Un petit coin de France à notre porte

Saint-Pierre et Miquelon

L'entrée du port de Saint-Pierre. (Photo: Odile Collet)


9 août 2017 à 13h31

Est-il nécessaire de franchir près de 7 000 km pour s’immerger dans l’environnement social, souvent savoureux gastronomiquement, de la France? Que nenni. Un petit coin de France typique et parfois désuet, que l’on ne retrouve pas toujours de l’autre côté de l’Atlantique, est à notre porte, au large de Terre-Neuve. Et il est bien facile d’y accéder.

L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon compte surtout deux grandes îles, l’île Saint-Pierre, la plus petite et la plus peuplée des deux, et l’île Miquelon.

Deux îles en fait reliées par un tombolo, un cordon de sédiments appelé l’Isthme de Miquelon-Langlade (Miquelon au Nord et Langlade au Sud), apparu au XVIIIe siècle et renforcé par de nombreux échouages de navires au cours des derniers siècles.

saint-pierre-et-miquelon

Jacques Cartier

L’île Saint-Pierre doit son nom à Jacques Cartier, qui l’a ainsi nommée lors de son passage en juin 1536 dans cet archipel, lors du retour de son deuxième voyage au Canada, pour remplacer celui du navigateur portugais João Álvares Fagundes qui avait baptisé l’archipel des onze mille vierges, d’après la légende de sainte Ursule.

Cette île est petite et ne compte que 26 km2. La ville de Saint-Pierre se trouve dans une plaine que dominent quelques collines d’une hauteur de 204 m au maximum. Un belvédère s’y trouve, d’accès facile, qui offre au visiteur un superbe panorama.

L’île possède un port naturel assez bien protégé, utilisé dès le XVIe siècle par les Terres-Neuvas, ces pêcheurs de morue venus principalement de France.

Langlade et ses falaises. (Photo: Odile Collet)
Langlade et ses falaises. (Photo: Odile Collet)

Michel?

L’île Miquelon, composée en fait de deux îles reliées par un cordon dunaire ou tombolo, est séparée de l’île Saint-Pierre par «la Baie», un chenal d’environ 5,5 kilomètres de largeur. D’une superficie de 205 km2, elle ne comporte que la municipalité de Miquelon.

L’origine du mot Miquelon est incertaine, mais proviendrait du basque et signifierait Michel. On trouve le nom Micquelle dans un manuel de navigation basque publié en 1579.

Quant au non Langlade, il proviendrait de l’ancienne désignation du lieu, «cap d’Angleterre» (1674),ou «Cap de Langlais».

Cette partie de l’île Miquelon n’est pas habitée, sauf en été autour de «l’Anse du Gouverneur» où se trouvent des résidences secondaires. C’est à Langlade qu’il y a le plus de zones boisées.

L'édifice du Conseil territorial. (Photo: Odile Collet)
L’édifice du Conseil territorial. (Photo: Odile Collet)

Conseil territorial

L’archipel de Saint-Pierre et Miquelon a connu, du fait de sa situation géographique, une histoire complexe. L’archipel a été successivement aux mains des Anglais et des Français. Le 22 juin 1816, l’Angleterre a rétrocédé définitivement Saint-Pierre et Miquelon à la France.

Sous le régime français, le statut de l’archipel a varié. Il forme maintenant une collectivité d’outre-mer, régie par un conseil territorial ayant à sa tête un président élu et un conseil exécutif.

La ville de Saint-Pierre est la capitale de l’archipel. S’y trouve aussi un préfet qui représente l’État français et veille à la bonne administration du territoire.

Les deux municipalités les plus connues de l’archipel sont celles de Saint-Pierre, ville d’environ 6 000 habitants, et de Miquelon, près de 650 habitants.

La Grand Place de Saint-Pierre. (Photo: Odile Collet)
La Grand Place de Saint-Pierre. (Photo: Odile Collet)

Restaurants fermés le midi!

Visiter cet archipel est l’occasion intéressante de se plonger dans la culture française traditionnelle, en profitant des paysages variés qu’offrent ces lieux.

L’accueil des visiteurs est des plus aimables, mais les magasins ferment de 12 h à 14 h et le lundi, selon une ancienne habitude française, y compris la plupart des restaurants.

Pour goûter à la cuisine française arrosée de vins français, il faut alors chercher l’exception.

La montée vers le belvédère. (Photo: Odile Collet)
La montée vers le belvédère. (Photo: Odile Collet)

Bâtiments historiques

En remontant la rue qui conduit au belvédère de l’Anse à Pierre (à ne pas manquer), ou en en redescendant, on peut s’arrêter dans un salon de thé-pâtisserie qui vous verra y revenir.

Une navette vous attend au port pour vous conduire à l’île aux Marins, à quelques encablures. En 2012, 8 des 12 bâtiments de l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon classés au titre des monuments historiques, étaient situés sur l’île aux Marins.

Mais on peut aussi se rendre à Miquelon par bateau ou par avion. Partout, on verra des maisons anciennes originales, différentes de celle que nous avons l’habitude de voir dans notre environnement.

L'île aux Marins en face de Saint-Pierre. (Photo: Odile Collet)
L’île aux Marins en face de Saint-Pierre. (Photo: Odile Collet)

Accès direct ou via Terre-Neuve

On peut se rendre à Saint-Pierre de différentes façons.

Si l’on veut visiter Terre-Neuve à cette occasion: gagner en voiture North Sydney (Nouvelle-Écosse) pour rejoindre Port-aux-Basque en 6 heures par un traversier. Ensuite, suivre la Transcanadienne par un itinéraire pittoresque jusqu’à Fortune, péninsule de Burin. Laisser la voiture dans un stationnement prévu pour prendre le traversier de Saint-Pierre. En été, on peut prendre un traversier à Argentia, péninsule d’Avallon, pour regagner North Sydney.

On peut gagner St. John’s par avion, visiter cette ville originale, et par un vol Air Saint-Pierre atterrir à l’aéroport de Saint-Pierre.

Ou alors, on prend à Montréal un vol Air Saint-Pierre pour gagner directement Saint-Pierre.

«Si l’histoire vous passionne, si vous avez un intérêt pour la nature, la mer, la langue française, la culture européenne, la gastronomie, les destinations insolites et hors des sentiers battus, venez donc à Saint-Pierre et Miquelon!» (Tourisme)

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un voyage en images à travers les chefs-d’œuvre de la peinture

Éditions Flammarion
Un nouveau livre parcourt l'histoire de la peinture en repérant dans le temps et dans l'espace quelques-uns de ses plus célèbres chefs-d'œuvre.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 11h00

Une écriture comme ça et pas autrement

Robert Lalonde
Écrivain et comédien, Robert Lalonde est connu pour ses romans et nouvelles qui explorent presque toujours une facette subtile, étrange ou troublante de son...
En lire plus...

9 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Droits de l’homme

Testez vos connaissances sur les droits de l'homme.
En lire plus...

9 décembre 2018 à 7h00

Un premier Salon international du Livre à Jacmel

Salon du Livre Jacmel Haiti
Du 31 octobre au 2 novembre, la ville de Jacmel (Sud-Est d'Haïti), inaugurait son 1er Salon international du livre sur le thème «Ville et...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 11h00

Banksy, l’artiste de rue imprévisible

Banksy le phénomène de l'art de rue
Lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's à Londres, le 5 octobre dernier, la fameuse toile de Banksy, Fille avec ballon, s’est complètement autodétruite...
En lire plus...

8 décembre 2018 à 9h00

Melinda Chartrand réélue à la présidence de MonAvenir

Melinda Chartrand et Geneviève Grenier ont été reportées à la présidence et la vice-présidence du Conseil scolaire catholique MonAvenir.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h55

Les manifs n’ont pas empêché l’adoption de la loi 57

1er décembre 2018
La mobilisation franco-ontarienne n’a pas ému le gouvernement conservateur de l’Ontario, qui a fait adopter, jeudi, sa loi 57.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 15h05

La musique afro s’affirme au gala Kilimandjaro

musique afro
Le gala bilingue des Kilimandjaro Music Award, qui en était à sa 3e édition, a déroulé le tapis rouge pour les artistes de la...
En lire plus...

7 décembre 2018 à 13h00

Plusieurs politiciens québécois appuient la résistance franco-ontarienne

1er décembre 2018
Une délégation de parlementaires québécois est venue appuyer les revendications franco-ontariennes le 1er décembre.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 11h00

On passe de 2 à 7 fois plus de temps sur nos téléphones qu’on le pense

asiatique
Les «auto-évaluations» du temps passé sur nos téléphones contrastent grandement avec celles de l'appareil.
En lire plus...

7 décembre 2018 à 9h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur