la région d’Ottawa.

Monument franco-ontarien Toronto
William Burton et Daniel Richer.

Le Manifeste participe désormais à la résistance aux décisions du gouvernement provincial, l’automne dernier, de rétrograder le Commissariat des services en français ainsi de définancer l’Université de l’Ontario français. «Les francophones veulent faire leur part pour remettre l’économie ontarienne sur les rails, mais ces compressions font très peu pour rectifier la situation», explique Carol Jolin.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

«Le transfert du Commissaire sous le bureau de l’ombudsman compromet le mandat et l’indépendance du rôle et effrite la protection des droits des Franco-Ontariens.»

«Les coupes compromettent également le continuum de l’éducation de langue française en Ontario», où 455 écoles élémentaires et secondaires de langue française accueillent plus de 108 000 élèves. À l’heure actuelle, les élèves ont accès à une éducation en langue française de la maternelle au collégial, mais seulement à des universités bilingues.

Monument franco-ontarien Toronto
Fété Ngira-Batware Kimpiobi et Carol Jolin.

Le Manifeste en tournée

L’activité de criée du Manifeste franco-ontarien à Toronto représente le coup d’envoi d’une tournée provinciale qui inclut les villes de Hamilton, Barrie, North Bay, Sudbury, Hawkesbury et Ottawa:

– l’Hôtel de Ville Hawkesbury le 21 mars à 13h;

– le Monument franco-ontarien devant Hôpital Montfort d’Ottawa le 22 mars à 10h;

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

– l’Hôtel de Ville de Hamilton le 25 mars à 10h;

– l’Hôtel de Ville de Barrie le 25 mars à 14h;

– l’Hôtel de Ville de North Bay le 28 mars à 13h30;

– le Collège Boréal (au pied du rocher) à Sudbury le 30 mars à 11h;

– le petit-déjeuner French’ment bon de l’AFO à Ottawa (sur invitation) à l’édifice Sir John A. Macdonald le 9 avril à 8h.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Posted by William Burton on Saturday, December 1, 2018

Tous les jours

Carol Jolin a invité «les francophones et les francophiles de l’Ontario et de partout dans le monde à célébrer cette Journée internationale de la francophonie en soulignant l’importance d’assurer la vitalité et le rayonnement du français».

Pour les Franco-Ontariens, dit-il, «la fête du français n’est pas un événement d’un jour, mais une réalité de tous les jours».

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur