Surveiller les cultures du haut des airs

aginnovationontario drone agriculture

Norm Lamothe et un de ses drones.


31 janvier 2018 à 16h40

Ce qui ne devait être au départ qu’un simple retour à la ferme familiale pour Norm Lamothe s’est transformé en une avancée importante sur le plan des techniques de surveillance des cultures.

M. Lamothe a abandonné une carrière de dix ans dans l’industrie aéronautique pour devenir l’exploitant de sixième génération d’une ferme familiale située près de Peterborough.

En 2015, encouragé par un voisin, il a acheté son premier véhicule aérien sans pilote (UAV) ou drone. Il avait alors déjà convaincu un petit groupe de producteurs de la région de faire survoler un bloc de parcelles au moyen de la nouvelle technologie et de partager le risque d’investissement.

Économies et rendement

«Nous avons rapidement entrevu les possibilités d’économies d’argent et de hausses de rendement pour les producteurs qui feraient appel à nous pour faire cartographier leurs champs à la recherche de zones soumises à des agents agresseurs», explique M. Lamothe.

La nouvelle s’est répandue à une vitesse folle. M. Lamothe avait déjà commencé à étendre ses activités à l’ensemble de l’Ontario lorsqu’une rencontre fortuite avec David MacMillan a propulsé aux sommets sa toute jeune entreprise.

M. MacMillan travaillait pour une société minière appelée Deveron qui cherchait elle aussi à prendre de l’expansion dans le secteur de l’imagerie par drone.

15 pilotes

Les deux hommes ont créé Deveron UAS. Avec ses 15 pilotes et leurs drones, l’entreprise fournit des services de surveillance aérienne aux producteurs de l’Alberta, des provinces maritimes et même de certaines régions des États-Unis.

«Nous pouvons survoler 100 acres en 20 minutes. Les renseignements recueillis sont plus précis que ceux obtenus en parcourant les rangées, car nous avons une vue d’ensemble du champ», explique M. Lamothe. «Nous mesurons les agents agresseurs à l’aide d’une imagerie multispectrale, ce qui nous permet de voir des choses que nous ne pouvons pas voir à l’œil nu.»

Grâce à l’information tirée des images saisies par drone, les agronomes et les dépisteurs sur le terrain peuvent se concentrer sur les zones où les plantes sont soumises aux agresseurs les plus importants, puis formuler des recommandations et proposer des modifications sur la fertilité, la pression exercée par les ravageurs ou les maladies et même l’utilisation de l’eau.

Épandage d’engrais

La technologie se prête à l’épandage d’engrais à taux variable. C’est d’alleurs là, selon M. Lamothe, où les producteurs de maïs et de blé obtiennent le meilleur rendement du capital investi.

«Nous survolons un champ, prenons une image et une ordonnance est rédigée à partir des images saisies.»

Le producteur applique ensuite juste ce qu’il faut d’azote dans les différentes parties du champ. Dans les cultures maraîchères à grande valeur ajoutée, le rendement du capital investi est similaire en ce qui concerne la fertilité ainsi que la détection d’infestations par les ravageurs et d’éclosions de maladies.

Stockage des données

Deveron s’est récemment associé à The Climate Corp pour offrir aux producteurs une nouvelle option quant à la méthode et au lieu de stockage des données générées par l’imagerie par drone.

«L’efficience deviendra une nécessité dans les exploitations agricoles qui prennent de l’expansion et qui ont du mal à dénicher du personnel et à le conserver», conclut M. Lamothe.

«La technologie d’imagerie par drones jouera un rôle important en permettant aux producteurs de prendre des décisions éclairées qui les aideront à produire plus d’aliments sur de moins grandes superficies.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Une croisée des mots pancanadienne à Toronto

Bibliothèque de Yorkville
Blaise Ndala le 18 octobre à la Bibliothèque de référence, puis à Didier Leclair le 15 novembre à Yorkville.
En lire plus...

21 septembre 2018 à 11h25

Un milliardaire (ou deux) dans la Lune

Le milliardaire japonais Yusaku Maezawa ira-t-il vraiment autour de la Lune en 2023? Rien n’est moins sûr...
En lire plus...

21 septembre 2018 à 7h00

Une autre saison de découvertes et de réflexions à l’AFT

La majorité des artistes qui passeront au théâtre ou à la galerie de l'Alliance sont Canadiens.
En lire plus...

20 septembre 2018 à 11h00

25 septembre: une douzaine de rassemblements dans la région

On dit «un lever de drapeau», au masculin...
En lire plus...

20 septembre 2018 à 9h00

Trouvée dans nos crottes : la solution aux pénuries de sang

transfusion
On pourrait transformer tous les groupes sanguins en O
En lire plus...

20 septembre 2018 à 7h00

Chrystine Brouillet, gourmande et fin gourmet

livre
L’amitié se bonifie comme les grands crus pour la romancière la plus prolifique du Québec
En lire plus...

19 septembre 2018 à 17h00

Ambiance parisienne au Coq of the Walk

Liverpool- PSG
Après ceux de l’Équipe de France, qui avaient fêté la victoire, les supporters parisiens ont assisté à une défaite de leur équipe 3-2 contre...
En lire plus...

19 septembre 2018 à 13h50

Le tournoi de golf Gilles-Barbeau rapporte 16 500 $ à CAH

CAH
Un événement généreux sous un soleil radieux
En lire plus...

19 septembre 2018 à 11h44

Le rappeur français Orelsan a appris les bases à ses fans

Concert Orelsan
Le rappeur français Orelsan a pu constater lundi soir au Phoenix Theatre de Toronto à quel point il était populaire outre-Atlantique.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 9h00

Non, les étirements après l’entraînement ne réduisent pas les courbatures

exercices, sports
L’une des méthodes dont les effets bénéfiques ont été observés est l’immersion dans un bain d’eau glacée.
En lire plus...

19 septembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur