Sports et activité physique: c’est aussi pour les filles


26 juillet 2017 à 21h14

Nos athlètes féminines remportent souvent un plus grand nombre de médailles olympiques que nos athlètes masculins, mais le monde du sport et de l’activité physique chez nous reste très masculin.

2% seulement des adolescentes feraient suffisamment d’activité physique. 19% des Canadiennes (contre 35% des Canadiens) ont pratiqué au moins un sport. Et aux derniers Jeux olympiques d’hiver (2014), sur les 108 entraîneurs canadiens, seulement 11 étaient des femmes.

Le gouvernement de l’Ontario veut redresser ce déséquilibre en supprimant des obstacles à la participation des femmes et des jeunes filles dans le sport et les activités physiques: athlètes, entraîneuses, administratrices d’associations, responsables dans les écoles, etc.

Un groupe consultatif va se pencher là-dessus, a annoncé mardi au stade Varsity de l’Université de Toronto la ministre du Tourisme, de la Culture et du Sport, Eleanor McMahon.

La ministre Eleanor McMahon
La ministre Eleanor McMahon

L’objectif est de garantir aux femmes et aux jeunes filles «l’accès à des opportunités similaires à celles des hommes» dans les sports et les loisirs.

Le «Plan d’action» de l’Ontario est axé sur la consultation, le partage d’information et la sensibilisation. Outre la création du groupe consultatif, une plateforme de partage d’information permettra aux organismes sportifs reconnus de partager leurs pratiques exemplaires en ce qui a trait au recrutement, au développement, au soutien et au maintien en poste des athlètes, entraîneuses, administratrices.

On compte aussi exiger de l’ensemble des programmes d’activité avant et après l’école qu’ils disposent de personnel «formé aux questions de diversité et d’inclusion, afin de promouvoir un environnement accueillant qui reflète les besoins uniques des jeunes filles et leur garantisse la possibilité de participer au même niveau et à la même fréquence que les garçons».

La ministre fait valoir que les avantages de la création, ici, d’opportunités équitables pour les femmes et les jeunes filles, ne se cantonnent pas au seul secteur des sports et loisirs. «Une telle initiative peut conduire à une plus grande confiance en soi, à de meilleures notes, et ainsi qu’à de meilleures perspectives de carrières et possibilités de postes de direction.»

Déjà l’an dernier, l’Ontario a investi 1,3 million $ dans l’organisation de compétitions sportives pour les femmes et les jeunes filles, ainsi que dans le soutien de plusieurs programmes gratuits de développement du savoir-faire physique destinés aux mères et aux enfants «dans des quartiers de haute priorité».

«Nous voulons induire des changements qui vont rendre le système sportif dans son ensemble plus équitable, plus accueillant et plus inclusif», résume Mme McMahon.

filles sports

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Les Indisciplinés investissent dans un grand spectacle pour leur 10e anniversaire

Indisciplinés de toronto
De plus en plus de nouveaux comédiens et techniciens talentueux
En lire plus...

22 juin 2018 à 15h00

François Bourassa se réinvente

François Bourassa
Le 27 juin au Festival de jazz
En lire plus...

22 juin 2018 à 14h00

Un règlement albertain machiavélique

La Couronne suspend des procédures pour ne pas reconnaître le droit des Défendeurs au français
En lire plus...

22 juin 2018 à 12h30

Aurélie Resch décroche le prix Trillium

Prix littéraire Trillium de l'Ontario
Rare encouragement pour les récits courts
En lire plus...

22 juin 2018 à 11h39

Cannabis : à la poursuite du diamant vert

La légalisation va donner accès à du financement pour la recherche
En lire plus...

Impact économique de l’intelligence artificielle : on cherche encore

Pas de pertes d’emplois ni de productivité accrue
En lire plus...

22 juin 2018 à 7h00

L’espiègle trio jazz Les Malcommodes

les malcommodes
Le 26 juin au Festival de jazz de Toronto
En lire plus...

21 juin 2018 à 13h00

Un test a changé sa vie : dans les pas d’un enfant dyslexique

La Liberté
«J’étais content de savoir que je n’étais pas stupide»
En lire plus...

21 juin 2018 à 10h00

Le véganisme dans le vêtement : trop de plastique ?

Le cuir de kangourou et le polyester plus «verts» que la laine d’alpaga et le cuir de bovin
En lire plus...

21 juin 2018 à 7h00

Technicien(ne) à l’aide technique

Conseil scolaire catholique MonAvenir - Le Conseil scolaire catholique MonAvenir est à la recherche d’une personne permanente, à temps plein (1,0), soit 35 heures par semaine, qui agira à titre de technicienne, technicien à l’aide technique...
En lire plus...

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur