Soif de drame et de passion

Brigitte Aubert, Mémoires secrets d’un valet de cœur, roman, Paris, Éditions du Seuil, 2017, 320 pages, 39,95 $.


21 janvier 2018 à 8h00

Bienvenus dans le Paris de 1915, tel que décrit dans les Mémoires secrets d’un valet de cœur. Ce thriller de Brigitte Aubert lève le voile sur les travestis ou transgenres avant le mot – «femmes nous voulions être, hommes nous étions» – en imaginant une intrigue qui met en scène tout «un corps d’élite chargé des vices privés».

L’Hôtel Sélignac est dirigé par un banquier du sexe. Les travestis vendent leur corps mais gardent leur tête, surtout André/Dédée. Il parle d’elle-même au féminin et plaît aux messieurs qui, pour satisfaire leur contentement, ont besoin à la fois de l’apparence féminine et des attributs masculins.

Un tueur en série rôde dans le sixième arrondissement afin d’éradiquer les erreurs de la nature. Est-ce pour assouvir sa haine ou taire son désir honteux? «Il n’y a rien de plus ambivalent que l’activité érotique.»

Brigitte Aubert
Brigitte Aubert

Cinq meurtres ont lieu en quelques semaines, dont un dans la maison close où Dédée travaille. C’est elle qui est la narratrice et presque l’adjointe du coroner.

Ce thriller illustre bien comment la peur est une seconde nature chez les travestis au début du xxe siècle. «Peur d’être insultée, peur d’être arrêtée, peur d’être humiliée, peur de mourir…» Cela crée automatiquement des réflexes de survie et de protection.

Le roman regorge de références à Gide, Colette, Cocteau et Nijinski. On voit Marcel Proust fréquenter l’Hôtel Sélignac… «afin de se documenter».

Brigitte Aubert cite des chansons de Mayol ou de Byrec, voire un vers de Gertrude Stein. Comme il s’agit de mémoires écrits cinquante ans après la série de meurtres, il y a aussi quelques paroles de chansons interprétées par Serge Lama, Claude François et Johnny Hallyday.

La romancière aime farcir son texte de mots rares ou d’argot comme «voix de rogomme, parapluie bayadère, griller une cibiche, rentrer fissa au bureau, mettre la main sur deux biffins, ratiociner sur son état mental ou c’est trop dégueulbif».

Elle se plaît aussi à faire des jeux de mots comme «on la tue parce que son neveu est une tante», «j’en ai ma claque de votre clique» ou «le rhum éloigne le rhume».

Lorsqu’un policier somme Dédée d’arrêter de parler de ses collègues au féminin, elle réplique: «On ne vous a pas appris l’accord de genre?» La voilà en avance sur son temps, précurseure des droits basés sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre!

Brigitte Aubert a publié des dizaines de romans, dont certains traduits dans plus de vingt pays. Celui-ci démontre que si l’humanité a peut-être besoin de sexe, elle a encore plus soif de drame et de passion.

Inscrivez-vous à nos infolettres gratuitement:

Récemment

Restez à jour dans votre propre fil d'actualité

Un film de Noël franco-ontarien

TV5
Alors que les fêtes de fin d'année approchent à grands pas, toutes les chaînes de télévision diffusent des téléfilms de Noël. Le 18 décembre,...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 15h00

Que célèbre-t-on vraiment le 25 décembre?

On peut fort légitimement se demander ce qu'on célèbre le 25 décembre, tant l'obscurité de la nuit des temps entoure la naissance de Jésus...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 13h00

Cinq coups de cœur de notre chroniqueur

Paul-François Sylvestre
Au cours de l’année 2018, j’ai recensé environ soixante ouvrages pour L’Express. C’est maintenant le moment de vous faire part de mes coups de...
En lire plus...

16 décembre 2018 à 11h00

Cadeau de Noël inespéré

Michel Peyramaure
Certains romans méritent de sortir de l’oubli et d’être réédités. L’orange de Noël, de Michel Peyramaure, figure parmi ceux-ci.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 9h00

Quiz : Daniel Poliquin

Apprenez-en plus sur Daniel Poliquin.
En lire plus...

16 décembre 2018 à 7h00

Jazz manouche de Noël à Oshawa dimanche

Oshawa
Pour vous mettre dans l’ambiance de Noël, le Conseil des organismes francophones de la région de Durham a concocté un après-midi en chanson avec...
En lire plus...

15 décembre 2018 à 15h00

L’Halloween à Noël: une génération de Mummers à Terre-Neuve

Terre-Neuve
Une tradition terre-neuvienne revit depuis 30 ans à St. John’s: des groupes de joyeux lurons costumés s’invitent chez des voisins!
En lire plus...

15 décembre 2018 à 13h00

Aspirine et 7 Up, meilleurs amis du sapin de Noël?

sapin
Mieux vaut se contenter d’arroser généreusement le sapin d’eau du robinet… et rien d’autre !
En lire plus...

Manque de compréhension envers les immigrants handicapés

Fauteuil roulant
Les immigrants ayant un handicap affrontent des défis auxquels les travailleurs sociaux ne font pas assez attention.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 9h00

Le Soleil vu d’en haut, c’est désormais possible

Une sonde spatiale européenne vient d’envoyer suffisamment de données pour qu’on puisse extrapoler une image approximative du «pôle nord» de notre étoile.
En lire plus...

15 décembre 2018 à 7h00

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur