Rapport sur l’avenir de CBC/Radio-Canada: les francos dubitatifs

Partagez
Tweetez
Envoyez

C’est avec «beaucoup d’incrédulité» que les lobbies politiques des francophones hors Québec, comme la Fédération des communautés francophones et acadienne et l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, ont pris connaissance, la semaine dernière, du rapport du Comité sénatorial des Transports et des Communications quant à l’avenir de CBC/Radio-Canada.

«La FCFA ne peut adhérer à une transformation radicale du rôle du diffuseur public comme celle qui est proposée dans ce rapport, sans qu’il y ait eu un débat public à ce sujet», indique la présidente Sylvianne Lanthier.

«Il y a plein de contradictions là-dedans: d’un côté, on reconnaît que Radio-Canada joue un rôle de premier service pour les régions et pour les minorités linguistiques, ce qui est bien, mais de l’autre on dit que la SRC devrait se cantonner dans ce que le secteur privé ne fait pas. On veut que le diffuseur public fasse plus de contenus historiques et culturels, mais en même temps on veut qu’il dépende moins des crédits parlementaires»…

«Nous savons que dans nos communautés francophones en situation minoritaire, Radio-Canada est souvent le seul diffuseur de contenu en français», renchérit le président de l’AFO, Denis Vaillancourt. «Si le comité convient que Radio-Canada est important en tant que fournisseur de premier service pour les minorités francophones, comment peut-il suggérer de limiter son contenu à ce qui n’est pas couvert par le privé?»

l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

La FCFA trouve «pour le moins étonnant» que le comité dise n’avoir entendu aucun argument probant démontrant qu’une augmentation du financement parlementaire de Radio-Canada est nécessaire pour lui permettre de remplir son mandat… surtout qu’elle avait témoigné devant le Comité.

«Dans tout ce qui est proposé par le comité comme modes de financement alternatifs, il n’y a rien qui, à notre avis, règle l’enjeu fondamental du fossé entre ce qu’on attend du diffuseur public et les ressources qu’on est prêt à lui donner», commente Mme Lanthier.

La Fédération note que ce rapport est publié à la veille des élections fédérales (19 octobre). Elle tient donc à ce que les partis politiques se positionnent sur cet enjeu.

La FCFA prône un moratoire immédiat sur les compressions prévues dans la stratégie quinquennale 2015-2020 de CBC/Radio-Canada, ainsi que la mise sur pied d’une commission indépendante sur l’avenir du diffuseur public.

Partagez
Tweetez
Envoyez
l-express.ca remercie ses partenaires. En devenir.

Pour la meilleur expérience sur ce site, veuillez activer Javascript dans votre navigateur