Un récit où la douceur du souvenir est plus forte que la douleur de l’absence

Poussière d’homme de David Lelait


17 octobre 2006 à 15h08

David Lelait, 34 ans, est le biographe chez Payot d’Éva Peròn, Maria Callas, Romy Schneider, Édith Piaf et Dalida. Il vient de signer un livre d’un tout autre registre: Poussière d’homme. Il s’agit d’un récit, d’une ode, d’un chant d’amour d’un homme à un autre. Un écrit d’une rare beauté qui montre toute la sensibilité qu’un homme peut posséder lors de la perte de l’être aimé.

De passage à Montréal le 3 mai dernier, David Lelait a avoué que l’écriture de Poussière d’homme n’a pas été aussi douloureuse qu’on pourrait le croire. La souffrance était présente, mais l’auteur ressentait une joie immense chaque fois qu’il se mettait à écrire. Il y avait une sorte de communion: «la douceur du souvenir était plus forte que la douleur de l’absence à ce moment-là», affirme Lelait.

L’auteur est le narrateur et il nous signale qu’il sortait d’une aventure avec un «serial lover», un homme qui se spécialise dans les amorces d’amourettes étouffées dans l’œuf, lorsqu’il a rencontré celui qui allait bouleverser sa vie. Cet homme, dont le nom n’est jamais mentionné, entraîne David Lelait dans un amour «doux, confortable, d’une évidence ahurissante». L’auteur précise: «Je ne tombe pas amoureux, je m’élève amoureux.»

Le récit commence dans un train en direction de la Bretagne. L’auteur ramène l’urne qui contient les cendres de son amoureux à la famille de ce dernier. Le lecteur a droit à des flash-back, à des clips de vie où l’auteur se moque «de la concordance des temps et (fait) d’un passé perdu un présent retrouvé».

Il est précisé que l’amant tenait beaucoup à sa sacro-sainte discrétion, à ce que personne ou presque ne sache qu’il partageait la vie d’un homme. L’amant apprend qu’il est atteint du cancer de la lymphe et des ganglions. Le découragement le gagne petit à petit, mais son partenaire est là pour le soutenir: «Je t’aime anéanti comme je t’aime fort et inaltérable. Je t’aime homme pétri de toute ton humanité, je t’aime mon homme.»

Ce récit pétri de tendresse et de poésie nous montre David Lelait qui fait «cavalier seul avec la tendresse de (ses) souvenirs», qui palpe de ses doigts «la chair vive de (sa) blessure». L’auteur décrit avec sérénité la place que prend l’adieu; il le fait par le biais des scènes du quotidien, des vacances, des moments qu’il aurait voulu plus intenses encore, maintenant que la douleur se blottit contre lui à défaut de l’homme adoré.

L’auteur demeure incapable d’attribuer le mot mort à son homme. Il dit que son partenaire est parti, «que tu t’en es allé… Ne pas poser ces quatre lettres sur ton prénom, c’est ma façon de chasser l’inéluctable, de me dérober au caractère définitif de ton absence. Je laisse la porte entrouverte…» L’amant n’est pas éternel, l’auteur n’est pas éternel, mais le nous est désormais éternel.

Poussière d’homme est une parole d’amour dans un océan de perte et de chagrin. Comme bien des récits qui racontent la perte d’un être cher, direz-vous. Non, pas du tout. Ce livre est la mise en mots de l’insoutenable absence, comme un supplément d’amour lorsqu’on craint que la douleur nous précipite dans la folie.

David Lelait a déjà dit que son plus grand rêve consisterait à écrire «une histoire qui puisse émouvoir dans le meilleur sens comme dans le pire, qui puisse transmettre des tas d’émotions, qui puisse réunir le plus de monde possible autour de mes mots». Aurait-il déjà réalisé son rêve avec Poussière d’homme? Cela est bien possible.

David Lelait, Poussière d’homme, récit, Éditions Anne Carrière, Paris, 2006, 162 pages, 24,95$.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Comment les écrivains parlent-ils des animaux?

À vos déguisements: l'émission radiophonique littéraire Quatrième de Couverture revient avec le «carnaval des animaux», le 19 janvier prochain à 14h30 au Collège Boréal.
En lire plus...

16 janvier 2019 à 7h00

10 nominations pour Damien Robitaille au 10e Gala Trille Or

Damien Robitaille est en lice pour le Prix Trille Or de l'«Artiste solo» de l'année et dans neuf autres catégories non genrées de l'APCM,...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 19h31

Contestation judiciaire : les premières demandes de financement sont attendues

Programme de contestation judiciaire
Près de deux ans après la fermeture du Programme d’appui aux droits linguistiques (PADL) et 12 ans après l’abolition du Programme de contestation judiciaire...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 16h00

Haro sur le gaspillage des aliments

Un tiers de la nourriture produite dans le monde finirait à la poubelle. Au Canada, plus de 60% de cette nourriture serait encore consommable....
En lire plus...

15 janvier 2019 à 14h25

La santé mentale dans le domaine de l’emploi: il faut en parler

C’est bien, pour une entreprise, d’avoir une approche définie sur papier pour traiter les problèmes de santé mentale – mais sa mise en pratique...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 9h00

Un mystérieux signal cosmique, c’est bien, mais deux, c’est mieux

Des «sursauts radio rapides» venus des profondeurs du cosmos, mais qui ne durent que quelques millièmes de seconde, c’est déjà intrigant. Mais lorsqu’on en...
En lire plus...

15 janvier 2019 à 7h00

La débandade des Maple Leafs se poursuit

Les Maple Leafs recevaient la visite de l'Avalanche du Colorado pour la seule fois de la saison lundi soir à l'Aréna Scotiabank. Avant la...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 22h54

1,9 million $ du fédéral pour le «Carrefour» de l’Université

Université de l'Ontario français
La ministre fédérale des Langues officielles et de la Francophonie, Mélanie Joly, a annoncé un investissement de 1,9 million $ pour le développement du...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 20h40

L’immigration comme solution pour faire croître la francophonie en Ontario

Plusieurs politiques canadiennes ont été mises de l’avant au cours des dernières années, afin de favoriser l’immigration francophone hors Québec.
En lire plus...

14 janvier 2019 à 9h00

Climat: Radio-Canada échoue à son propre quiz

climat, changements climatiques, réchauffement de la planète
Radio-Canada présente une série de reportages sur des démarches citoyennes et politiques mises de l’avant pour «réduire l’impact écologique de l’activité humaine», accompagnée d'un...
En lire plus...

14 janvier 2019 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur