Un shot d’abstrait au Théâtre Glendon

Partagez
Tweetez
Envoyez

Pour la 3e fois en autant d’années, la compagnie de théâtre La Machine à Dire élit domicile au Collège Glendon. L’occasion pour la communauté francophone de se confronter à une forme peu orthodoxe de théâtre comtemporain. Cette fois, la pièce s’intitule Tequila Shot, et plonge le spectateur dans l’univers d’une famille d’apparence classique mais autour de laquelle vont se greffer une ribambelle d’événements et de personnages.

«Mon parti pris a toujours consisté à mettre le regard du public au centre de l’œuvre théâtrale, à ne pas donner de réponses mais plutôt à susciter des questions. Si la pièce se joue dans cet espace que, par convention, on appelle théâtre, elle trouve sa place exacte dans l’interprétation que s’en fait le spectateur». Nicolas F. Vargas, auteur de Tequila Shot, ne pouvait définir avec plus de pertinence sa conception du théâtre.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il sait comment l’exporter de sa pensée vers le monde réel.

D’emblée, le spectateur est transporté dans un monde parallèle, ou la fracture entre scène et salle n’est plus. Il se trouve au centre de l’action, entouré par les comédiens qui s’interpellent de part et d’autre de la salle.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Que dire du scénario? Il est tout bonnement impossible de le détailler, tant l’objet principal de la pièce est ailleurs. Non pas que celui-ci ne soit pas captivant, mais il vit au rythme de l’évolution de ces personnages, dont les esprits s’entrechoquent, se déchirent et se rabibochent.

Plus qu’un spectacle, Tequila Shot est une symphonie théâtrale composée par Nicolas F. Vargas, orchestrée de main de maître par deux metteurs en scène, Christophe Bauzet et Marie-Christine Masson, au coeur de laquelle émerge un petit groupe de musiciens.

Un constat partagé par Liza Hull, interprète de La Mère: «La force de notre groupe vient de la volonté de Christophe Bauzet à prendre des risques et remettre en question les conventions du théâtre».

Un risque qui permet à La Machine à Dire de proposer à chaque spectateur une vision personnalisée de son oeuvre. Les uns adoreront, les autres détesteront. Une chose est sûre, Tequila Shot n’est pas le genre de pièce à susciter l’indifférence.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur