Toronto découvre Shauit, l’Innu au son reggae

Shauit (Photo: Yanissa de Granpré)

Shauit (Photo: Yanissa de Granpré)


30 juin 2017 à 11h59

Invité sur la scène de la Franco-Fête de Toronto, le 24 juin dernier, avec Roch Voisine, Andrea Lindsay, Wesli et la pléthore d’artistes de la Constellation francophone, le chanteur et musicien innu Shauit était de retour à Toronto ce weekend, au festival autochtone Our Home On Native Land à Harbourfront vendredi soir, et aux fêtes du Canada samedi à la Place Mel Lastman et dimanche à la place Nathan Phillips.

Sur des musiques pop/rock/reggae/rap (est-ce c’est de «l’appropriation culturelle»?, laisse-t-il tomber en entrevue à L’Express), il chante en français, anglais, créole, mais surtout en innu, la langue de sa mère (son père est Acadien), qu’il a apprise dans la vingtaine seulement, après avoir quitté la campagne de Victoriaville pour vivre avec elle à Maliotenam, à côté de Sept-Îles.

Jean-Eude

C’est toutefois son ex-épouse qui l’a initié à la langue des Innus du Québec, un peuple algonquin à ne pas confondre avec les Inuits du Grand Nord. Âgé de 41 ans et père de six enfants, Shauit («Jean-Eude» en innu) vit aujourd’hui à Montréal.

Il a travaillé avec quelques rares artistes québécois des Premières Nations, comme Florent Vollant et Samian, «mais mon son reggae, c’est moi qui l’ai développé».

Il commence à être connu et à tourner dans les festivals. À Toronto, il sera accompagné de cinq musiciens. En juillet et août, il se produira au Festival du monde de St-Jérôme, à la Fête acadienne de Caraquet et au Festival Rendez-vous de Limoilou à Québec.

Son récent vidéoclip Tshin an Nitauassim (Mon enfant, sous-titré, au choix, en français ou en anglais), extrait de son premier CD à paraître à l’automne, connaît un franc succès. Il a aussi à son actif un EP dont au moins une chanson se retrouvera sur le CD.

Cette chanson évoque la marginalisation d’un enfant, que le chanteur veut encourager à trouver sa voie et éventuellement le bonheur, avec l’aide de Dieu (Shauit est chrétien protestant engagé). Il est bien conscient que plusieurs communautés autochtones sont aux prises avec des suicides et d’autres violences chez leurs jeunes.

La protection de l’environnement est aussi un thème qui revient dans ses chansons.

Politique

Shauit n’est «pas aussi politique» que d’autres artistes autochtones qui, par exemple, critiquent les célébrations du 150e anniversaire de la Confédération canadienne qui minimiseraient les milliers d’années de présence des Premières Nations sur le territoire et le sort qu’on leur a réservé.

«Je suis d’accord avec les revendications autochtones, mais si on m’invite à fêter avec les Canadiens anglais, français et tous les autres issus de l’immigration, ça me fait plaisir: il faut se parler et vivre ensemble.»

Une autre de ses chansons, Kie Tshinuau, a été retenue pour promouvoir la «musique du monde canadienne» sur la compilation de la revue Songlines. En 2015, Shauit a remporté le prix RADARTS ainsi que le prix Rideau du Réseau des organisateurs de spectacles de l’est du Québec (ROSEQ).

Il a voyagé du Yukon jusqu’à la Russie, constatant notamment que les peuples autochtones de Sibérie ressemblent beaucoup à ceux du Québec, tant par la génétique et la culture que par les problématiques.

Modeste, il ambitionne surtout de pouvoir vivre à temps plein de sa musique. Pour notre plus grand bonheur, c’est ce qu’on lui souhaite!

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Employé a la vente au detail – MEPHISTO

MEPHISTO
La boutique de chaussures « MEPHISTO confort de France » recherche un collaborateur à la vente au 1177  Yonge St à Toronto (centre ville), au Nord de Bloor St Summerhill station...
En lire plus...

Il y en a pour tous les goûts: les concerts gratuits des 23 et 24 septembre

Francophonie en fete
Un véritable tour du monde de la musique francophone
En lire plus...

21 septembre 2017 à 9h11

Les Voix du cœur recherchent de nouveaux talents

Une scène du spectacle des Voix du Coeur au théâtre Bluma Appel en mai 2016.
Le spectacle du printemps portera sur les cinq sens...
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h57

Didier Leclair se dit «écrivain de la marge»

Didier Leclair à la bibliothèque de Toronto le 18 septembre.
Écrire en français hors Québec: tout un défi
En lire plus...

20 septembre 2017 à 16h03

Six Franco-Ontariens à la rencontre d’une Première Nation

Les Franco-Ontariens participent à une cérémonie autochtone.
Au pays des Wahgoshigs
En lire plus...

20 septembre 2017 à 13h31

Nouveau conseil d’administration pour le CFT

Le nouveau conseil d'administration du Centre francophone de Toronto. À gauche: le président Jean-Luc Bernard.
Le CFT a reçu le titre d’«organisation phare» de la part de Centraide/United Way
En lire plus...

19 septembre 2017 à 17h35

Des wraps pour les adeptes de l’alimentation crue

WrapItUpRAW-taco-web-79f4912ff1dacc222fd91b2b6532550aacd9e3fb
La production exige beaucoup de travail, mais la commercialisation se fait en un tour de main.
En lire plus...

19 septembre 2017 à 15h21

Les finalistes du prix Christine-Dumitriu-van-Saanen

Paul-François Sylvestre, Gabriel Osson, Claude Guilmain
Tous Torontois
En lire plus...

19 septembre 2017 à 11h22

Rentrée télé: des champions… et un point de saturation

La série de six épisodes Comment devenir adulte, de Wookie Films (Winnipeg), est diffusée cet automne sur la chaîne Unis. Dans la photo, Rémi, Vanessa, Simon et Bréanne préparent la rentrée au Collège Louis-Riel. (Photo: Wookie Films)
L’offre télévisuelle de l’automne est lancée dans l’inquiétude. Les producteurs se mobilisent pour défendre la clause d’exception culturelle attaquée par Washington dans les pourparlers...
En lire plus...

18 septembre 2017 à 16h01

Des Gémeaux pour l’Ontario

L’émission Cochon Dingue, réalisée par le Franco-Ontarien Mathieu Pichette (à gauche), a remporté plusieurs prix dimanche  au gala des Gémeaux. Mathieu Pichet, Stéfany Brulier, Julie Lavalée, Sébastien Hurtubise, Carlos Soldevila, Micheline Sylvestre, Pascal Morissette, Pascal Barriault, Marie-Lou Morin. (Photo: Paul Ducharme)
Des producteurs et des artisans franco-ontariens se sont illustrés au gala de la télévision et des médias numériques.
En lire plus...

18 septembre 2017 à 14h45

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur