Un récit où la douceur du souvenir est plus forte que la douleur de l’absence

Poussière d’homme de David Lelait


17 octobre 2006 à 15h08

David Lelait, 34 ans, est le biographe chez Payot d’Éva Peròn, Maria Callas, Romy Schneider, Édith Piaf et Dalida. Il vient de signer un livre d’un tout autre registre: Poussière d’homme. Il s’agit d’un récit, d’une ode, d’un chant d’amour d’un homme à un autre. Un écrit d’une rare beauté qui montre toute la sensibilité qu’un homme peut posséder lors de la perte de l’être aimé.

De passage à Montréal le 3 mai dernier, David Lelait a avoué que l’écriture de Poussière d’homme n’a pas été aussi douloureuse qu’on pourrait le croire. La souffrance était présente, mais l’auteur ressentait une joie immense chaque fois qu’il se mettait à écrire. Il y avait une sorte de communion: «la douceur du souvenir était plus forte que la douleur de l’absence à ce moment-là», affirme Lelait.

L’auteur est le narrateur et il nous signale qu’il sortait d’une aventure avec un «serial lover», un homme qui se spécialise dans les amorces d’amourettes étouffées dans l’œuf, lorsqu’il a rencontré celui qui allait bouleverser sa vie. Cet homme, dont le nom n’est jamais mentionné, entraîne David Lelait dans un amour «doux, confortable, d’une évidence ahurissante». L’auteur précise: «Je ne tombe pas amoureux, je m’élève amoureux.»

Le récit commence dans un train en direction de la Bretagne. L’auteur ramène l’urne qui contient les cendres de son amoureux à la famille de ce dernier. Le lecteur a droit à des flash-back, à des clips de vie où l’auteur se moque «de la concordance des temps et (fait) d’un passé perdu un présent retrouvé».

Il est précisé que l’amant tenait beaucoup à sa sacro-sainte discrétion, à ce que personne ou presque ne sache qu’il partageait la vie d’un homme. L’amant apprend qu’il est atteint du cancer de la lymphe et des ganglions. Le découragement le gagne petit à petit, mais son partenaire est là pour le soutenir: «Je t’aime anéanti comme je t’aime fort et inaltérable. Je t’aime homme pétri de toute ton humanité, je t’aime mon homme.»

Ce récit pétri de tendresse et de poésie nous montre David Lelait qui fait «cavalier seul avec la tendresse de (ses) souvenirs», qui palpe de ses doigts «la chair vive de (sa) blessure». L’auteur décrit avec sérénité la place que prend l’adieu; il le fait par le biais des scènes du quotidien, des vacances, des moments qu’il aurait voulu plus intenses encore, maintenant que la douleur se blottit contre lui à défaut de l’homme adoré.

L’auteur demeure incapable d’attribuer le mot mort à son homme. Il dit que son partenaire est parti, «que tu t’en es allé… Ne pas poser ces quatre lettres sur ton prénom, c’est ma façon de chasser l’inéluctable, de me dérober au caractère définitif de ton absence. Je laisse la porte entrouverte…» L’amant n’est pas éternel, l’auteur n’est pas éternel, mais le nous est désormais éternel.

Poussière d’homme est une parole d’amour dans un océan de perte et de chagrin. Comme bien des récits qui racontent la perte d’un être cher, direz-vous. Non, pas du tout. Ce livre est la mise en mots de l’insoutenable absence, comme un supplément d’amour lorsqu’on craint que la douleur nous précipite dans la folie.

David Lelait a déjà dit que son plus grand rêve consisterait à écrire «une histoire qui puisse émouvoir dans le meilleur sens comme dans le pire, qui puisse transmettre des tas d’émotions, qui puisse réunir le plus de monde possible autour de mes mots». Aurait-il déjà réalisé son rêve avec Poussière d’homme? Cela est bien possible.

David Lelait, Poussière d’homme, récit, Éditions Anne Carrière, Paris, 2006, 162 pages, 24,95$.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Le marathon, c’est dans nos gènes

coureurs
Des changements anatomiques ont sans doute permis à nos ancêtres de devenir de bons coureurs d’endurance: un avantage évolutif.
En lire plus...

18 septembre 2018 à 7h00

Balade à Toronto : Gémeaux pour la meilleure composante numérique

Balade à Toronto
Au récent gala des prix de la télévision francophones du pays, 6 émissions sur 150 provenaient de l'extérieur du Québec...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 16h55

Le Toronto Wolfpack sort victorieux d’une rencontre historique

Toronto Wolfpack - Toulouse Olympique
Le Toronto Wolfpack a battu 13-12 le Toulouse Olympique lors d'une rencontre de rugby à treize historique ce samedi au stade Lamport.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 15h00

La démocratie pour de vrai… ou presque!

PFJA
Deuxième édition du Parlement francophone des jeunes des Amériques
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h10

Une nouvelle saison pour Oasis sous les meilleurs auspices

AGA Oasis membres
Bilan annuel plutôt favorable et encourageant à l'assemblée générale d'Oasis Centre des femmes.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 13h00

Vins jurassiens et plats gourmets au Notre Bistro

Le Notre Bistro
Une fois par mois, Le Notre Bistro organise une soirée dégustation de vin accompagnée de plats raffinés. Cette semaine, L'Express a eu la chance de...
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

Le scénariste d’une série culte en France s’installe à Toronto

Scènes de ménages
Yannick Hervieu, scénariste pour Scènes de ménages en France, s'est installé à Toronto depuis quelques semaines
En lire plus...

17 septembre 2018 à 11h00

À la découverte du village de Blue Mountain

Après les plages de Wasaga, L’express de Toronto vous emmène pour une Visites Express estivale au village de Blue Mountain.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 10h00

C’est mon opinion : fromages et vin rouge ne font pas bon ménage

Vin et fromage
Pourquoi ne pas marier un vin blanc sec dont l’acidité tranchera le gras du fromage?
En lire plus...

17 septembre 2018 à 9h00

Connaissez-vous Rudolf Steiner ?

anthroposophie
Des fermiers travaillent en biodynamie, sous-discipline de l'anthroposophie: une pseudo-science.
En lire plus...

17 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur