Vivre des réussites malgré la dysphasie

Pas assez déficients, mais pas assez normaux non plus

Un atelier de réparation de vélos à l'école. (Photo: Dreamstine)


23 juin 2016 à 11h20

À l’école secondaire Horizon Jeunesse, à Laval, l’adaptation scolaire a pris un tournant afin de rendre la réussite éducative accessible à tous, y compris les élèves atteints de dysphasie.

La dysphasie est un trouble primaire du langage de nature neurologique. Elle peut affecter seulement l’expression ou à la fois l’expression et la compréhension du langage, et ce, tout au long de la vie de la personne atteinte.

«La réception, la compréhension et la transmission d’un message peuvent être affectées à différents degrés pour chaque élève dysphasique. Chacune de nos interventions envers eux est individualisée», explique Caroline Corbeil, enseignante d’un des deux groupes dysphasie. Elle et sa collègue Martine Sauvé sont spécialisées en adaptation scolaire.

«Nous avons constaté que le papier et le crayon, pour un élève de 15 ans pratiquement analphabète à cause de la dysphasie, ça ne fonctionne tout simplement pas», fait valoir Caroline.

Et quand le papier et le crayon ne fonctionnent pas, les stages en milieux de travail peuvent être une alternative au cheminement scolaire ordinaire. Mais les défis communicationnels auxquels ces jeunes font face peuvent rendre l’expérience complexe, voir mener à l’échec. Et parfois, les employeurs manquent de tolérance.

«De l’extérieur, une personne dysphasique semble tout à fait normale. Cela crée souvent des attentes dans les milieux de travail et beaucoup de confusions. On ne les comprend pas bien, car ils sont considérés comme n’étant pas assez déficients, mais pas assez normaux non plus», confie Caroline.

Contexte de travail… à l’école

Afin de donner une chance aux élèves atteints de dysphasie de vivre des réussites et de persévérer dans leur cheminement scolaire, les deux éducatrices spécialisées ont adapté le Parcours de formation axée sur l’emploi (PFAE) du ministère québécois de l’Éducation en l’échelonnant sur une période de cinq ans au lieu de trois ans.

Le PFAE s’accompagne de deux formations: la Formation préparatoire au travail et la Formation menant à l’exercice d’un métier semi-spécialisé.

Dans le but d’autonomiser les élèves et de leur donner l’occasion de vivre des situations similaires à celle d’un futur milieu de travail, Caroline et Martine ont mis sur pied deux coopératives gérées par les jeunes atteints de dysphasie, depuis maintenant deux ans.

La Coop Jeunesse Bistro Gourmand, sous la supervision de Martine, organise des cocktails pour des galas et des repas rassemblant parfois près de 150 convives au sein de l’école ou de la Commission scolaire de Laval. La coopérative se fait même parfois offrir des contrats à l’extérieur du milieu scolaire.

La Coop Jeunesse À votre service est, comme son nom l’indique, une coopérative de services variés, supervisée par Caroline. Leurs prestations sont très diverses, allant du service de buanderie de l’école pour les sarraus et l’équipement sportif, à la machine à café, en passant par les photocopies, le recyclage et même un atelier de réparation de vélos.

«Nos interventions doivent être basées sur des situations de la vie de tous les jours. Avec les coopératives, les jeunes apprennent aussi à autofinancer leurs activités et à faire un budget, ce qui sert aussi dans la vraie vie. Et par la bande, on fait des mathématiques», avance Martine.

Erreurs et réussites

Comme le rappellent les deux enseignantes, ces adolescents atteints de dysphasie ne souhaitent qu’une chose: être comme les autres adolescents de leur âge.

«Ces jeunes sont excessivement travaillants, mais ils ont très peur de se tromper, car ils n’ont pas eu l’occasion de vivre beaucoup de réussites dans leur vie. Depuis la mise en place des coops, ils nous disent qu’ils ont gagné en confiance et leur sentiment d’appartenance à l’école est plus fort. Ils sont fiers», relate Martine.

«En acceptant leurs erreurs, par exemple lorsqu’une élève revient avec la cafetière dans les bras en classe, car elle n’avait pas exactement compris ce qu’elle devrait faire avec l’appareil, on vient dédramatiser la situation», souligne Caroline.

Par contre, le défi de trouver du travail pour ces élèves après leur diplomation demeure entier. «Il manque encore de milieux de travail pour les personnes atteintes de dysphasie, mais on pense aussi que cela est relié à une méconnaissance de ce trouble du langage. Néanmoins, la direction de notre école est très proactive et nous avons bon espoir d’assurer un bel avenir à ces élèves», conclut Martine.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Voyager dans le temps avec les éditions Faton

Les éditions Faton offrent toute une gamme de revues relatives au domaine artistique qui sont toujours d'un grand intérêt. Elles sont toutes du même...
En lire plus...

17 février 2019 à 11h00

Bêtise et petitesse de l’être humain

L’innocent
Les scandales pédophiles au sein de l’Église catholique durent depuis des siècles. Sergio Kokis s’en inspire pour écrire L’innocent, un roman dont l’action se...
En lire plus...

17 février 2019 à 9h00

Quiz : A mari usque ad mare

A mari usque ad mare (d’un océan à l’autre) est la devise du Canada.
En lire plus...

17 février 2019 à 7h00

Oslo: dans les coulisses des négociations israélo-palestiniennes

Studio 180
Me voici, à la St-Valentin, assis avec ma bien-aimée, dans une salle remplie à craquer du théâtre CAA de Mirvish (l'ancien Panasonic sur Yonge...
En lire plus...

16 février 2019 à 12h00

La pénurie d’enseignants freine le bilinguisme

Photo: Francopresse, Lucas Pilleri
Après des décennies de croissance exponentielle, les programmes de français langue seconde des conseils scolaires du pays peinent à trouver un nombre suffisant d’enseignants...
En lire plus...

16 février 2019 à 9h00

Le lait au chocolat ne fait rien de spécial pour la récupération des sportifs

santé, sport
Les médias, la publicité et bien des athlètes rapportent régulièrement que le lait au chocolat améliore la récupération chez les sportifs après un effort...
En lire plus...

La France s’anime au TAAFI

TAAFI
Du 15 au 17 février, les films sont de retour au Festival international d’art d’animation de Toronto (TAAFI) et plusieurs oeuvres françaises émergent du...
En lire plus...

15 février 2019 à 16h28

Adieu, Opportunity

La NASA a officiellement «déplogué» le 12 février sa sonde martienne Opportunity, qui ne répondait plus depuis juin dernier. Sa mission a duré beaucoup...
En lire plus...

15 février 2019 à 15h15

Abel Maxwell veut inspirer les jeunes

Abel Maxwell sera omniprésent à la célébration du Mois de l'Histoire des Noirs organisée par le Centre Francophone de Toronto le samedi 23 février....
En lire plus...

15 février 2019 à 11h00

Deux photographes, deux univers

Expo alliance française
Geneviève Thauvette et Kathleen Hearn, deux artistes torontoises, exposent leurs photographies à l’Alliance française de Toronto jusqu'au 28 mars.
En lire plus...

15 février 2019 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur