Surveiller les cultures du haut des airs

aginnovationontario drone agriculture

Norm Lamothe et un de ses drones.


31 janvier 2018 à 16h40

Ce qui ne devait être au départ qu’un simple retour à la ferme familiale pour Norm Lamothe s’est transformé en une avancée importante sur le plan des techniques de surveillance des cultures.

M. Lamothe a abandonné une carrière de dix ans dans l’industrie aéronautique pour devenir l’exploitant de sixième génération d’une ferme familiale située près de Peterborough.

En 2015, encouragé par un voisin, il a acheté son premier véhicule aérien sans pilote (UAV) ou drone. Il avait alors déjà convaincu un petit groupe de producteurs de la région de faire survoler un bloc de parcelles au moyen de la nouvelle technologie et de partager le risque d’investissement.

Économies et rendement

«Nous avons rapidement entrevu les possibilités d’économies d’argent et de hausses de rendement pour les producteurs qui feraient appel à nous pour faire cartographier leurs champs à la recherche de zones soumises à des agents agresseurs», explique M. Lamothe.

La nouvelle s’est répandue à une vitesse folle. M. Lamothe avait déjà commencé à étendre ses activités à l’ensemble de l’Ontario lorsqu’une rencontre fortuite avec David MacMillan a propulsé aux sommets sa toute jeune entreprise.

M. MacMillan travaillait pour une société minière appelée Deveron qui cherchait elle aussi à prendre de l’expansion dans le secteur de l’imagerie par drone.

15 pilotes

Les deux hommes ont créé Deveron UAS. Avec ses 15 pilotes et leurs drones, l’entreprise fournit des services de surveillance aérienne aux producteurs de l’Alberta, des provinces maritimes et même de certaines régions des États-Unis.

«Nous pouvons survoler 100 acres en 20 minutes. Les renseignements recueillis sont plus précis que ceux obtenus en parcourant les rangées, car nous avons une vue d’ensemble du champ», explique M. Lamothe. «Nous mesurons les agents agresseurs à l’aide d’une imagerie multispectrale, ce qui nous permet de voir des choses que nous ne pouvons pas voir à l’œil nu.»

Grâce à l’information tirée des images saisies par drone, les agronomes et les dépisteurs sur le terrain peuvent se concentrer sur les zones où les plantes sont soumises aux agresseurs les plus importants, puis formuler des recommandations et proposer des modifications sur la fertilité, la pression exercée par les ravageurs ou les maladies et même l’utilisation de l’eau.

Épandage d’engrais

La technologie se prête à l’épandage d’engrais à taux variable. C’est d’alleurs là, selon M. Lamothe, où les producteurs de maïs et de blé obtiennent le meilleur rendement du capital investi.

«Nous survolons un champ, prenons une image et une ordonnance est rédigée à partir des images saisies.»

Le producteur applique ensuite juste ce qu’il faut d’azote dans les différentes parties du champ. Dans les cultures maraîchères à grande valeur ajoutée, le rendement du capital investi est similaire en ce qui concerne la fertilité ainsi que la détection d’infestations par les ravageurs et d’éclosions de maladies.

Stockage des données

Deveron s’est récemment associé à The Climate Corp pour offrir aux producteurs une nouvelle option quant à la méthode et au lieu de stockage des données générées par l’imagerie par drone.

«L’efficience deviendra une nécessité dans les exploitations agricoles qui prennent de l’expansion et qui ont du mal à dénicher du personnel et à le conserver», conclut M. Lamothe.

«La technologie d’imagerie par drones jouera un rôle important en permettant aux producteurs de prendre des décisions éclairées qui les aideront à produire plus d’aliments sur de moins grandes superficies.»

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur