Un prix Dora pour la mise en scène des Zinspirés

Les comédiens des Zinspirés 6: Constant Bernard, Mélanie Paiement, Mathieu Bourassa, Meilie Ng et Nabil Traboulsi (Photo: Manuel Verreydt)
Partagez
Tweetez
Envoyez

La production Les Zinspirés : Six Degrés de séparation, du Théâtre français de Toronto, a été récompensée du Prix Dora-Mavor-Moore 2017-18 pour la meilleure mise en scène, dans la catégorie jeune public, au gala annuel du théâtre torontois lundi soir.

Cette récompense salue le travail de Chanda Gibson, metteure en scène des Zinspirés pour la deuxième année consécutive. Elle jouera ce rôle de chef d’orchestre à nouveau du 29 novembre au 7 décembre prochain pour le spectacle Les Zinspirés : L’Âge de raison.

Les cinq textes qui prendront alors vie sur les planches du théâtre de la rue Berkeley Street sont: Enweille Éloi, une fable introspective d’Olivia Cyr, de l’école Confédération à Welland; J’ai fait quoi?, récit dramatique d’Errine Jean Charles, de la même école Confédération; Sans le conditionnel passé, un texte dramatique de Mariam Guira, de l’école Saint-Frère-André à Toronto; Être une fille, comédie féministe de Cathlin Jiaqi Han, de l’école Ronald-Marion à Pickering; et L’Honorable M. Trompe, une fable satirique d’Abigail Morin, de l’école Nouvelle-Alliance, à Barrie.

Au gala des Doras, qui avait lieu au Winter Garden sur la rue Yonge, Les Zinspirés : Six Degrés de séparation étaient aussi en nomination pour le prix de la meilleure production de l’année et pour celui de la meilleure distribution.

La pièce Avant l’archipel, d’Emily Pearlman, mise en scène cet hiver par le directeur artistique du TfT, Joël Beddows, était également en lice pour le prix de la meilleure production.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.
51e saison Théâtre français de Toronto
Les Zinspirés 7 en décembre prochain: au centre la metteure en scène Chanda Gibson. (Photo: Marc Lemyre)

Jerusalem

La pièce de Jez Butterworth pour «la génération Tarantino», Jerusalem, présentée cet hiver au nouveau Streetcar Crowsnest par Outside the March et The Company Theatre avec Starvox Entertainment, a remporté six trophées Dora: production, mise en scène, distribution, décors, éclairages et premier rôle masculin pour Kim Coates.

Cette dernière distinction disparaîtra l’an prochain (qui marquera le 40e anniversaire des Dora), la Toronto Alliance for the Performing Arts optant désormais pour des prix unisexes.

Toujours dans la catégorie principale, Kiinalik: These Sharp Tools, une coproduction de Buddies in Bad Times et du Passe Muraille, a été sacrée meilleure nouvelle pièce et a reçu le prix du meilleur son.

Jerusalem

Selfie

La comédie musicale Life After a également récolté six prix, dont meilleure production, dans sa catégorie.

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Du côté de l’opéra, Orphée⁺ a remporté cinq Dora, dont là aussi celui pour la meilleure production.

En danse, la Esmeralda Enrique Spanish Dance Company est repartie avec trois trophées pour De La Raíz («de la racine»).

Bears, du théâtre autochtone de l’Alberta, et pool (no water) sont arrivés ex-aequo dans la catégorie du théâtre indépendant avec deux prix chacun.

Selfie, présentée au avril au YPT, a été choisie meilleure nouvelle pièce jeune public.

Selfie
Christine Quintana, l’auteure de Selfie.

48 trophées

Au total, 106 compagnies représentant 193 productions ont reçu 48 prix Dora-Mavor-Moore 2017-18, en plus des prix Pauline McGibbon Award (à la directrice de théâtre d’Ottawa Sarah Conn), Silver Ticket (à l’acteur David Fox) et Jon Kaplan (le public a voté pour Jerusalem).

Le Canadian Stage (qui utilise, comme le TfT, le théâtre de la rue Berkeley) est associé à neuf des trophées remis le 25 juin.

Le directeur artistique du TfT, Joël Beddows. (Photo: Manuel Verreydt)

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur